vendredi 18 mars 2016

RAPPORT OMS : Des suicides évitables par des mesures environnementales

L’insalubrité de l’environnement provoque 12,6 millions de décès par an
"Communiqué de presse
15 mars 2016 | GENÈVE - Selon de nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 12,6 millions de personnes sont décédées en 2012 du fait d’avoir vécu ou travaillé dans un environnement insalubre – ceci représentait près d’un quart des décès dans le monde. Les facteurs de risque environnementaux, tels que la pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’exposition aux substances chimiques, le changement climatique ou le rayonnement ultraviolet, contribuent à la survenue de plus de 100 maladies ou traumatismes.
La plupart des décès liés à des facteurs environnementaux sont dus à des maladies non transmissibles
La deuxième édition du rapport intitulé Prévenir la maladie grâce à un environnement sain: une estimation de la charge de morbidité imputable à l'environnement, montre que depuis la publication de la première édition, il y a dix ans, 8,2 millions de décès consécutifs aux maladies non transmissibles (MNT) sont attribuables à la pollution de l’air (y compris l’exposition au tabagisme passif)..."

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2016/deaths-attributable-to-unhealthy-environments/fr/

http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/204585/1/9789241565196_eng.pdf

Des suicides évitables par des mesures environnementales

Plus de 800 000 personnes meurent de suicides chaque année (OMS, 2015d). Le suicide est la deuxième cause de décès dans les 15 à 29 ans, groupe d'âge. Les risques de suicide peuvent être liés à la communauté, par l'intermédiaire de la guerre, les catastrophes, la discrimination, les abus, la violence et d'autres événements stressants de la vie, ou à des conditions de travail défavorables. Les facteurs de risque individuels comprennent les troubles mentaux, l'abus d'alcool et la douleur chronique (Baumert et al, 2014; OMS, 2014).
L’Accès restreint aux moyens de suicide est efficace dans la prévention du suicide, en particulier le suicide impulsif, où la crise suicidaire est souvent de courte durée (Leenaars et al, 2000; HO, 2014y, Yip et al, 2012). Les individus ont tendance à avoir une préférence pour un moyen donné de suicide. La restriction d'une méthode de suicide ne conduit qu'à une substitution limitée par d'autres des moyens (Daigle, 2005).
L'Auto-intoxication par des pesticides représente environ un tiers des suicides dans le monde, et est le plus important moyen de suicide en Inde, en Chine et certains pays d'Amérique centrale, où la majorité des suicides liés aux pesticides se produisent (Gunnell, Eddleston et al, 2007 ; Patel et al, 2012; Phillips et al, 2002). Les Mesures visant à réduire l'accès aux pesticides les plus toxiques peuvent inclure la suppression de ces pesticides des pratiques agricoles à travers la législation, par exemple par l'application des règlements sur la vente, le stockage sûr et l'élimination des pesticides par les individus et de la communauté (OMS, 2014y).
Le suicide par arme à feu est également une méthode courante (et la méthode la plus courante aux Etats-Unis), peut être influencée par des mesures de contrôle des armes à feu. Des mesures efficaces peuvent inclure des règlements pour réduire la disponibilité des armes à feu dans les ménages et des procédures pour l'obtention de licences et d'enregistrement, décrétant un âge minimum pour l'achat des armes à feu, et de faire respecter les exigences de stockage sûres (Brent, 2001; Rodriguez Andres & Hempstead, 2011; OMS, 2014y).
Les interventions structurelles pour réduire le suicide par saut, par exemple de ponts, une autre méthode courante de suicide, ont prouvé leur efficacité (Cox et al, 2013; OMS, 2014y). Dans certains pays, le charbon de bois à brûler pour produire du monoxyde de carbone est devenu une nouvelle méthode de suicide. Ces suicides pourraient être réduits, par exemple en déplaçant les sacs de charbon de bois des étagères ouvertes dans une zone contrôlée (OMS, 2014y; Yip et al, 2010).
Le changement climatique est susceptible d'augmenter la fréquence et la gravité des événements du aux conditions météorologiques défavorables et augmentent ainsi l'exposition des personnes à un traumatisme, un facteur de risque de suicide (Berry et al, 2010).
En outre, certaines études ont montré une augmentation des taux de suicide au cours de changement de température extrême et de sécheresse (Hanigan et al, 2012; Maughan et al, 2014;Page et al, 2007) .
L'estimation de la fraction des suicides qui pourraient être évités par des interventions environnementales est de : 28% (16-40%) en Asie du Sud-Est; 37% (29-43%) dans les parties à faible et intermédiaire revenu de la Région du Pacifique occidental ; 14% (8-42%) en Afrique sub-saharienne; 15% (10-18%) en Amérique latine; et 12% (8-16%) dans les parties à revenu faible et intermédiaire de la Région de la Méditerranée orientale.
Dans les régions à revenu élevé, une proportion de suicides pourrait être évitée par des mesures environnementales estimée à moins de 10%; la proportion globale a été estimée à 21% (13-30%).
Ces estimations sont fondées sur les entrées suivantes:
(a) les pesticides ont été utilisés dans environ 33% des suicides mondiaux (avec de grandes variations régionales) (Gunnell, Eddleston et al, 2007; Patel et al, 2012), environ 60% qui sont supposés être évités (estimation basée sur l'enquête effectuée dans le cadre de cette étude, en outre soutenu par une diminution des taux suivants les interventions) (Gunnell, Fernando et al, 2007; Knipe et al,2014);
(B) les armes à feu ont été utilisées dans environ 46% des suicides dans les Amériques, et 4,5% dans d'autres pays à revenu élevé, 19% de ce qui pourrait être empêché (OMS, 2014y).

INTERVENTIONS SÉLECTIONNEES
• Au Sri Lanka, une diminution significative des suicides s'est produite suite à l'interdiction de la classe la plus toxique des pesticides (Knipe et al, 2014).
• La législation réformée des armes à feu  et un plan de désarmement volontaire menée au Brésil a conduit à une diminution significative des suicides (Marinho de Souza Mde et al, 2007).
• Une méta-analyse de 14 études d'observation a donné lieu à 3,2 fois risques plus élevés de suicides si les armes à feu étaient accessibles par rapport à si elles ne le sont pas (Anglemyer et al, 2014).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire