jeudi 17 novembre 2016

HAUTS DE FRANCE / AISNE : Picardie prévention suicide relancée

Pays chaunois > Chauny : la prévention contre le suicide relancée
Publié le 16/11/2016  Par T.V.  aisnenouvelle.fr* 

Après une période de veille, Picardie prévention suicide repart et souhaite redévelopper une action de proximité auprès des jeunes et des adultes.


« Il y a 3 500 morts sur les routes et 11 000 morts par suicide ». Cette différence pointée par Catherine Vannereux, psychanalyste à Chauny, a de quoi donner à réfléchir. D’autant plus que les évolutions respectives sont très différentes. Si, heureusement, le nombre de morts dans les accidents de circulation diminue régulièrement, le nombre de suicides, en revanche, baisse très peu, de 11 403 en 1990 à 10 524 en 2011 (source : ministère des Affaires sociales et de la Santé).

En Picardie, dans l’Aisne et plus particulièrement dans le Pays chaunois, les cas de suicides sont plus élevés qu’en France métropolitaine (1).

« Des jeunes très, très perdus »

En 2008, suite au suicide d’un enseignant de Gay-Lussac et deux tentatives de lycéens, des actions avaient été mises en place, notamment auprès des jeunes, avec Picardie prévention suicide. Mais, au fil des années, les crédits se sont faits plus rares et les subventions de projets ont été refusées. Du coup, l’association s’est mise en veille. « Il y avait un peu de découragement », avoue la spécialiste. Mais les besoins sont toujours là. Et la professionnelle de santé d’ajouter : « C’est très bien qu’on fasse de la prévention dans les collèges et les lycées, contre le tabac, le diabète. Mais il n’y a rien sur le suicide, alors que c’est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes. Et, à mon avis, ce n’est pas près de baisser. Il y a beaucoup de jeunes très, très perdus, qui ont besoin de conseils de vie ou philosophiques. Ils ont certainement besoin de travail, de gagner leur vie, mais ils ont aussi besoin de donner un sens à leur existence ». Et, ici et là, en amont, dans les écoles ou les collèges, les tensions entre les élèves, voire entre les jeunes et les adultes augmentent… « Il y a une violence verbale grandissante dans les collèges », analyse Catherine Vannereux.

Plus que de continuer à titre personnel de donner des conseils ou d’aider les personnes en difficulté, la psychanalyste, sollicitée par un éducateur et un infirmier de l’hôpital de Prémontré, a souhaité relancer l’association avec des collègues (à Ognes, Laon et Château-Thierry) et constituer un vrai réseau. Pour pouvoir faire un travail de proximité auprès des jeunes et des équipes d’adultes, et dépasser les flots d’images, d’informations… Mais pas seulement. Picardie prévention suicide s’adresse aux parents, aux familles et proches, aux salariés. Par mail, par un numéro de portable et dans des lieux d’accueil et d’écoute, l’association veut « faire taire la souffrance » et « faire parler pour vivre ».

Installée encore rue des Remparts à Chauny, l’association va déménager au 19 rue Aristide-Briand. À partir du 7 décembre, une permanence y sera assurée le mercredi, de 11 à 13 heures. Il est préférable de prévenir avant. À Château-Thierry, la permanence sera assurée au 27 av. Jules-Lefèbvre, le vendredi, de 11 à 13 heures, à partir du 9 décembre.

Picardie prévention suicide : 06 20 75 20 92 ou par mail : picardie.prevention.suicide@gmail.com


(1) Entre 2000 et 2008, la mortalité par suicide dans le Pays chaunois était en moyenne 24,2 pour 100 000 ; 23,1 dans l’Aisne, 22,6 en Picardie ; 17,5 en France métropolitaine.


http://www.aisnenouvelle.fr/region/chauny-la-prevention-contre-le-suicide-relancee-ia16b110n430685

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire