lundi 27 juillet 2020

ETUDE RECHERCHE EPIDEMIOLOGIE ROYAUME UNI difficile mise en relation causale l'exemple de la relation entre le tabagisme et les idées ou tentatives de suicide

Tabagisme et suicide, pas de lien confirmé
Publié le 21/07/2020  sur https://www.jim.fr*
The British Journal of Psychiatry rappelle que l’Organisation Mondiale de la Santé encourage l’essor des stratégies préventives du suicide, d’autant plus que « pour chaque suicide effectif, on dénombre entre 10 et 40 tentatives. » Comme des travaux antérieurs suggèrent une association entre le tabagisme, les idées suicidaires et les tentatives de suicide, il était tentant d’examiner cette association dans la perspective d’une inférence causale, susceptible de présenter des implications pour les stratégies de prévention du suicide dans l’hypothèse où on constaterait effectivement que le tabagisme augmente le risque d’idées ou de tentatives de suicide.

Cependant, une étude réalisée au Royaume-Uni ne confirme pas l’existence présumée d’une relation causale entre le tabagisme et les idées ou les tentatives de suicides.

Difficile de préciser le sens de la relation
Exploitant des données de l’UK Biobank[1] pour analyser les contributions respectives des prédispositions génétiques et des facteurs de l’environnement dans le développement des maladies, cette recherche s’appuie notamment sur la randomisation mendélienne[2] (une méthode recourant à la « variation des gènes de fonction connue pour évaluer l’effet causal d’une exposition modifiable » sur telle problématique, en l’occurrence le risque de suicide). Les auteurs expliquent avoir utilisé la randomisation mendélienne pour « explorer la relation entre le tabagisme et les idées ou tentatives de suicide », en utilisant des variantes génétiques comme instruments pour réduire le biais de confusion résiduelle et de causalité inverse.

En pratique, même en présence d’une association suspectée entre tabagisme et idées suicidaires, il est très difficile de confirmer le sens réel de cette association : a-t-on plus de risques de penser au suicide parce qu’on fume déjà ou (plus vraisemblablement ?) plus de risques de se mettre à fumer (ou à fumer davantage) en cas de mal-être préalable ? Cette étude montre ainsi l’existence d’une relation entre tabagisme et risque suicidaire, « en particulier entre l’initiation au tabac et les tentatives de suicide (Odds Ratio OR= 2,07 ; intervalle de confiance à 95 % [1,91–2,26] ; p<0,001). » Toutefois, la randomisation mendélienne et l’analyse du polymorphisme mononucléotidique[3] ne montrent aucune preuve claire d’un effet causal du tabagisme sur les idées ou les tentatives de suicide (OR ≈ 0,05 sur les idées comme sur les tentatives de suicide), malgré des indices de la littérature antérieure suggérant la possibilité d’une relation dose-réponse positive.

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/UK_Biobank
[2] https://en.wikipedia.org/wiki/Mendelian_randomization
[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Polymorphisme_nucleotidique


Dr Alain Cohen
Référence

Aucun commentaire:

Publier un commentaire