jeudi 14 mai 2020

ETUDE RECHERCHE BELGIQUE La théorie interpersonnelle du suicide. Présentation et application dans la compréhension des idées suicidaires chez l’étudiant en médecine : étude dans un groupe de 178 étudiants

La théorie interpersonnelle du suicide. Présentation et application dans la compréhension des idées suicidaires chez l’étudiant en médecine : étude dans un groupe de 178 étudiants - 12/05/20
Doi : 10.1016/j.amp.2020.04.014 

Gwenolé Loas a, , Alice Solibieda a, Kevin Moens b, Marianne Rotsaert a, Yvon Englert a

a Laboratoire de recherches psychiatriques (ULB 266), service de psychiatrie, hôpital Érasme, université libre de Bruxelles, 1070 Bruxelles, Belgique 

b Laboratoire de psychologie médicale et d’addictologie, université libre de Bruxelles (U.L.B.), CHU de Brugmann, Bruxelles, Belgique


Auteur correspondant.

Annales médico-psychologiques Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 12 mai 2020
Résumé
Objectifs

La théorie interpersonnelle du suicide (Interpersonal Psychological Theory of Suicide, IPTS) a été proposée en 2005 par Joiner afin de promouvoir un modèle théorique global du comportement suicidaire. Selon cet auteur, trois facteurs de risque provoqueraient le comportement suicidaire : la perception d’être un fardeau, l’appartenance contrariée et la capacité acquise à se donner la mort. L’objet de l’article est de présenter la théorie et une synthèse des travaux. Sa pertinence sur le risque suicidaire des médecins et des étudiants en médecine est ensuite abordée et une étude originale dans un groupe de 178 étudiants en médecine est présentée.
Méthodes

Les étudiants en médecine se répartissaient de la manière suivante selon le risque suicidaire : 95 n’ont aucun risque suicidaire (absence d’idées suicidaires, de plans suicidaires ou d’antécédents de tentative de suicide), 24 ont des idées suicidaires life-time, 28 présentent des idées suicidaires récentes, 26 des plans suicidaires actuels.
Résultats et Conclusion

Utilisant des questionnaires validés mesurant les trois dimensions et contrôlant la dépression par l’échelle de Beck ainsi que le sexe et l’âge, les résultats ont montré un niveau significativement plus élevé, d’une part, d’appartenance contrariée chez les sujets avec des plans ou des idées suicidaires récentes comparativement aux autres groupes d’étudiants et, d’autre part, du sentiment d’être un fardeau chez les sujets avec des plans suicidaires comparativement aux trois autres groupes.

Plan
Introduction
Les trois dimensions constitutives de la théorie psychologique interpersonnelle du suicide
Le testing de la théorie
Application de la théorie dans la compréhension du suicide du médecin et de l’étudiant en médecine
Étude
Sujets
Questionnaires
Analyses statistiques
Résultats
Discussion
Conclusion
Déclaration de liens d’intérêts
https://www.em-consulte.com/article/1364450

Aucun commentaire:

Publier un commentaire