vendredi 20 janvier 2017

IRLANDE : nouveau programme de santé et de bien-être des jeunes : 300 heures de cours de santé mentale

Les étudiants recevront 300 heures de cours de santé mentale
d'après articles newstalk.com* et thesun.ie*

La nouvelle initiative vise à s'attaquer au problème du suicide en Irlande


La Ministre de la Santé mentale, Helen McEntee a révélé au The Sun aujourd'hui qu'elle présentera le projet de 300 heures de cours de santé mentale pour aider les élèves à «maintenir leur propre bien-être».

L'Irlande est le quatrième taux de suicide parmi les adolescents de l'UE, la Lituanie, l'Estonie et la Finlande connaissant des taux plus élevés.

McEntee a averti que les médias sociaux et le culte des célébrités mettent la pression sur les jeunes et cela doit être abordé.

Elle a élaboré un plan d'action pour aborder ces questions - y compris les cours de santé mentale pour les enfants dès l'âge de six ans, ainsi que d'obtenir des soins 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, dès que possible.


Mme McEntee a déclaré: "Nous avons maintenant un budget de 853 millions d'euros pour la santé mentale, Je sais qu'on a dit qu'on avait vu une réduction du financement, mais ce n'est pas le cas. Nous avons maintenant un des budgets les plus importants pour la santé mentale que jamais.


«Notre priorité est sept jours par semaine, ce qui devrait être 24 heures sur 24. Je ne peux pas vous donner un mois ou un an, mais la priorité est d'obtenir nos services cette offre aussi rapidement que possible.

«Nous devons marcher avant de pouvoir courir, a ajouté Mme McEntee. «Il y a beaucoup d'endroits qui ont déjà ce service, mais il n'est pas disponible partout au pays. C'est la priorité.

"Ce dont nous devons commencer à nous concentrer en particulier, c'est tout le domaine de la prévention. Jusqu'à maintenant, nous nous sommes focalisés sur les services et nous devons continuer à améliorer nos services, tant dans un contexte aigu que dans la collectivité.

«Mais je pense que nous devons commencer à nous attaquer à ce problème et à envisager une mesure préventive - comment nous pouvons réellement garder les jeunes dans le bien être au lieu de les traiter quand les choses tournent mal.
La ministre a révélé qu'elle collabore avec le ministère de l'Éducation pour mettre en place un nouveau programme de santé et de bien-être qui permettra aux élèves de prendre des cours conçus pour se concentrer sur la santé mentale
sources
http://www.newstalk.com/Students-to-receive-300-hours-of-mental-health-classes
 
https://www.thesun.ie/news/363223/irish-secondary-school-students-will-be-given-mental-health-classes-in-bid-to-tackle-suicide-problem/?CMP=spklr-_-default-_-FBPAGE-_-TheIrishSun-_-20161230-_-760828413



MANIFESTATIONS 2017 Marseille (13) Groupe de parole sur le suicide - association Christophe

Groupe de parole sur le suicide - association Christophe
L'association Christophe organise au Pôle Psychiatrie Centre (Hôpital de la Conception) un groupe de parole destiné aux personnes ayant perdu un enfant, voire un être proche, par suicide.
Le groupe est également proposé aux parents qui rencontrent des difficultés avec leurs enfants, ou qui ont des enfants suicidaires.


SOURCES ET CONTACT

Association Christophe 
Tél. : mardis et jeudis 04 91 81 27 60 (ou laisser message)
Tél. en cas d'urgence : 06 08 37 35 45
E-mail : ass.christophe@wanadoo.fr Adresse : Hôpital Sainte-Marguerite - Pavillon SOLARIS - 270 boulevard Ste-Marguerite - 13009 Marseille
Permanences : les mardi et jeudi de 9h à 17h
Et
http://fr.ap-hm.fr/groupe-de-parole-sur-le-suicide-association-christophe

jeudi 19 janvier 2017

ETUDE RECHERCHE FRANCE Le lien entre dissociation et les tentatives de suicide et les automutilations non suicidaires

THE LINK BETWEEN DISSOCIATION AND BOTH SUICIDE ATTEMPTS AND NON-SUICIDAL SELF-INJURY: META-ANALYSES

Raffaella Calati a, b, c, , , Ismaïl Bensassi a, c, Philippe Courtet a, b, ca INSERM U1061, La Colombière Hospital, University of Montpellier UM1, Montpellier, France
b FondaMental Foundation, Créteil, France
c Department of Emergency Psychiatry & Acute Care, Lapeyronie Hospital, CHU Montpellier, Montpellier, France

Abstract
Dissociative disorders (DD) are frequently associated with suicidal behaviors. We performed the first meta-analysis of studies comparing rates of suicide attempts (SA) and non-suicidal self-injury (NSSI) in psychiatric individuals with and without DD. We included: 1) studies comparing SA and NSSI rates in psychiatric individuals with and without DD; 2) studies comparing Dissociative Experiences Scale (DES) scores in both SA and NSSI psychiatric patients versus non SA and non NSSI ones. Cochrane Collaboration Review Manager Software and STROBE statement were used. Nineteen studies were included in the analyses. DD patients were more likely to report both previous SA and NSSI in comparison to non DD patients. Importantly, results remained highly significant in both outcomes but with no more heterogeneity when including studies using a DSM-based method to diagnose DD. Both SA and NSSI patients reported higher DES scores in comparison to non SA and non NSSI patients. The presence of DD diagnosis or higher DES scores seems to be related to both SA and NSSI in psychiatric patients. Hence, it may be reasonable to hypothesize the presence of a dissociative subtype in a subset of these patients, which should be considered as a transdiagnostic factor and should be carefully assessed.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0165178116308691

CANADA Étude : Dépression et idéation suicidaire chez les Canadiens de 15 à 24 ans

Étude : Dépression et idéation suicidaire chez les Canadiens de 15 à 24 ansUne nouvelle étude fondée sur les résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes — Santé mentale de 2012 démontre que 11 % des Canadiens âgés de 15 à 24 ans ont rempli les critères de la dépression au cours de leur vie, et que 7 % avaient souffert de dépression au cours de l'année précédente.
Lire la suite

source 18 janvier 2017  http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/170118/dq170118b-fra.htm?HPA=1

AFGHANISTAN Une étude publiée sur le site du gouvernement afghan

D'apres article "Le suicide de jeunes Afghanes a doublé en quatre ans"
18/01/2017 sur fr.metrotime.be*
AFP

Le nombre de suicides et de tentatives de suicides en Afghanistan a bondi au cours des quatre dernières années, en particulier chez les filles et femmes de 15 à 29 ans, selon le ministère de la Santé.

«Sur les quatre dernières années, le nombre de personnes ayant tenté ou s’étant suicidées a fortement augmenté, atteignant les 10.000» soit une moyenne annuelle de 2.500, contre «seulement 1.205 en 2012», affirme le ministère dans une étude publiée sur le site du gouvernement afghan. «La plupart sont des femmes âgées de 15 à 29 ans».
Difficile de savoir s’il s’agit d’un meilleur enregistrement des cas de suicides ou d’une véritable hausse, mais le ministère évoque «les pressions économiques et sociales» comme principales causes de cette augmentation vertigineuse, dans un pays en guerre depuis quatre décennies où la sécurité se détériore.

Mariages forcés et mauvais traitements

«Sur les dix derniers mois, rien qu’à Herat (ouest), environ 500 tentatives de suicides ont été enregistrées par les hôpitaux de la ville, contre 400 l’an dernier à la même période», précise le ministère. «Environ 80% étaient des femmes qui ont avalé de l’acide, des poisons, des pesticides et de la mort-aux-rats».
Les ONG et médias afghans avancent fréquemment mariages précoces et forcés et mauvais traitements comme causes majeures de suicide.

http://fr.metrotime.be/2017/01/18/actualite/suicide-de-jeunes-afghanes-a-double-quatre-ans/

ETUDE RECHERCHE Suicide en EHPAD : identification des difficultés des soignants depuis une étude qualitative réalisée à partir de 11 entretiens semi dirigés autour de 2 cas de personnes suicidées en EHPAD

Suicide en EHPAD : identification des difficultés des soignants depuis une étude qualitative réalisée à partir de 11 entretiens semi dirigés autour de 2 cas de personnes suicidées en EHPAD
Par : Robinet Cordellier, Stéphanie 
Thèse pour l'obtention du diplôme d’état de Docteur en Médecine
(médecine générale)
Université de Nantes
Document archivé le : 27/05/2016 sur nantilus.univ-nantes.fr *

Le suicide est la troisième cause de mortalité chez la personne âgée. C'est un enjeu de santé publique. En EHPAD, les soignants sont les premiers intervenants à pouvoir repérer les facteurs de risques suicidaires. Lorsqu'il survient en EHPAD, le suicide est un événement traumatisant dans la vie de l'établissement et des soignants. Le vécu de cet événement par le soignant et l'identification des difficultés rencontrées sont des éléments importants à analyser afin d'améliorer la prise en charge du suicide en EHPAD. Matériel et méthodes : Une étude qualitative a été réalisée à partir de onze entretiens semi-dirigés, depuis deux cas de suicide en EHPAD. Les différents rôles soignants ont été interviewés. Une analyse thématique a ensuite été réalisée. Résultats : Les émotions décrites sont toutes très négatives. La culpabilité et le choc sont très envahissants pour les soignants. Un retentissement sur la vie personnelle est décrit. Au niveau professionnel, il s'agit d'un événement marquant dans la carrière du soignant, pouvant entraîner une remise en question de ses compétences. Cet événement amène certains soignants à une réflexion sur la fin de vie et l'euthanasie. Le partage du vécu par un temps d'échanges interprofessionnels est un élément déterminant dans le vécu de cette situation. Un besoin en formation est également évoqué. Des difficultés de communication avec les structures de soins extérieures sont aussi décrites. Conclusion : Les soignants les mieux formés sont les moins présents et donc les moins aptes à repérer les signes d'alerte. Un débriefing est indispensable dans l'amélioration du vécu de cet événement. Un besoin de débriefing à distance a été mis en avant par les soignants. Le suicide de la personne âgée en EHPAD a une résonance particulière pour certains soignants qui lui oppose le choix d'une fin de vie plus apaisée. Des difficultés de communication avec les structures extra-institutionnelles sont mises en évidence. Ces deux dernières remarques pourraient faire l'objet de travaux complémentaires. 16NANT010M

Accès en ligne : Accès au texte intégral de la thèse

Accès document
source https://nantilus.univ-nantes.fr/vufind/Record/PPN193388987

ETUDE RECHERCHE Évaluation de la fréquence d'une prise en charge psychologique ambulatoire préexistante chez des adolescents admis au CHU de Nantes dans le cadre d'une tentative de suicide ou idéations suicidaires : étude descriptive et prospective

Évaluation de la fréquence d'une prise en charge psychologique ambulatoire préexistante chez des adolescents admis au CHU de Nantes dans le cadre d'une tentative de suicide ou idéations suicidaires : étude descriptive et prospective
Cheron-Mounier Mathilde
Thèse pour l'obtention du diplôme d’état de docteur en médecine (Médecine Générale)

Université de Nantes, Université de Nantes Unité de Formation et de Recherche de Médecine et des Techniques Médicales
Format : Thèse ou mémoire
Langue : français
Nantes 2016
 
Les passages aux urgences et hospitalisations pour tentative de suicide (TS) sont en augmentation constante ces dernières années en France. Ils touchent en particulier les jeunes filles entre 15 et 19 ans. Le recours aux professionnels de santé dans le mois précédent l'hospitalisation pour TS et les prises en charges psychologiques préexistantes sont peu étudiées dans la littérature sur la population adolescente. Notre étude prospective s'est intéressée aux parcours de soins de 62 mineurs âgés de 11 à 17 ans et admis au CHU de Nantes pour TS ou idéations suicidaires. 82 % de nos patients ont rencontré un professionnel de santé ou du système scolaire le mois précédent leur admission au CHU et 61% leur médecin généraliste. Deux tiers des jeunes ont confié leur souffrance psychique lors de cette rencontre. 44 % de ces mineurs avaient déjà un suivi psychologique en cours avant l'épisode actuel. En dehors de la crise suicidaire, les adolescents consultent assez régulièrement leur médecin mais lui confient difficilement leur mal-être. Ils en ont une vision assez « somaticienne ». Le médecin traitant doit donc rechercher activement une éventuelle souffrance lors de toute consultation avec un jeune patient. Après une TS, il a un rôle central dans la coordination des soins, par sa connaissance de l'environnement de l'enfant et de son entourage familial. Il assure le relais entre l'hôpital et le démarrage d'un suivi ambulatoire, et par la suite, il doit rester vigilant quant au risque de récidive. Pour l'aider dans ces missions de repérage et de prévention, le développement d'outils pédagogiques simples d'utilisation et des formations professionnelles adaptées seraient à mettre en place. 16NANT121M
Accès en ligne : Accès au texte intégral de la thèse
Fichier(s) associé(s) au document :
cheron_mounierMED16.pdf

Source info https://nantilus.univ-nantes.fr/vufind/Record/PPN197003648 

MAURICE Suicide: la CDU en formation pour aider les jeunes

Suicide: la CDU en formation pour aider les jeunes





Le PS du ministère de l’Egalité du genre, la ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo et le chef de l’unité Life Plus à Phoenix ce jeudi 19 janvier.
Le PS du ministère de l’Egalité du genre, la ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo et le chef de l’unité Life Plus à Phoenix ce jeudi 19 janvier.
Comment reconnaître les signes indiquant qu’un jeune a des tendances suicidaires ? Comment lui venir en aide ? Autant de points qui seront abordés lors d’une formation destinée aux officiers de la Child Development Unit (CDU), et organisée par l’unité Life Plus du ministère de la Sécurité sociale en collaboration avec celui de l’Egalité du genre.
La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jeudi 19 janvier au National Women Development Centre, à Phoenix. La formation durera deux jours.
«L’évaluation de notre société sera faite à partir de notre capacité à remonter le moral de ceux qui sont découragés», a laissé entendre Fazila Jeewa-Daureeawoo, qui assure la suppléance au ministère de l’Egalité du genre, du développement de la famille et du bien-être de l’enfant.
Lors de son allocution, la ministre a abordé le plan d’action stratégique 2016-2020, sur la prévention du suicide, présenté au Conseil des ministres le vendredi 13 janvier. Il s’agit, entre autres, d’améliorer la santé mentale dans les groupes à risque ; de fournir soutien et information à ceux affectés par le suicide ; et de former le personnel à la prévention du suicide.
http://www.lexpress.mu/article/298072/suicide-cdu-en-formation-pour-aider-jeunes

Mise à jour JNPS 2017 Thème et premieres manifestations en ligne

Le thème 2017 : « Relier, communiquer, prendre soin en prévention du suicide ».

PRÉSENTATION DES JOURNEES PAR l'UNPS
RELIER, COMMUNIQUER, PRENDRE SOIN
En Prévention du suicide
Février 2017
L’Organisation Mondiale de la Santé estime à plus de 800 000 les personnes qui décèdent par suicide et par an, environ 10 000 en France Métropolitaine. Elle propose cette année trois mots au cœur de la prévention du suicide : Relier, Communiquer, Prendre Soin.
Relier , c’est favoriser les liens entre celles et ceux qui ont perdu un être cher, ou ont été suicidaires. C’est aussi les mettre en contact avec les soutiens associatifs, institutionnels, professionnels.
Les liens sociaux réduisent le risque de suicide. Etre présent auprès de quelqu'un qui est isolé devrait être un acte citoyen. Mettre ces personnes en lien avec les institutions et les associations dédiées à la prévention du mal-être ou du suicide peut également aider à prévenir le suicide. Les individus, les organisations et les collectivités ont tous ici une responsabilité.
Communiquer , c’est réduire la stigmatisation, faciliter la parole et la demande d’aide.
Nous devons parler du suicide comme de tout autre problème de santé publique si nous voulons dissiper le tabou et le silence à ce sujet et réduire la stigmatisation qui l'entoure.
Donner l’idée, l’envie et les moyens aux personnes de communiquer efficacement avec ceux qui pourraient être vulnérables face au suicide est une partie importante de toute stratégie de prévention du suicide. Aborder le sujet du suicide est difficile, mais faciliter le dialogue et l’échange à ce propos est reconnu efficace pour la prévention.
L'Association internationale pour la Prévention du Suicide et l'Organisation mondiale de la santé ont développé des recommandations pour les médias, qui ont un rôle important à jouer dans la prévention du suicide.
Prendre soin , c’est encourager la mobilisation de tous et toutes à être attentifs et agir face aux situations et aux personnes pouvant être à risque.
Tous les niveaux sont à sensibiliser pour la prévention du suicide :
-les décideurs politiques et les organisateurs pour en faire une priorité et pour la financer à un niveau proportionnel à son importance en tant que problème de santé publique
- les personnels du secteur sanitaire et du champ social pour que la prévention du suicide soit au cœur de leur métier
- les collectivités pour être en capacité d'identifier et de soutenir les personnes à risque.
***
INFO COMPLÉMENTAIRE (pour les membres de l'UNPS)
Associations et Collectifs, Le 2 février prochain, se déroulera, au Ministère de la Santé, la 21ème Journée Nationale de Prévention organisée par l'UNPS (Union Nationale pour la Prévention du Suicide) et nous espérons votre soutien à cette action par votre présence nombreuse ce jour là (voir notre autre courriel de ce jour). 
Beaucoup d'entre vous organisent également des événements en régions dans le cadre de cette journée nationale. Vous pouvez en faire la déclaration rapide  ICI et nous faire parvenir en complément, si vous le pouvez, une documentation plus étoffée. Vous pourrez modifier ce questionnaire à votre guise par la suite (donc, vous n'hésitez pas à le commencer même si tout n'est pas encore finalisé) Cette démarche est particulièrement importante pour aider à une visibilité nationale de la diversité de ce qui est fait et de l'engagement fort des régions pour la prévention du suicide. Comptant sur vous !
Pour tout renseignement : contact@unps.fr tél : 01 45 35 58 03


***




Manifestations par régions & pays (en cours)
AUVERGNE RHÔNE-ALPES (GRENOBLE) (SAINT ETIENNE) (BONNEVILLE) (LYON) - BRETAGNE (RENNES) - CENTRE VAL DE LOIRE (ORLEANS) (POINÇONNET) - ILE DE FRANCE (COLOMBES) (PARIS) - NOUVELLE AQUITAINE (POITIERS) - OCCITANIE (TOULOUSE) POLYNESIE FRANÇAISE (PIRAE)

***


  • AUVERGNE RHÔNE-ALPES

SAMEDI 4 FEVRIER, VENDREDI 17 FEVRIER, GRENOBLE (38)
Samedi 4 février 2017, rue Félix Poulat , à Grenoble (St Louis)
De 14h à 17h : à la rencontre du public et présentation des associations du Collectif Isérois pour la Prévention du Suicide*.
Vendredi 17 février 2017, à partir de 19h30
A la Maison du Tourisme, rue de la République à Grenoble
Conférence de Roland GORI
Professeur émérite de Psychopathologie Clinique (Université d’Aix-Marseille) Suivie d'un débat autour des questions de
prévention du suicide. Entrée : participation libre
* Associations partenaires : ADPA Grenoble, AG2R LA MONDIALE, Associations Familiales Protestantes, APSYGé, Centre Communal d’Action Sociale, Centre de lutte contre l’isolement, Centre de Prévention des Alpes, Centre hospitalier Alpes Isère, CHU de Grenoble, JALMALV Grenoble, Espace Écoute Deuil, ETAVIDADO (Et ta vie d’ado?!), Jonathan Pierres Vivantes, L’Oreille du Coeur, petits frères des Pauvres, les psysducoeur, RHRA, SOS Amitié Isère, UNAFAM
FLYER


Informations, contacts :
Collectif Isérois de Prévention du Suicide
Renseignements : Centre de Lutte contre l'Isolement et de Prévention du Suicide - 04 76 87 90 45 - rrgrenoble@wanadoo.fr
***


JEUDI 2 FEVRIER 2017, SAINT ETIENNE (45)

colloque «Monde connecté et prévention » le jeudi 2 février 2017 à Saint-Etienne avec la participation de Michaël STORA.
Programme
Informations, contacts :
Loire Prévention Suicide
9, rue des Drs Charcot
42100 SAINT-ETIENNE
04 77 21 05 05
contact@loire-prevention-suicide.fr


***
MARDI 7 FEVRIER 2017, BONNEVILLE (74)
21ème Journée Nationale de la Prévention du Suicide
organisée par Le Réseau 74 de Prévention des Conduites Suicidaires En appui avec le Centre Régional de Prévention des Conduites Suicidaires (C.R.P.C.S.)
Comment humaniser la souffrance à l’adolescence ?
Le mardi 07 février 2017 de 9h à 17h à l’E.S.P.E.
Lieu E.S.P.E. (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) de Bonneville
75 avenue Pierre Mendes France 74136 Bonneville
A l’attention des professionnels, des bénévoles, des familles.
Programme
Informations, contacts :
CONTACT : Auprès de Mme Verhecken
secrétariat MDA Tel : 04.50.95.99.61. mail : mdarougecargo@ch-epsm74.fr

***

MARDI 28 FEVRIER 2017, LYON (69)
Ciné Débat 28 Février 2017
17h30 – 20h
La prévention du risque suicidaire chez la personne âgée
Etudiants, professionnels de santé, aides à domicile, vous êtes confrontés dans votre quotidien au risque suicidaire de la personne âgée. Quels en sont les symptômes, comment les repérer et quelles actions mener ?
Projection du film « La petite chambre » réalisé par Stéphanie Chuat et Véronique Reymond avec Michel Bouquet et Florence Loiret-Caille suivi d’un débat avec les membres du réseau.

à la Médiathèque Paul Zech, Université Claude Bernard Lyon 1, Domaine Rockefeller, 8 avenue Rockefeller 69008 LYON, accès par la rue Volney

Organisé par le Réseau Rhône-Alpes de prévention du suicide des personnes âgées
en écho aux Journées Nationales de Prévention du Suicide
AFFICHE

INSCRIPTIONS
Soirée gratuite sur inscription en cliquant ici
ou en vous adressant au :

Informations, contacts :
Centre Ressource de Prévention des Conduites Suicidaires
mail : marie.lebrat@arhm.fr tél : 04.72.10.94.39

***

  • BRETAGNE

MARDI 7 FEVRIER 2017, RENNES (35)
Le Collectif Ensemble prévenons le suicide - Ille et Vilaine (CoEPS 35) et l'association PeGAPSe relaient en Bretagne, comme chaque année depuis 2008, la Journée nationale de prévention du suicide.

En 2017, la thématique retenue est "Relier, communiquer, prendre soin... pour la prévention du suicide".
Le colloque se déroulera le mardi 7 février 2017 à la chambre des métiers et de l'artisanat de Rennes.


Pré-programme et les modalités d'inscription (programme definitif à venir)
Informations, contacts :
CoEPS 35 (Collectif « Ensemble Prévenons le Suicide »)
Coordination CoEPS 35 MFB
COEPS 35 - 06 26 78 68 24
Mutualité Française Bretagne
Service Prévention
20 Square de Broglie
CS 74 348
35043 RENNES Cedex  -
MFB  - 02 99 67 88 06
CoEPS 35 : col.preventionsuicide35@laposte.net

***
  • CENTRE VAL DE LOIRE

MERCREDI 1 FEVRIER 2017, ORLEANS (45)
Mercredi 1er février Revivre après le suicide d’un proche & discussion autour de la reconstruction et de la prévention du suicide Dans le cadre des Journées Nationales
de la Prévention du Suicide
Stéphane BOUSSANGE Psychologue Psychothérapeute Précédé du témoignage
de Hervé POËNS, père endeuillé. En partenariat avec l’Association Jonathan Pierres vivantes (JPV45)
À 20H30 À L’AUDITORIUM DE LA MÉDIATHÈQUE D’ORLÉANS 1, Place Gambetta
45000 Orléans
Informations, contacts :
www.orleans-metropole.fr
tél 02 38 79 22 22
***

MERCREDI 8 FEVRIER 2017, POINCONNET (36)


Journée Départementale de prévention du suicide le 8 février 2017
au Poinçonnet (36)

La prévention à l'épreuve du suicide
Avec Jean-Louis Terra et Xavier Pommereau

Accueil 19h Conférence debat 20h
L'asphodele : 21 rue du 30 aout 1944, Poinçonnet

Affiche

Les places étant limitées, merci de bien vouloir préciser votre présence ou représentation

Informations, contacts :
CODES de l'Indre, 73 rue Grande à Châteauroux
Tél : 02 54 60 98 75
Mail : codes.36@wanadoo.fr
***


  • ILE DE FRANCE


VENDREDI 20 JANVIER 2017, COLOMBES (92)

Présentation du projet communautaire en prévention du suicide à Colombes
soutenu par la Fondation de France
- Contexte du projet
- Méthodologie et programme
- Mise en oeuvre
Intervenants : Marine BONFILS, Psychologue Unité de Psychothérapie Entr’actes
Céline BAUDAIS, psychologue Espace Santé Jeunes Colombes
Vincent PERSUANNE, responsable Espace Santé Jeunes Colombes
Jean-Yves TROMEUR, coordinateur Entr’actes

Invitation
Cette rencontre est ouverte à des acteurs de Colombes.
Elle participe des actions réalisées pour la Journée Nationale de Prévention du Suicide.

Vendredi 20 janvier 2017
de 14h à 16h.
l’Avant Seine / Théâtre de Colombes
Parvis des Droits de l’Homme
88 rue Saint Denis,
92700 Colombes
Inscription à Entr’actes
01 47 85 65 48

Informations, contacts :
Entr’actes
01 47 85 65 48
***

JEUDI 2 FEVRIER 2017, PARIS (75 )
Par l' UNPS, de 9h30 à 16h au ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, salle LAROQUE.

PRE -PROGRAMME

INSCRIPTION

Informations, contacts :
Union Nationale pour la Prévention du Suicide
UNPS
33 rue Linné 75005 Paris
téléphone : 09 66 83 58 03
Email : contact@unps.fr
www.unps.fr
***
JEUDI 2 FEVRIER 2017, PARIS (75)
INAUGURATION DES NOUVEAUX LOCAUX DU CENTRE POPINCOURT
Le centre a déménagé le 2 janvier

Nous avons le plaisir de vous inviter à l’inauguration de nos nouveaux locaux,

le 02 février 2017, à partir de 19h00
3 rue Jean-Baptiste Dumay, 75020 Paris

Télécharger l'invitation
Informations, contacts :
CENTRE POPINCOURT
CENTRE THERAPEUTIQUE SPECIALISE
Lutte contre l’isolement et prévention du suicide
Nouvelle adresse à partir du 2/01/2017
3 rue Jean-Baptiste Dumay, 75020 Paris
Tél : 01 42 78 19 87 (temporairement indisponible mais le centre reste joignable
au 01 42 78 15 70
centrepopincourt@orange.fr
http://centrepopincourt.fr
Autre site du Centre
http://infosuicide.eu/ et son blog http://blogdinfosuicide.blogspot.fr/
Membre de la FEALIPS
Fédération Européenne des Associations luttant contre l’Isolement et pour la Prévention du Suicide
CRES Centre ressource en suicidologie http://www.cresuicidologie.fr/

***
  • NOUVELLE AQUITAINE

MARDI 31 JANVIER 2017, POITIERS (86)
16ème Journée d'Etudes Coordination Territoriale de la Vienne « Prévention du Suicide et de la Dépression Promotion de la Santé Mentale » organisée dans le cadre de la 21ème
Journée Nationale pour la Prévention du Suicide 2017
« Relier, communiquer, prendre soin en prévention du suicide »
Mardi 31 Janvier 2017 09h à 17h00 Salle La Hune St Benoît POITIERS
ENTREE GRATUITE mais inscription obligatoire
Informations, contacts :
Centre Hospitalier Henri Laborit
Pavillon Pierre Janet CS 10587 86021 POITIERS Cedex
tél : 05.49.44.58.13 Fax 05.49.44.58.14
mail : prs.suicide.vienne@ch-poitiers.fr
***

  • OCCITANIE
JEUDI 2 FEVRIER 2017, TOULOUSE (31)
La Journée Nationale de Prévention du Suicide en Région Occitanie
Relier, communiquer, prendre soin
se tiendra le Jeudi 2 février 2017
A l’hôtel de région Occitanie
(Salle d’assemblée) 22, bd du Maréchal Juin 31400 TOULOUSE
Horaire 9h00-16h30
(entrée libre et gratuite)

Affiche programme à télécharger
Programme en cours de finalisation

Informations Contacts
Prévention du Suicide en Midi-Pyrénées
3 bis rue Berthelot
31500 Toulouse
06 45 47 71 13
preventionsuicide.mp@laposte.net

POLYNESIE FRANÇAISE


DIMANCHE 29 JANVIER 2016 PIRAE
7ème édition de la grimpette du Belvédère
A l’occasion de la journée national sur la prévention du suicide, l’AS PIRAE Cyclisme, en partenariat avec la Fédération Tahitienne de Cyclisme et l’association SOS Suicide de Polynésie Française, organise la 7ème édition de la grimpette du Belvédère le dimanche 29 janvier 2016 à partir de 5H30 pour les randonneurs et 7h pour les compétiteurs, dans les jardins de la Mairie de Pirae.
Avec ou sans esprit de compétition, votre action permettra de financer comme chaque année la ligne d’appel de l’association SOS suicide et peut-être de remporter par tirage au sort de nombreux lots, dont 1 billet d’avion offert par Air Tahiti Nui A/R PPT – AKL.

plus d'info http://www.sossuicide.pf/?p=377

Informations Contacts
piraecyclisme@gmail.com ou par téléphone au 87.76.54.31 ou 87.74.48.48 ou vous rendre sur la page facebook Pirae Cyclisme.
http://www.sossuicide.pf/

PRESENTATION STRUCTURE RESSOURCE Aire sur l'Adour (40) Centre ADO unité Ressource

Clinique Jean SARRAILH
Clinique médicale et pédagogique - Aire sur l'Adour (40)


Inauguration Centre ADOUR

La Clinique Jean Sarrailh a inauguré le Centre ADO unité Ressource (centre ADOUR) le 17 janvier : dispositif ambulatoire de prévention et de soins des troubles psychiques de l’adolescent (11-18 ans) développé sur un territoire autour d’Aire sur l’Adour (départements Landes, Pyrénées Atlantiques, Gers, hautes Pyrénées).

Téléchargez le flyer

Unité de Prévention Consultations  externes Aire-sur-l’Adour

Dispositif ambulatoire développé sur un territoire autour d’Aire sur Adour à la croisée des départements des Landes, des Pyrénées Atlantiques, du Gers et des Hautes Pyrénées.
L’adolescent doit être domicilié et/ou scolarisé dans ce périmètre.

Missions de Prévention et soins des troubles Psychiques de l’adolescent (11-18 ans)
articulées à travers des :
Interventions auprès des partenaires autour des difficultés relationnelles, des conduites de dépendance (multimédia, nourriture, alcool, stupéfiants), du risque suicidaire, de situations de harcèlement, de violence, d’agression sexuelles
Soutien à la parentalité, thérapies familiales Consultations des jeunes avec proposition de suivis individuels, groupes de parole, ateliers thérapeutiques
Le centre ADOUR s’adresse :
à l’adolescent et/ou sa famille et aux partenaires : tous les acteurs des champs  scolaires, associatifs, sociaux, médico-sociaux, sanitaires, éducatifs et judiciaires, intervenant auprès  des adolescents.
Équipe pluridisciplinaire est composée de : une assistante sociale, une psychologue,
un infirmier, un médecin psychiatre.

ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi de 13h à 17h
et partiellement lors des vacances scolaires
05 58 71 39 77
SUR RENDEZ-VOUS
du lundi au vendredi dans une amplitude horaire pouvant aller de 8h à 20h et avec l’engagement  d’une première rencontre dans un délai rapide.
2, rue de Prat - BP 59 - 40801 aire-sur-l’adour Cedex
centreadour.sarrailh@fsef.net
www.fsef.net


Source
http://www.fsef.net/index.php/etablissements/clinique-jean-sarrailh/actus-clinique-jean-sarrailh/599-inauguration-centre-adour