mardi 28 juin 2016

USA L'American Academy of Pediatrics (AAP) met à jour des lignes directrices pour aider les pédiatres et autres professionnels de l'enfance et des soins de la santé des adolescents à identifier et à aider les adolescents à risque de suicide

Les pédiatres encouragés a systématiquement interroger les adolescents sur les facteurs de risque pour le suicide d'après article Pediatricians Urged to Routinely Screen Adolescents for Risk Factors for Suicide alert.psychnews.org* 27/06/2016
L'American Academy of Pediatrics (AAP) a publié aujourd'hui la mise à jour des lignes directrices pour aider les pédiatres et autres professionnels de l'enfance et des soins de la santé des adolescents à identifier et à aider les adolescents à risque de suicide .
Le rapport, qui remplace les recommandations formulées en 2007, reconnaît le rôle de l'intimidation et d'Internet peut jouer dans le risque du suicide chez les adolescents et souligne la valeur des médicaments antidépresseurs pour traiter les personnes à risque.
Selon les données les plus récentes, le suicide est la deuxième cause principale de décès chez les adolescents âgés de 15 à 19. Les lignes directrices recommandent aux pédiatres de demander systématiquement aux patients adolescents si elles ont des pensées autodestructrices, et  dépister de l'intimidation, un usage d'Internet pathologique, et d'autres facteurs de risque y compris une histoire de suicide dans la famille, une histoire de violences physiques ou sexuelles, et des troubles de l'humeur.
Si un adolescent est considéré comme à risque modéré ou élevé de suicide, les lignes directrices recommandent que les dispositions immédiate d’évaluation professionnelle en matière de santé mentale devraient être prises lors du Rendez vous au cabinet. Pour les adolescents considérés comme à faible risque de suicide, les lignes directrices recommandent un suivi étroit et / ou un renvoi pour une évaluation de la santé mentale en temps voulu.
Bien que le rapport documente des preuves pour suggérer que les antidépresseurs peuvent augmenter le risque de suicide chez certains adolescents, il note également «pour des jeunes appropriés, le risque de ne pas prescrire des médicaments antidépresseurs est significativement plus élevé que le risque de prescription." Il est recommandé que les pédiatres travaillent en étroite collaboration avec les familles pour suivre de près  «la santé mentale et l'état du comportement, en particulier lors du commencement ou du changement du traitement antidépresseur" d
es adolescents. 
 "Les Pédiatres peuvent améliorer la continuité des soins et l'adhérence des recommandations au traitement en maintenant le contact avec les adolescents suicidaires, même après que les références soient faites. Les soins en collaboration sont encouragés, car il a été démontré cela pouvait conduire à une plus grande réduction des symptômes dépressifs dans un contexte de soins primaires », note le rapport.
 * http://alert.psychnews.org/
 

guide 2007 http://pediatrics.aappublications.org/content/120/3/669
Mise à jour 2016 http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2016/06/24/peds.2016-1420

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire