jeudi 16 avril 2015

BELGIQUE TAUX DE SUICIDE PAR PROVINCE & Tentatives de suicide sur les rails: +20% en un an

Le nombre de suicides particulièrement inquiétant en province de Luxembourg
 

http://fr.metrotime.be/2015/04/14/news/le-nombre-de-suicides-particulierement-inquietant-en-province-de-luxembourg/

Chaque année, une moyenne de 773 personnes mettent fin à leurs jours en Wallonie. Ce chiffre, plus élevé que la moyenne belge, place la Wallonie parmi les régions d’Europe les plus concernés par le suicide, rappelle mardi la mutualité socialiste Solidaris. Il y a cependant des différences sensibles entres les provinces, celle de Luxembourg étant particulièrement touchée avec un taux de décès par suicide de 25,16 pour 100.000 habitants, indiquent les données recueillies par l’Institut de santé publique (ISP) pour la période 2006-2010. La taux de suicide en Wallonie est 22% plus élevé qu’en Flandre, 28% plus haut qu’en France, 84% plus élevé qu’au Grand-Duché du Luxembourg, 85% plus élevé comparé à l’Allemagne et 136% plus haut qu’aux Pays-Bas, selon l’Association Interrégionale de Guidance et de Santé.
Le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-24 ans et la première pour les personnes âgées de 25 à 44 ans. Trois suicides sur quatre en Wallonie concernent les hommes. La majorité de ceux-ci mettent fin à leurs jours entre 45 et 49 ans; les femmes, elles, passent à l’acte le plus souvent entre 50 et 54 ans. En province de Namur, l’ISP a recensé pour la période 2006-2010, un taux de décès par suicide en moyenne de 24,40 sur 100.000 habitants. Ces chiffres sont de 24,28/100.000 en province de Liège; de 20,82/100.000 en Hainaut et de 17,24/100.000 en Brabant wallon.
Parmi les 10 arrondissements wallons présentant les taux de suicide les plus élevés, on retrouve trois arrondissements de la province de Luxembourg: Marche-en-Famenne, Virton et Neufchâteau. S’il n’y a pas de cause unique au suicide, Solidaris pointe comme explications possibles le plus grand nombre de personnes isolées en province de Luxembourg et les distances parfois importantes à parcourir pour trouver de l’aide psychologique.

source: Belga
communiqué de solidaris : http://lesuicide.be/publications/COMMUNIQUE-DE-PRESSE-Solidaris-14-avril-2015.pdf 



***

Tentatives de suicide sur les rails: +20% en un an

Deborah Van Boterdael 
Selon Infrabel, les tentatives de suicide sur les rails ont augmenté de 20 % en un an. Si le chiffre à de quoi interpeller, il est toutefois à relativiser puisque le personnel est de mieux en mieux formé pour repérer les comportements anormaux.
C’est un triste chiffre qui nous a été communiqué par Infrabel. En 2014, les tentatives de suicide sur les rails ont augmenté de 20 % par rapport à l’année 2013. «  Le nombre de suicides, lui, est resté assez constant », nous explique Arnaud Reymann, porte-parole d’Infrabel. «  On peut dire qu’en général, il y en a une centaine par an et c’est un chiffre qui est constant depuis maintenant quatre ans  ».
Si les tentatives de suicide augmentent, notre interlocuteur tient toutefois à les relativiser. «  Si leur nombre a augmenté cette dernière année, c’est parce que nos agents ont été formés à repérer les comportements qui leur semblent hors-norme  », explique le porte-parole. «  Que ce soit la police, les personnes de securail ou les agents de la gare, tous savent désormais comment réagir lors de situations qui leur paraissent anormales  ».
Ces chiffres ont tout de même de quoi faire réfléchir. Bien que le suicide sur les rails soit un phénomène assez mineur, il reste cependant bien trop présent. «  Nous mettons bien évidemment tout en œuvre pour tenter d’éradiquer ce phénomène  », ajoute notre interlocuteur. «  Des mesures concrètes ont d’ailleurs déjà été prises dans de nombreux endroits  ».
C’est notamment le cas de ces quatre kilomètres de grillages qui ont été installés dans les zones récurrentes. «  Il y a certaines gares qui sont plus concernées par les suicides  », explique Arnaud Reymann. «  Nous avons donc installé un grillage dans ces endroits-là afin de convaincre les personnes de ne pas passer à l’acte  ».
Des lumières ont également été installées afin de dissuader le plus de passage à l’acte. «  Mais ce qui est absolument essentiel pour nous c’est de rappeler à ces personnes qu’ils ne sont pas seuls  », ajoute notre interlocuteur. «  Bien souvent, le point commun des personnes qui ont des idées suicidaires, c’est qu’elles n’arrivent pas à parler de leur problème. Nous placardons donc des affiches dans les gares sensibles sur lesquelles se trouve un numéro de téléphone que les gens peuvent appeler pour discuter  ».
D’autres projets tests sont pour le moment en cours afin d’aider au plus possible ces personnes qui sont parfois au bord du gouffre.

Le suicide plus fréquent en province du Luxembourg

Selon les derniers chiffres communiqués par Solidaris, en moyenne, 773 personnes mettent fin à leur vie chaque année. Et les différentes régions ne sont pas logées à la même enseigne. La province du Luxembourg affiche, par exemple, un taux de suicide particulièrement élevé.
Par rapport au reste du pays, la Wallonie détient également un triste record puisque le taux de suicide est 22 % plus élevé qu’en Flandre, 28 % plus élevé qu’en France et 84 % plus élevé qu’au Grand-Duché du Luxembourg.
Sur l’ensemble des suicides ayant eu lieu en Wallonie, trois cas sur quatre concernaient des hommes, qui sont, en moyenne, âgés entre 45 et 49 ans. En ce qui concerne les femmes, elles ont plus tendance à mettre fin à leur vie entre 50 et 54 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire