jeudi 29 octobre 2015

RECHERCHE ETUDE USA Les troubles mentaux et le risque de tentative de suicide: une étude prospective nationale




Tentatives de suicide liées à la maladie mentale générale
aucun diagnostic spécifique dans l'étude n’a plus la conséquence.

D’après article du 19/05/2015  « Suicide Attempts Linked to General Mental Illness - No specific diagnosis bears the brunt, par Michael Smith Correspondant Amérique du Nord, MedPage
http://www.medpagetoday.com/MeetingCoverage/APA/51629

TORONTO - Une prédisposition générale à la maladie mentale, plutôt que d'une condition spécifique, est le principal facteur de risque de tentatives de suicide, dit  un chercheur.
Dans un grand échantillon représentatif aux États-Unis, des troubles mentaux ont été liés au risque de tentatives de suicide au cours d’un suivi de trois ans, selon Nicolas Hoertel, MD, de l'Hôpital Corentin Celton à Paris.

Points :
- Cette étude à grande enquête a constaté que n'importe quel diagnostic psychiatrique actif a été associé à la tentative de suicide.
- Le taux global de tentatives de suicide était faible, limitant la capacité des auteurs à modéliser efficacement si les diagnostics particuliers (comme la dépression) augmentent le risque de suicide plus que d'autres.

Mais chez les deux,  hommes et femmes, le risque a été lié « presque exclusivement » aux effets partagés entre tous les troubles mentaux, a déclaré Hoertel a lors d’une session scientifique orale lors de la réunionannuelle de l'American Psychiatric Association.

Et curieusement, les troubles en rémission n'ont eu aucun effet, à l’exception de la maladie courante, dit Hoertel.

Il a présenté l'étude lors d'une session spéciale consacrée à des articles publiés simultanément dans deux journaux, l'American Journal of Psychiatry et Molecular Psychiatry. La recherche de Hoertel est parue dans le Molecular Psychiatry.

L'étude propose un "regard neuf" des facteurs de risque de suicide, a déclaré Ma-Li Wong, MD, de l'Université Flinders à Adélaïde en Australie, et rédacteur en chef adjoint de la revue, qui ne faisait pas partie de l'étude, mais qui a livré un commentaire au cours de la session à laquelle elle a été présenté.

Pendant des décennies, dit-elle, les médecins ont évalué les patients utilisant une liste bien connue des facteurs de risque de suicide.

Mais l'étude a le potentiel pour commencer un changement de paradigme dans l’évaluation du risque suicidaire, dit-elle, car elle montre que les maladies mentales particulières - comme la dépression - sont moins au centre de la question qu'on ne le pensait.

"Ce n’est pas la dépression qui augmente le risque de tentatives de suicide," dit-elle. "C’est la psychopathologie en général."

Il est intéressant, a telle ajouté, que les chercheurs aient constaté que la maladie mentale dans le passé n'a pas d'effet direct, sauf à augmenter la prédisposition à la maladie actuelle.

Les investigateurs ont évalué des désordres de l'axe I en cherchant l'information sur des diagnostics pendant les 12 mois avant la vague 1, et des désordres de l'axe II sur une base de vie.

Les résultats viennent de l'analyse des deux premières vagues (en 2001-2002 et 2004-2005) de la « National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions », une enquête en  face à face nationalement représentative de la population adulte des États-Unis.

Hoertel était à l'Institut psychiatrique de l’État de New York à l'Université Columbia quand l'analyse a été effectuée.

L'enquête portait sur les résidents américains civils non institutionnalisés qui étaient âgés de18 ans ou plus; 70,2% des participants initiaux ont été interviewés dans la deuxième vague, produisant des données complètes sur 34,653 personnes.

Les enquêteurs ont évalué les troubles de l’Axe I en recherchant des informations sur les diagnostics dans les 12 mois avant la vague 1 et des troubles d’Axe II leur vie durant.

Dans la vague 1, les bénévoles qui ont déclaré une histoire de vie d'au moins un épisode de 2 semaines d'humeur déprimée et / ou d’anhédonie,  il a été demandé si ils n’avaient jamais sentis comme si ils voulaient mourir, pensé à se suicider, et si ils avaient déjà tenté suicide.

On a demandé aux répondants de la Vague 2 si elles avaient tenté de se suicider depuis la dernière interview.

Globalement, Hoertel a rapporté, que 0,5% des hommes et 0,9% des femmes ont déclaré une telle tentative. Chez les hommes et les femmes qui avaient signalé une histoire de vie d’idéation suicidaire, les taux étaient de 2,1% et 3,3%, respectivement.

Comme prévu, la plupart des hommes et des femmes qui avaient déclaré une tentative de suicide entre les vagues 1 et 2 - 75,3% et 66,9%, respectivement - avait un passé de trouble Axe I du DSM-IV ou un trouble axe II de vie,  à la vague 1.

Parmi ceux ayant des antécédents d'idées suicidaires, les taux étaient de 90,4% chez les hommes et 85,6% chez les femmes, ont constaté Hoertel et ses collègues.

L'analyse statistique a suggéré qu'un modèle tridimensionnel, décrivant des diagnostics spécifiques comme des types d'extériorisation ou de deux catégories de types d'intériorisation, correspond  bien aux données.

Mais indépendamment des caractéristiques sociodémographiques et des antécédents de tentatives de suicide antérieures, les effets communs de tous les troubles expliquent les données, plutôt que n’importe quelle maladie spécifique.

Les résultats suggèrent que les interventions visant des troubles individuellement sont susceptibles de diminuer le risque de tentatives de suicide, mais ceux qui sont dirigés à des « plus larges, plus globaux processus psychopathologiques sont susceptibles d'avoir un plus grand effet, » ont conclu les enquêteurs dans le journal.

Hoertel averti que, tandis que l'étude était prospective, elle ne pouvait pas établir des relations causales. En outre, alors que de nombreux troubles ont été inclus dans l'analyse, certains ont été omis pour des raisons techniques. Enfin, il a noté, que le suivi n’était que sur 3 ans et une période plus longue aurait pu trouver un modèle différent.

L'étude a eu l'appui du NIH, the New York State Psychiatric Institute, the National Institute on Drug Abuse, and Public Health Expertise. Hoerter a dit qu'il n'a eu aucune révélation pertinente.
Wong n'a fait aucune révélation.


Source : Molecular Psychiatry
Hoertel N1, Franco S2, Wall MM3, Oquendo MA2, Kerridge BT3, Limosin F4, Blanco C2.

11] Department of Psychiatry, New York State Psychiatric Institute, Columbia University, New York, NY, USA [2] Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP), Corentin Celton Hospital, Department of Psychiatry, 92130 Issy-les-Moulineaux, Paris Descartes University, PRES Sorbonne Paris Cité, Paris, France [3] INSERM UMR 894, Psychiatry and Neurosciences Center, Paris Descartes University, PRES Sorbonne Paris Cité, Paris, France.
2Department of Psychiatry, New York State Psychiatric Institute, Columbia University, New York, NY, USA.
31] Department of Psychiatry, New York State Psychiatric Institute, Columbia University, New York, NY, USA [2] Department of Biostatistics, Mailman School of Public Health, Columbia University, New York, NY, USA.
41] Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP), Corentin Celton Hospital, Department of Psychiatry, 92130 Issy-les-Moulineaux, Paris Descartes University, PRES Sorbonne Paris Cité, Paris, France [2] INSERM UMR 894, Psychiatry and Neurosciences Center, Paris Descartes University, PRES Sorbonne Paris Cité, Paris, France.
Most mental disorders, when examined independently, are associated with an elevated risk for suicide attempt. However, mental disorders often co-occur, and that co-occurrence is well explained by models where specific mental disorders are understood as manifestations of latent dimensions of psychopathology. To date, it remains unclear whether the risk of suicide attempt is due to specific mental disorders, to specific dimensions of psychopathology (that is, internalizing and externalizing dimensions), to a general psychopathology factor or to a combination of these explanations. In a large nationally representative prospective survey, the National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions (NESARC), we used structural equation modeling to examine the shared and specific effects of Axis I and Axis II disorders on the occurrence of suicide attempts in the general population and among individuals with a lifetime history of suicidal ideation. Effects of mental disorders on the risk of suicide attempt were exerted almost exclusively through a general psychopathology factor representing the shared effect across all mental disorders. Effects of remitted psychiatric disorders on the risk of suicide attempt were fully mediated by current mental disorders. Similar patterns of associations were found in individuals with suicidal ideation. These results held when using different approaches to modeling psychiatric comorbidity. Our findings underscore the importance of adopting dimensional approaches to comorbidity in the study of suicidal behavior. Because mental disorders increase the risk of suicide attempt through a general psychopathology liability, this dimension should be considered as an important therapeutic target to substantially advance suicide prevention.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire