vendredi 29 août 2014

La belle vie désespérée des agriculteurs Ou les limites de la mesure des risques psychosociaux liés au travail

La belle vie désespérée des agriculteurs Ou les limites de la mesure des risques psychosociaux liés au travail
par Sylvie Célérier, Centre d’études de l’emploi, Centre Pierre Naville-université d’Evry-Val-d’Essonne ; sylvie.celerier@cee-recherche.fr
Etudes rurales 2014/1 (n°193) Éditions de l'EHESS

Résumé
 Depuis la vague des suicides survenus chez France Télécom en 2008 et 2009, la question de l’impact délétère du travail sur la santé mentale fait l’objet de vifs débats. Curieusement, les agriculteurs y sont peu évoqués bien qu’ils détiennent un triste record en matière de suicides significativement liés à leur profession. L’auteure explore ce paradoxe en interrogeant la catégorie des risques psychosociaux (RPS) qui prévaut aujourd’hui pour évaluer les atteintes mentales du travail. Cette mesure récuse tout caractère anxiogène lié à l’activité agricole, renvoyant le suicide des agriculteurs à des causes extra-professionnelles. L’article met au jour les postulats implicites de cette approche quantitative peu adaptée au travail agricole, dont elle ne retient – sans le dire – que ce qui l’écarte du travail de type industriel, voire taylorien. La prise en compte des agriculteurs éclaire donc utilement le lien entre « travail » et « santé mentale » que les débats en cours tendent à généraliser. À ce titre au moins, ce groupe professionnel y retrouve donc toute sa place.

Mots-clés agriculteurs suicide santé mentale au travail modèles épidémiologiques facteurs de risque pour la santé mentale


Plan de l'article
De la fragilisation mentale au travail... à la mesure des risques
Mesurer la dureté des métiers de l’agriculture
Application de la mesure des RPS au secteur agricole
Conclusion
http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ETRU_193_0025

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire