jeudi 30 juin 2016

CANADA Le suicide et sa prévention dans les Forces armées canadiennes

Le suicide et sa prévention dans les Forces armées canadiennes
Source http://www.forces.gc.ca*
Documentation / Le 10 juin 2016
Le suicide est un problème de santé publique pour tous les Canadiens, y compris pour les militaires des Forces armées canadiennes (FAC). En effet, le suicide est la deuxième principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 34 ans dans la population canadienne en général.
Les FAC se sont dotées d’un programme de sensibilisation envers la santé mentale et de prévention du suicide qui met de l’avant la prévention primaire, les interventions cliniques et non-cliniques par des médecins généralistes et spécialistes, l’éducation en matière de santé mentale et la sensibilisation au suicide. D’immenses efforts sont déployés pour identifier les personnes à risque de présenter des problèmes de santé mentale et pour leur fournir l’aide dont elles ont besoin. Toutefois, il est important de souligner qu’il n’est pas toujours possible d’identifier à l’avance toutes les personnes qui se suicideront ou tenteront de se suicider.
Même avec un solide système de soins de santé, il est essentiel que tous les militaires, comme tous les Canadiens, sachent reconnaître les problèmes de santé mentale au fur et à mesure qu’ils surgissent et progressent. Nous avons tous un rôle à jouer pour identifier et aider ceux qui sont touchés par la maladie mentale. Une fois que nous serons collectivement éduqués et aptes à reconnaître les premiers symptômes d’une maladie mentale, nous pourrons aider nos amis, nos collègues et les membres de notre famille en les encourageant à se faire soigner.
Les FAC sont toujours résolues à éliminer les obstacles qui nuisent à l’obtention rapide de soins de santé mentale. La stigmatisation est l’un de ces obstacles. Par le dialogue, la formation et le leadership, nous pouvons créer une culture qui encourage et facilite l’accès aux soins. Les FAC ont avancé à pas de géant dans l’élimination de ces obstacles, mais il reste du travail à accomplir, dans les FAC comme dans l’ensemble de la société canadienne.

Chiffres relatifs au suicide

Les FAC observent les taux et les tendances en matière de suicide et en ce qui concerne les autres problèmes de santé mentale au sein de sa population en vue de mieux comprendre les problèmes sous-jacents et réduire les risques.
Dans les 72 heures suivant le décès, les autorités policières responsables de l’enquête reçoivent habituellement une première indication de la part du coroner civil indépendant quant à savoir si le décès est le résultat d’un crime, d’un accident ou d’un suicide. Cette information, jumelée à d’autres renseignements pertinents, comme ceux contenus dans les rapports de police et les rapports médicaux, est utilisée par les FAC pour prendre la décision avisée de lancer un processus d’examen technique des suicides par des professionnels de la santé et une commission d’enquête sur un suicide suspecté.

Tableau A : Suicides dans les FAC par année et service (de 2004 à 20161)

Année Force réguliere
Force de la reserve
2016 (au 30 avril)
5 1
2015
15
3
2014*
17
4
2013
10
3
2012
13
4
2011
22
3
2010
12
1
2009
14
8
2008
14
1
2007
10
2
2006
8
3
2005
10
1
2004
10
3
1 Il est important de souligner que les statistiques sur les suicides pour une année donnée sont sujettes à changer selon les résultats des enquêtes sur les morts subites. Le tableau suivant contient les statistiques les plus exactes possibles en fonction des renseignements disponibles au moment de la publication.
Bien que ces statistiques soient fournies pour brosser un tableau complet du nombre total de suicides dans les FAC depuis les 12 dernières années, seul un sous-ensemble de ces statistiques (hommes de la Force régulière) est utilisé pour calculer les taux de suicide et les comparer à ceux d’un groupe d’âge et de sexe similaires dans la population canadienne en général. On a adopté cette façon de procéder parce que les chiffres relatifs au suicide chez les femmes de la Force régulière tendent à être trop petits pour faire l’objet d’une analyse statistique exacte et que les chiffres concernant les suicides au sein de la Réserve sont plus difficiles à recueillir et à confirmer étant donné qu’il n’est pas certain que tous les suicides chez les réservistes ne soient rapportés aux FAC.

Tentatives de suicide

Les tentatives de suicide sont prises au sérieux par les FAC. La chaîne de commandement, y compris le chef d’état-major de la Défense, est avisée des possibles tentatives de suicide au moyen d’une variété de mécanismes, notamment les rapports d’incidents pertinents émanant d’unités, de même que les rapports de la police militaire ou d’une autorité tierce. Chaque tentative de suicide rapportée à la chaîne de commandement est consignée et un suivi est effectué pour nous assurer que nous faisons tout ce qui est possible pour aider le militaire et pour veiller à ce que l’équipe de soins de santé et la chaîne de commandement collaborent en vue d’obtenir les meilleurs résultats possible en ce qui concerne la sécurité du militaire et les soins qui lui sont prodigués.
La voie empruntée pour rapporter une tentative de suicide dépend du premier répondant. Pour des raisons de protection des renseignements personnels et en raison du caractère confidentiel de l’état de santé du patient, les Services de santé des Forces canadiennes (SSFC) ne rapportent les tentatives de suicide que si la personne concernée consent à fournir cette information. L’intention visée lors du rapport d’une tentative de suicide est de procéder à l’examen formel des soins offerts aux militaires pour veiller à ce qu’ils reçoivent les meilleurs soins possibles et pour mieux comprendre les comportements suicidaires. Le nombre de tentatives rapportées ne peut pas être utilisé comme taux statistique de tentatives de suicide. Il n’existe aucune définition médicale commune du terme « tentative de suicide », et ces tentatives rapportées peuvent prendre plusieurs formes, allant du simple appel à l’aide à l’automutilation, entre autres. C’est pourquoi le nombre précis de tentatives de suicide rapportées n’illustre pas la situation réelle, ni la complexité de cet enjeu.

Taux de suicide

Les chiffres présentés au tableau B sont fournis par la Direction – Protection de la santé de la Force et se fondent sur les données recueillies par le Centre de soutien aux enquêtes administratives. Ces chiffres englobent uniquement les hommes de la Force régulière.
 Les taux énoncés au tableau B sont calculés pour 100 000 personnes, comme ceux de Statistique Canada pour la population canadienne en général. En conformité avec les méthodes de recherche reconnues, les FAC comparent et surveillent le nombre de suicides sur une période de cinq ans afin de déterminer si les chiffres ont varié en raison d’une fluctuation aléatoire ou s’ils indiquent plutôt le début d’une tendance.

Tableau B : Taux de suicide chez les hommes de la Force régulière : 1995-2014

Année
Nombre d’années-personnes2 chez les hommes de la Force régulière des FAC
Nombre de suicides chez les hommes de la Force régulière des FAC
Taux de suicide chez les hommes de la Force régulière pour 100 000
2010-2014
289 866
68
23,5
2014
56 699
16

2013
57 687
9

2012
58 135
10

2011
58 622
21

2010
58 723
12

2005-2009
275 606
51
19
2009
56 813
12

2008
55 704
13

2007
55 140
9

2006
54 301
7

2005
53 648
10

2000-2004
263 323
50
19
2004
53 873
10

2003
54 137
9

2002
52 747
9

2001
51 029
10

2000
51 537
12

1995-1999
281 533
56
20
1999
52 689
10

1998
54 284
13

1997
54 982
13

1996
57 323
8

1995
62 255
12

2 Le temps-personne se définit comme étant une unité de mesure combinant personne et temps, qui est utilisée comme dénominateur dans le calcul des taux d’incidence et de mortalité lorsque, pendant des périodes plus ou moins longues, les sujets présentent un risque de développer une maladie ou de mourir. Il s’agit de la somme des différentes périodes de temps à risque pour chacun des sujets. L’unité de mesure la plus largement utilisée est année-personne. (Traduction) (A Dictionary of Epidemiology. M Porta, Greenland S, Last JM, eds. Fifth Edition. New York (USA): Oxford UP, 2008.)
Le taux de suicide chez les hommes de la Force régulière entre 2010 et 2014 est à la hausse par rapport à celui observé lors de la précédente période de cinq ans. Bien que le suicide touche toutes les composantes des FAC, cette hausse est attribuable à l’augmentation du taux de suicide chez les militaires qui servent au sein de l’Armée canadienne (AC), chez qui le taux de suicide est de deux à trois fois plus élevé que chez ceux qui servent au sein d’autres commandements. L’un des facteurs de risque expliquant ce résultat est l’augmentation du taux de blessures de stress opérationnel, notamment le trouble de stress post-traumatique (TSPT), au sein des groupes ayant été déployés dans des endroits à haut risque. Cette réalité est susceptible de s’appliquer davantage aux militaires de l’Armée.
Veuillez cliquer ici pour lire la plus récente version du rapport sur le suicide.

Processus d’enquête

Chaque suicide dans les FAC fait l’objet d’une enquête. Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) fait enquête sur toutes les morts subites qui surviennent sur le territoire sur lequel il a juridiction. Le SNEFC recueille des preuves et collabore avec le coroner, qui détermine par la suite la cause du décès. Les enquêtes du SNEFC sont menées conformément aux normes policières canadiennes. Les morts subites survenues à l’extérieur du territoire sur lequel le SNEFC a juridiction sont prises en charge par les autorités policières locales.
Lorsque les SSFC sont avisés d’un suicide suspecté, on procède à un premier examen du dossier médical. C’est au bureau du coroner civil responsable qu’il incombe de déterminer la cause officielle du décès.
Pour chaque suicide effectif (souvent avant que les FAC aient obtenu la confirmation de la part du coroner), un examen médical est effectué dans les quelques jours suivant le décès. Cette étape est habituellement suivie d’un processus d’examen technique des suicides par des professionnels de la santé. Il s’agit d’un examen médical approfondi mené par une équipe de deux personnes, habituellement composée d’un médecin généraliste et d’un psychiatre. Les deux cliniciens rencontrent la famille, les amis, les collègues, la chaîne de commandement et les fournisseurs de soins de santé en vue de comprendre les circonstances entourant le décès. Les leçons ainsi apprises peuvent servir à améliorer le programme de prévention du suicide des FAC ou d’autres programmes de services de santé. À ce jour, des examens de ce type ont permis de mieux comprendre le suicide dans les FAC et de comprendre comment améliorer encore davantage les excellents soins de santé mentale offerts par les FAC.
Normalement, une commission d’enquête est aussi convoquée dans les cas où on suspecte que le décès est dû à des sévices auto-infligés. Les motifs ayant conduit à l’incident comptent souvent parmi les éléments examinés au cours de ce processus.

Soins d’urgence

En cas d’urgence, les militaires des FAC en crise peuvent consulter un médecin de premier recours en se présentant sans rendez-vous à l’une des cliniques des FAC durant les heures normales de travail. Tous les médecins de premier recours ont été formés en matière d’évaluation du risque de suicide, de gestion du risque et de prévention du suicide. Les militaires peuvent également se rendre dans un centre de soins de santé civil en dehors des heures normales de travail ou composer le 911 (en cas de crise aiguë) ou le 1-800-268-7708 pour joindre le Programme d’aide aux membres, qui est accessible 24 heures sur 24, à partir de n’importe quel endroit dans le monde, pour obtenir en toute confidentialité des services d’orientation lorsqu’ils ont besoin d’aide.
Les amis et la famille d’une personne ayant besoin d’aide peuvent également communiquer avec les services d’urgence, qui emmèneront la personne suicidaire à la clinique de la base durant les heures normales de travail ou au service d’urgence de l’hôpital local après les heures normales de travail. Le personnel de la police civile et militaire ou des services d’urgence sont formés en matière de crise en santé mentale pour aider et gérer les personnes suicidaires.

Ressources et soutien

En plus des services de soins primaires et des cliniques de santé mentale dans toutes les bases et escadres, les militaires des FAC aux prises avec des problèmes de santé mentale et les membres de leur famille ont accès à un éventail de programmes et services offerts par les FAC et par Anciens Combattants Canada, notamment :
  • le service de consultation offert par le Programme d’aide aux membres (1‑800‑268‑7708);
  • la Ligne d’information pour les familles 24/7 (1-800-866-4546);
  • le soutien par les pairs par l’entremise du réseau de soutien social aux blessés de stress opérationnel;
  • les services d’intervention en situation de crise dans le cadre du Programme d’action pastorale à l’intention des anciens combattants;
  • les services d’orientation offerts par plus de 40 centres de ressources pour les familles des militaires situés dans les installations des FAC partout au pays, aux États-Unis et en Europe.
Pour en savoir plus sur les programmes de soutien offerts aux militaires des FAC et à leur famille, veuillez consulter la documentation sur le soutien et les services en santé mentale et la page Web Vous n’êtes pas seul.

Programmes d’éducation

Les SSFC ont élaboré de nombreux programmes visant à prévenir ou à atténuer les effets du stress. Des programmes d’information s’adressent à divers niveaux de direction et portent sur tous les volets de la carrière militaire. Dans le cadre du programme En route vers la préparation mentale, la section Formation et éducation du Directeur – Santé mentale a conçu un programme d’enseignement fondé sur des preuves cliniques qui a été intégré aux cours de formation professionnelle des FAC. Depuis 2009, plus de 56 000 militaires des FAC ont reçu une certaine forme d’instruction et d’éducation en matière de santé mentale. Pour en savoir plus sur ces cours et sur les autres programmes de sensibilisation et d’éducation en matière de santé mentale, veuillez consulter la documentation sur le trouble de stress post-traumatique.
Le programme de promotion de la santé des FAC, appelé Énergiser les Forces, offre de la formation et de la sensibilisation relativement au suicide fondées sur le modèle A.C.E. (de l’anglais Ask, Care, Escort, c’est-à-dire interroger, s’en occuper, accompagner). Au niveau de la direction, un cours d’une journée appelé Santé mentale et sensibilisation au suicide aide à préparer les superviseurs à promouvoir la santé mentale et à atténuer l’incidence des traumatismes psychologiques, notamment les blessures auto-infligées et le suicide, au sein de la communauté militaire. En plus du cours adressé aux superviseurs, un cours d’une journée sur la sensibilisation à la santé mentale et au suicide est également offert à tous les membres des FAC et à leurs familles, tout comme des séances d’information et de sensibilisation à la bonne condition mentale. Ces formations sont chapeautées par le plus important véhicule de promotion de la santé des FAC, qui comprend des programmes axés notamment sur la sensibilisation aux dépendances et la prévention celles-ci, sur la vie active et la prévention des blessures, sur le bien-être par la nutrition et sur le mieux-être en société. Pour en savoir plus, veuillez visiter le site Web Énergiser les Forces.

Recherche et production de rapport

Au cours des dix dernières années, les FAC ont consacré d’importants efforts dans la recherche et l’amélioration des soins prodigués à leur personnel. L’objectif est de continuer d’améliorer nos capacités en matière de recherche et de mener des recherches de calibre mondial. La recherche, entièrement effectuée au sein des SSFC ou avec des partenaires du secteur universitaire ou parmi nos alliés, nous aidera à mieux comprendre, à détecter et à traiter les maladies mentales.
Dans le cadre de l’engagement pris par la direction des FAC d’améliorer et de bonifier les soins et les services de soutien actuellement offerts aux militaires, les FAC continueront de suivre les taux de suicide et les autres tendances qui pourraient apporter quelques éclaircissements quant à la santé mentale globale et au bien-être général de leur population.

Comité d’experts des Forces canadiennes sur la prévention du suicide 

Le Comité d’experts des Forces canadiennes sur la prévention du suicide, qui s’est réuni à Halifax, en septembre 2009, a constaté que les FAC ont mis en place un solide programme de prévention du suicide qui n’a rien à envier à ceux de leurs partenaires de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de leurs plus proches alliés.
Le comité a également constaté que les FAC ont mis en œuvre, ou sont en voie de mettre en œuvre, presque toutes les stratégies de prévention du suicide qui figurent le plus souvent dans la documentation scientifique civile. Ces stratégies incluent, sans toutefois s’y limiter, des programmes d’éducation et de sensibilisation, le dépistage, la pharmacothérapie et la psychothérapie, la formation en matière de résilience et les efforts systématiques pour éliminer les obstacles à l’accès aux soins de santé mentale. Le comité a aussi exprimé son accord avec l’idée que l’approche des FAC cible également d’autres facteurs qui répondent davantage aux besoins particuliers des organisations militaires.
Depuis la mise sur pied du Comité, les FAC ont établi un processus d’examen technique des suicides par des professionnels de la santé et un protocole de suivi des patients pour les rendez-vous manqués avec un professionnel de la santé mentale pour contribuer à prévenir le suicide, ce qui est conforme aux meilleures pratiques dans ce domaine.
Les FAC participent maintenant à des initiatives visant à favoriser un traitement responsable des cas de suicide dans les médias. Les experts en santé mentale des FAC ont transmis des lignes directrices sur le signalement responsable et ont été mis à la disposition des journalistes pour discuter de la complexité des enjeux relatifs au suicide.
Cliquez ici pour lire le rapport complet du Comité sur la prévention du suicide.

Rapport annuel sur le suicide 

Les FAC procèdent à des analyses régulières des taux de suicide et de la relation entre le suicide et le déploiement. Dans ce rapport, on compare le taux de suicide des hommes de la Force régulière avec celui de la population canadienne au moyen de ratios standardisés de mortalité.
Cliquez ici pour lire la plus récente version du rapport sur le suicide.

Étude du cancer et de la mortalité chez les militaires des Forces canadiennes 

L’étude du cancer et de la mortalité chez les militaires des Forces canadiennes est le fruit d’un effort de collaboration entre les FAC, Anciens Combattant Canada et Statistique Canada. Tous les militaires des FAC qui se sont enrôlés dans la Force régulière entre le 1er janvier 1972 et le 31 décembre 2006 ont participé à cette étude. Tous les militaires des FAC ayant joint la Force régulière entre le 1er janvier 1972 et le 31 décembre 2006 ont fait partie du champ d’observation de cette étude. Les résultats démontrent que le risque de suicide parmi ce groupe est comparable à celui observé dans la population canadienne. Cependant, les hommes anciens militaires au sein des FAC présentaient un risque plus élevé de suicide par rapport à la population canadienne. Une analyse plus approfondie a fait ressortir les facteurs de risque suivants : service avant 1986, plus courte période de service (moins de 10 ans), anciens militaires du rang, et libération involontaire ou pour raisons médicales.
Pour en savoir plus et pour obtenir les premiers résultats sur la mortalité, veuillez consulter l’étude du cancer et de la mortalité chez les militaires des Forces canadiennes.

Directives concernant le traitement par les médias et l’incitation au suicide 

Il a été démontré qu’il existe une prévalence accrue de comportements suicidaires chez les populations où ceux qui sont à risque doivent faire face au suicide d’un ami, d’un collègue, d’un membre de leur famille ou de quelqu’un à qui ils peuvent s’identifier largement. Dans les FAC, cette tendance est particulièrement préoccupante en raison des expériences partagées par les individus qui composent cette population (c.-à-d. les militaires des FAC vivent ensemble dans des espaces restreints et vivent les mêmes expériences professionnelles). Si un suicide se produit au sein de la population des FAC, il y a un risque que d’autres s’identifient à la personne décédée et cette situation pourrait mener à une hausse des comportements suicidaires.
Nous encourageons le dialogue au sujet de la santé mentale et du suicide, mais nous sommes également conscients de l’impact involontairement négatif que ces discussions peuvent avoir sur la santé d’une personne à risque de présenter un comportement suicidaire. Il faut tenir compte de ce risque lorsque les détails relatifs à un suicide sont communiqués, et ce, à l’interne comme à l’externe.
Plus précisément, les professionnels de la santé sont préoccupés par le fait que la couverture médiatique irresponsable du suicide puisse constituer une incitation à commettre l’irréparable. En d’autres mots, ils sont inquiets du fait que plus de suicides pourraient survenir à la suite d’un reportage à ce sujet dans les médias. L’Organisation mondiale de la santé rapporte que l’examen de plus de 50 enquêtes a révélé que la couverture médiatique sur le suicide peut induire des comportements suicidaires par imitation.
Pour en savoir plus sur le la couverture médiatique responsable du suicide, veuillez consulter les pages suivantes :

Prochaines étapes 

Le suicide est une tragédie et une importante préoccupation en matière de santé publique. D’importants investissements ont été réalisés et des engagements ont été pris afin d’assurer aux militaires des FAC l’accès aux programmes de santé, d’éducation et de sensibilisation nécessaires pour aider à cerner les personnes risquant d’éprouver des problèmes de santé mentale et de leur fournir l’aide dont elles ont besoin.
Les soins offerts aux militaires des FAC et à leur famille demeurent une priorité. Les FAC ont fait preuve de leadership dans le domaine de la santé mentale. Elles demeurent résolues à collaborer avec leurs partenaires afin d’offrir des soins et du soutien de qualité aux militaires et aux familles, qui font d’incroyables sacrifices pour servir leur pays. Les FAC continuent d’évaluer leurs capacités et d’adapter leurs ressources pour faire face aux complexités et de répondre aux exigences associées aux soins offerts aux nôtres.
Toutefois, nous ne pouvons y arriver seul. Nous avons tous un rôle à jouer lorsqu’il s’agit d’identifier et d’aider ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale. Souvent, les pairs et les membres de la famille sont les premiers à remarquer un changement de comportement. Si c’est le cas, nous ne devons pas avoir peur d’agir – ne sous-estimez pas l’impact que vous pouvez avoir.
- 30 -

Liens connexes

Contacts

Relations avec les médias
Ministère de la Défense nationale
Téléphone: 613-996-2353
Numéro sans frais: 1-866-377-0811
Courriel: mlo-blm@forces.gc.ca

http://www.forces.gc.ca/fr/nouvelles/article.page?doc=le-suicide-et-sa-prevention-dans-les-forces-armees-canadiennes/ijfc8m4h

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire