jeudi 20 octobre 2016

RECHERCHE CRITIQUE DEBAT TRAITEMENT MEDIATIQUE DE LA RECHERCHE

Une étude controversée "les Antidépresseurs doublent le risque de suicide »
d'après article  Behind the Headlines Jeudi 13 Octobre 2016 *

(Si vous rencontrez des pensées suicidaires, communiquez avec votre médecin ou allez à l'hôpital immédiatement Les effets secondaires des antidépresseurs s’améliorent souvent avec le temps)

 
"Les Antidépresseurs pourraient doubler le risque de sentiments qui pourraient conduire au suicide, selon une nouvelle étude qui a déclenché des lignes furieuses», rapporte le Daily Telegraph.
Les critiques ont attaqué l'étude comme ayant de sérieuses lacunes parce que les chercheurs ont extrapolé certains effets secondaires, tels que l'anxiété, comme étant un facteur de risque de suicide.
Les chercheurs ont effectué une analyse de 13 études antérieures chez des volontaires en bonne santé (personnes sans dépression) qui prennent des antidépresseurs pour trouver des rapports d'effets secondaires.
Ils voulaient voir si des volontaires sains prenant des antidépresseurs SSRI and SNRI, les types les plus couramment prescrits, étaient plus susceptibles d'avoir des sentiments qui pourraient mener au suicide et à la violence.
Ces sentiments, disent ils, incluent notamment l'anxiété, l'agitation, des tremblements et de mauvais rêves.
Ils ont trouvé que les personnes étaient 85% plus susceptibles d'éprouver ce genre de sentiments si elles prenaient des antidépresseurs.
Cependant, ils n'ont trouvé aucun signalements de personnes qui  ont tenté de se suicider se sont suicidés, pensé au suicide ou ont été violents envers d'autres.
L'étude a été critiquée par les psychiatres non pas tant pour ses conclusions, mais pour la façon dont les chercheurs les ont rapportés.
"Aucun des essais inclus a eu un suicide ou un événement lié au suicide, mais les papiers évoquent incorrectement les risques de suicide», dit Seena Fazel, professeur of Forensic Psychiatry and Wellcome Trust Senior Research Fellow at the University of Oxford.
 
(Si vous prenez des antidépresseurs et êtes préoccupé par les effets secondaires, parlez-en à votre médecin ou un psychiatre sur l'équilibre des avantages et des risques. Ne jamais cesser de prendre des antidépresseurs soudainement, car cela peut aggraver vos symptômes.)
 
D'où l'histoire vient?
L'étude a été réalisée et financée par des chercheurs du Nordic Cochrane Centre, qui fait partie d'un réseau international de chercheurs en médecine fondée sur des données probantes.
Il a été publié dans la revue  peer-reviewed journal Royal Society of Medicine en open access  libre de lire en ligne.
 Le Daily Telegraph adopte un ton équilibré et précis de la recherche et de la controverse sur les revendications des chercheurs. La couverture du courrier en ligne est fondamentalement exacte, bien que les préoccupations au sujet des événements rapportés dans les études ne soient mentionnées qu'assez loin dans l'histoire.
Le Sun rapporte que, «Antidépresseurs» peut rendre les gens déprimés deux fois plus susceptibles de penser à se tuer "," et se trompe sur les deux plans.
La recherche ne comprend pas les personnes souffrant de dépression, et n'a pas trouvé de signalement de gens qui pensent au suicide.

De quel type de recherche s’agissait-t-il?
Ce fut une revue systématique et méta-analyse d'essais contrôlés randomisés (randomised controlled trials (RCTs).
C'est généralement un moyen fiable de connaître les effets d'un traitement. Cependant, la qualité d'une méta-analyse dépend de la qualité des études qu’elle y inclue.

Qu'est-ce que la recherche implique?
Les chercheurs ont publié des essais randomisé en double aveugle et contrôlés avec des placebo d'inhibiteurs sélectifs de la sérotonine (ISRS) et  inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et noradrénaline (IRSN), deux antidépresseurs couramment prescrits, chez des volontaires adultes en bonne santé, ainsi que des rapports cliniques non publiés d'études envoyées aux organismes de réglementation des médicaments.
Ils ont extrait des informations à partir des études sur les effets indésirables qui ont été soit suicidaires ou violents, ou considérés comme des «événements précurseurs» au suicide ou à la violence.
Ils ont effectué une méta-analyse pour voir si ces événements indésirables étaient plus fréquents chez les personnes prenant des antidépresseurs que  chez ceux prenant le placebo.

Les chercheurs disent qu'ils ont inclus des événements défavorables « avec l'accent particulier sur la liste de critères employés par Food and Drug Administration (FDA) » pour une méta-analyse précédente de la suicidalité.
Mais il n'est pas clair si la liste de critères ait été identique à cela employée par FDA, ou comment cette liste a été dressée.
En soi, il est difficile de savoir de si les événements ils rendent compte, comme l'agitation, des cauchemars et l'inquiétude, peut vraiment être vu comme précurseurs au suicide ou à la violence.

Les chercheurs disent qu'ils ont inclus les événements indésirables "avec un accent particulier sur la liste des critères utilisés par la Food and Drug Administration (FDA)" pour une précédente méta-analyse sur la suicidalité.
Mais on ne sait pas si la liste des critères était identique à celle utilisé par la FDA, ou comment cette liste a été établie.
En tant que tel, il est difficile de savoir si les événements qu'ils rendent compte, tels que l'agitation, les cauchemars et l'anxiété, peuvent vraiment être considérés comme des précurseurs de suicide ou de violence.

Quels sont les résultats de base?


Un total de 612 volontaires en bonne santé a participé aux 13 études incluses dans cette analyse.
Les chercheurs disent qu'ils ont trouvé 54 événements indésirables liés au suicide ou à la violence parmi les 354 personnes qui ont pris des antidépresseurs (15,25%) et 27 événements parmi les 258 personnes qui ont pris des médicaments placebo (10,46%).
Cela se traduit par une plus grande chance d'avoir un événement indésirable de 85%, soit presque le double (odds ratio [OR] 1,85, 95% intervalle de confiance [IC] de 1,11 à 3,08).
Les événements rapportés dans les études étaient les suivants: agitation cauchemars     sensation de nervosité, nervosité, anxiété agitation tremblements (secousses) dépression     rêves anormaux  pensée anormale
Il n'y avait pas de rapports de personnes ayant fait une tentative de suicide, penser à un suicide ou agit d'une manière violente ou menaçante.

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats?


Les chercheurs disent que les types d'événements rapportés dans les études sont identifiés comme des «événements d'activation» qui peuvent mener au suicide ou à la violence.
Ils disent qu'ils pensent que leur résumé a sous-estimé le risque d'événements indésirables, car ils ne pouvaient pas accéder aux données complètes de tous les essais.
"Les Antidépresseurs doublent la survenue d'événements chez les adultes volontaires en bonne santé qui peuvent conduire au suicide et à la violence", concluent-ils. "Nous considérons qu'il est probable que les antidépresseurs augmentent les suicides à tous les âges."

Conclusion
Les avantages et les inconvénients des médicaments antidépresseurs sont chaudement débattus. Même si ils peuvent être utiles pour certaines personnes, ils peuvent aussi causer des effets secondaires.
La difficulté est que certains événements indésirables, tels que l'augmentation des pensées suicidaires ou des tentatives de suicide, sont également des symptômes des pathologies en cours de traitement, y compris la dépression et l'anxiété.
La plupart des psychiatres acceptent que les antidépresseurs augmentent le risque de suicide chez les enfants et les adolescents souffrant de dépression, donc ne sont utilisés qu'avec prudence dans ce groupe.
Cette étude a pour but de démêler les symptômes des pathologies de l'effet des médicaments en regardant seulement  des volontaires sains qui ont pris part à des essais de sécurité des médicaments, plutôt que des personnes traitées pour des problèmes de santé mentale.
La méta-analyse a révélé des événements comme l'anxiété, l'agitation, les cauchemars et les tremblements étaient plus fréquents chez les adultes en bonne santé qui prennent des antidépresseurs que ceux qui prennent un médicament placebo. Il ne fait aucun doute que ces sentiments peuvent être très pénibles.
Le point crucial de l'argument de l'étude est de savoir si ces types d'événements indésirables augmentent effectivement le risque de suicide et de la violence.
Même si ces symptômes sont inclus dans les catégories d'événements qui pourraient mener au suicide et à la violence, les études ne signalent aucun cas où cela est réellement arrivé.
 
(Si vous avez été prescrit des antidépresseurs, vous devez être conscient de la possibilité d'effets secondaires.
 Si vous n'êtes pas satisfait de la façon dont ils vous font sentir ou si vous n'êtes pas sûr de savoir si les avantages sont supérieurs aux inconvénients, parlez-en à votre médecin. Il est très important de ne pas cesser de prendre des antidépresseurs soudainement, car cela peut aggraver vos symptômes. Parlez à votre médecin au sujet de la meilleure façon de réduire votre dose au fil du temps si vous voulez arrêter de les prendre.

D'autres traitements pour des problèmes de santé mentale comme l'anxiété et la dépression incluent des traitements tels que la thérapie.)
 
Traduction de l'Analyse par Bazian. Edité par NHS Choices.
*http://www.nhs.uk/news/2016/10October/Pages/Antidepressants-double-suicide-risk-says-controversial-study.aspx

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire