lundi 7 novembre 2016

Le cabinet de curiosités d'Infosuicide.org "I'm fine" "Save me"


La rubrique " Le cabinet de curiosités d'Infosuicide.org "
des sujets, actualités, débats plus ou moins documentés et sous réserves d'informations complémentaires et/ou fiables, qui toutefois nous questionnent et nous interpellent...
Nous les relayons essentiellement comme matière à penser et à débattre.
Aidez nous à alimenter une réflexion...


Bekah Miles, une jeune femme originaire, de Canby dans l’Oregon
Extrait article ohmymag *

Afin de montrer ce qu'elle ressent Bekah a décidé de se faire tatouer, elle a choisi d'écrire : I'm fine", qui signifie "Je vais bien". Mais lorsque l'on regarde le tatouage de plus près et à l'envers on peut y voir une inscription toute autre : "save me" qui signifie "Sauvez-moi", tel un signe de détresse.




En effet, la jeune femme souffre de dépression. Comme le montre son tatouage, en apparence les personnes souffrant de dépression ont l'air heureuses, mais au fond ils souffrent d'un mal profond. Bekah connait beaucoup de personnes vivant avec le même problème, elle a eu l'idée de sensibiliser les personnes à ce sujet au travers d'un message sur sa page Facebook.

Elle y explique également la raison de son tatouage : "Aujourd’hui, je me suis fait faire ce tatouage. J’avais l’impression que ma jambe serait le meilleur endroit pour exprimer sa vraie signification. Quand tout le monde le voit, ils voient “Je vais bien”, mais de mon point de vue, je lis “Sauvez-moi”. Pour moi, cela signifie que les autres voient que j’ai l’air d’aller bien, mais en réalité, je ne vais pas bien du tout. Ce tatouage me rappelle que les gens qui ont l’air heureux peuvent très bien être en train de se battre contre eux-mêmes." 

voir video http://www.ohmymag.com/tatouage/il-tatoue-des-enfants-de-10-ans-et-choque-tout-le-monde-mais-la-raison-va-vous-bouleverser_art96490.html


***

Extraits traduits de www.georgefox.edu 'I'm Fine ... Save Me' Psychology major Bekah Miles’ bold Facebook post about depression reached millions, raising awareness around the world By Kimberly Felton Fall/Winter 2015


'Je vais bien ... Sauvez-moi'
Le blog de Facebook de Bekah Miles sur la dépression a atteint des millions, sensibilisant le monde entier

Bekah Miles était assise dans sa chaise, regardant fixement. Pourrait-elle le faire? Est-ce qu'elle le ferait? Non Oui. Elle était si fatiguée de se cacher, fatiguée de faire semblant, fatiguée de sa maladie. Mais comme cela ne devait pas changer à court terme, il était peut-être temps de changer d'approche. Pour reprendre sa vie, si elle pouvait.

Dix minutes de débat. Ensuite, elle a fait ce que des millions font chaque minute - elle a cliqué sur le bouton "post".
Puis elle s'éloigna de Facebook, déchiré entre ronger ses ongles jusqu'aux bouts ou hausser les épaules et insister sur le fait que ce n'était pas une grosse affaire. C'est juste Facebook. Juste une mise à jour de statut aux amis et à la famille.

Juste un nouveau tatouage qu'elle annonçait.

Juste une maladie mentale qu'elle révélait.

Juste une étape irrévocable pour une majore intelligent" et introvertie en psychologie à l' University George Fox qui a voulu aider d'autres, mais découvert qu'elle avait à lutter contre son propre monstre  – une bataille qui gagnerait une attention internationale dans des jours de son courrier en ligne.

Miles a posté deux photos avec sa confession montrant le tatouage, toujours gonflé autour des bords. Formé comme un ambigramme (affichant des messages différents à partir de perspectives différentes), le script encré juste au-dessus de son genou se lit «je vais bien» à ceux qui regardent Miles. Mais quand elle regarde le tatouage de son point de vue, en le regardant à l'envers, il se lit: «Sauvez-moi."



(Chère maman et papa, s'il vous plaît ne me tuez pas sur ce choix permanent. Je veux que vous m'écoutiez.) Aujourd'hui, je sors ...
Publié par Bekah Miles le dimanche, 23 Août, ici à 2015

Le message Facebook de Miles était uniquement destiné à la famille et aux amis, mais en quelques jours il avait atteint des millions, en commençant une conversation nationale sur la dépression.

Huit jours plus tard, près de 300 000 personnes avaient partagé son message sur Facebook, atteignant des millions. Les médias des États-Unis et du Royaume-Uni à l'Allemagne et l'Australie avaient raconté son histoire. Célébrités comme Ashton Kutcher et Zooey Deschanel ont même mentionné sur leurs propres pages Facebook.

Six semaines plus tard, le rythme médiatique avait calmé, mais le nombre de personnes partageant son poste avait grimpé à 357.844, avec 42.360 commentaires. Plus de 42.000 commentaires - et que ne comprennent pas les messages de 1000 ainsi que dans sa boîte de réception Facebook.

Bien que la plupart des commentaires soient positifs, louant Miles pour sa transparence et son courage, elle ne les a pas lus. «Je refuse, dit-elle. «Il y a beaucoup de bons, mais il y a toujours un ou deux négatifs que je ne veux pas lire, alors je vais juste m'en tenir à tous.

L'histoire du professeur  qui a construit son courage

Il est pas chose facile pour une majore en psychologie d'admettre qu'elle a besoin d'aide mentale. Bien que Miles soupçonne que la dépression l'a affectée depuis plusieurs années, elle a été diagnostiquée il y a seulement un an. «Mon meilleur ami m'a fait aller au centre de conseil et faire mes premiers pas dans la bonne direction», dit Miles. « c'était d'autant vraiment difficile. Étant une psychology major, je connaissais la tactique. C'était vraiment difficile pour moi de passer outre. "

La pause hivernale est venue, et le stress a cessé pendant plusieurs semaines. "Je vais être OK!" Miles a pensé. "Puis le semestre de printemps a commencé, et je suis juste retourné vers le bas. Je ne voulais pas retourner [au conseiller]. Je devais vouloir aller mieux ".

Ce semestre - le début de son premier cycle universitaire - Miles a pris un siège dans de la classe de psychologie Kristina Kays. Les deux avaient limité l'interaction jusqu'ici, donc Miles fus surprise quand Kays, une docteur et psychologue clinique licenciée, a partagé son propre voyage de dépression avec la classe.

Je ne l'aurais jamais deviné. . . Elle est toujours si heureuse, semblait il », dit Miles. «Je n'aurais jamais pensé qu'elle aurait une maladie mentale comme moi. Quand j'ai vu Kris être si vulnérable en classe - une personne si inspirante que tant de gens regardent, je me suis rendu compte qu'il était normal de parler de cela.

"... c'était terrifiant de la meilleure façon. Si en ayant exposé ma vie personnelle a aidé tant d'autres, cela a chaque minute valu la peine . "

Si un professeur de psychologie n'avait pas honte de chercher de l'aide, peut-être une étudiante en psychologie pourrait aussi. Miles rencontra Kays en dehors de la classe, gagnant de l'information et une dose de courage. "Elle était passé par là, alors je lui demandais comment prendre des médicaments, ce qui est assez effrayant à faire - vous ne savez pas l'effet que ça aura", dit Miles.

En avril dernier, au milieu des amitiés, des cours et des devoirs, Miles a commencé l'essai et l'erreur de trouver le bon médicament. "Effets secondaires vraiment mauvais pour certains d'entre eux, comme secouer constamment ou vous ne pouvez pas dormir", dit-elle. «C'est terrible au milieu de la classe; Je ne peux pas maitriser mon corps encore. Il était vraiment difficile d' essayer de se concentrer. »À la fin d'Avril, juste avant les finales, un médicament a commencé à travailler pour elle plutôt que contre elle.

«J'allais aller voir un conseiller à partir de cet été, mais je me suis ravisé», dit Miles. Au lieu de cela, elle a étudié des graphiques sur la dépression qui traduiraient bien dans un tatouage.

«. Je veux faire ' C'est pour ça que j'ai quelque chose de permanent sur mon corps, alors les gens peuvent poser des questions à ce sujet, et je vais en parler. Je suis obligé d'en parler. Je suis obligé d'être vulnérable. " 

le Chaos qui s'ensuit

L'école n'avait pas commencé quand Miles a posté sa mise à jour de statut, donc elle n'avait pas besoin de son ordinateur. Elle suivit nerveusement son poste sur son téléphone. Les 15 actions sur Facebook qu'elle a vu de ses amis la rassuraient. Elle était encore aimée, toujours acceptée.

Son téléphone, cependant, ne montre pas les actions en dehors des amis et amis d'amis. Quelques jours plus tard, son frère a appelé - a-t-elle réalisé ce qui se passait avec son poste? «Je ne pense pas que j'ai jamais attrapé et allumé mon ordinateur portable si vite», dit-elle. Le nombre d'actions, de goûts et de commentaires a continué de monter à chaque heure et chaque jour. Son tatouage et sa mise à jour de statut avaient frappé une corde - un accord que peu  avaient jamais joué, parce que soudainement des centaines de milliers de personnes dans le monde ont trouvé leur voix dans les mots de Miles.

Une semaine plus tard, un administrateur de l'université appelait: Les médias demandent des entrevues - elle était prête? . Sa mise à jour originale de statut a réclamé, «je suis prêt à avoir une conversation au sujet de ma maladie mentale.» Comment était-elle prête?

Les interviews de la radio et de la télévision se sont empilées les unes sur les autres, comme d'autres médias ont affiché ses photos. BuzzFeed, BBC, les affiliés de nouvelles locales pour Fox et NBC, The Huffington Post, Cosmo, People. Miles semblait toujours prête, honnête, ouverte. «Je n'ai aucune idée de la façon dont j'ai semblé calme et rassemblée, parce que je criais à l'intérieur», dit-elle. «Je suis une introvertie hardcore, donc parler de ma vie privée, sachant que ça allait être vu et entendu par tant de gens, était terrifiant. Cependant, comme je l'ai dit dans un bon nombre de mes entretiens, c'était terrifiant de la meilleure façon. Si en ayant exposée ma vie personnelle  ça a aidé tant d'autres, ça a chaque minute valu la peine. "


Bekah Miles and psychology professor Dr. Kris Kays | George Fox University
Kays rencontre maintenant Miles régulièrement après la classe pour offrir des conseils et du soutien. Elless discutent également des projets de recherche sur lesquels elles travaillent ensemble axés sur l'utilisation des médias sociaux dans la conduite de conversations sur des sujets difficiles, en utilisant les réponses au post Facebook de Miles comme des données qualitatives.


Sources info
http://www.georgefox.edu/journalonline/fall15/feature/bekah-miles.html
Et http://www.ohmymag.com/tatouage/i-039-m-fine-son-tatouage-semble-clair-mais-quand-on-le-lit-dans-l-039-autre-sens-le-message-est-choquant_art96491.html

L'histoire de Bekah Miles, une jeune femme originaire, de Canby dans l’Oregon est une histoire touchante. Elle semble mener une vie épanouie, mais tout cela n'est qu'apparence et ce qu'elle cache derrière son tatouage est tout autre... Afin de montrer ce qu'elle ressent Bekah a décidé de se faire tatouer, elle a choisi d'écrire : I'm fine", qui signifie "Je vais bien". Mais lorsque l'on regarde le tatouage de plus près et à l'envers on peut y voir une inscription toute autre : "save me" qui signifie "Sauvez-moi", tel un signe de détresse. En effet, la jeune femme souffre de dépression. Comme le montre son tatouage, en apparence les personnes souffrant de dépression ont l'air heureuses, mais au fond ils souffrent d'un mal profond. Bekah connait beaucoup de personnes vivant avec le même problème, elle a eu l'idée de sensibiliser les personnes à ce sujet au travers d'un message sur sa page Facebook. Elle y explique également la raison de son tatouage : "Aujourd’hui, je me suis fait faire ce tatouage. J’avais l’impression que ma jambe serait le meilleur endroit pour exprimer sa vraie signification. Quand tout le monde le voit, ils voient “Je vais bien”, mais de mon point de vue, je lis “Sauvez-moi”. Pour moi, cela signifie que les autres voient que j’ai l’air d’aller bien, mais en réalité, je ne vais pas bien du tout. Ce tatouage me rappelle que les gens qui ont l’air heureux peuvent très bien être en train de se battre contre eux-mêmes." Bekah a eu le courage de partager sa détresse. Grâce à son message elle permet de sensibiliser de nombreuses personnes sur la dépression. Une maladie, qui touche chaque année des millions de personnes en France. Avec ce message, elle espère que les personnes atteint de dépression comme elle, se sentiront moins seul. La leçon à retenir est la suivante : les apparences sont bien trop souvent trompeuses, n'oubliez jamais de communiquer et de vous intéresser aux gens que vous aimez ! Publié par Sophie Bernard, le 25 mai 2016

En savoir plus : http://www.ohmymag.com/tatouage/i-039-m-fine-son-tatouage-semble-clair-mais-quand-on-le-lit-dans-l-039-autre-sens-le-message-est-choquant_art96491.html?utm_source=fb&utm_medium=cpc&utm_campaign=sco
Copyright © Ohmymag

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire