mardi 2 janvier 2018

ETUDE RECHERCHE La premiere étude nationale irakienne sur le suicide

The Iraqi National Study of Suicide: Report on Suicide Data in Iraq in 2015 and 2016
Mohammed J Abbasa, , , Nesif Alhemiaryb, Emad Abdul Razaq c, Shakir Naosh d, Louis Appleby e
a MBChB, MMed Sci, MRCPsych, Consultant Psychiatrist and Honorary Senior Lecturer, Leicestershire Partnership NHS Trust, Bradgate Unit, Glenfield Hospital, Groby Road, Leicester, LE3 9EJ
b MBChB, FIBMS, (Psych) Assistant Professor and Consultant Psychiatrist, Faculty of medicine, Baghdad University
c MBChB, FIBMS, (Psych), Consultant Psychiatrist and Mental Health Advisor in the Iraqi Ministry of Health
d BSc Sociology, Social worker, Baghdad Teaching Hospital, Baghdad, Iraq
e FRCPsych, Professor of Psychiatry, University of Manchester; Chair, National Suicide Prevention Strategy Advisory Group for England
Points forts

    
• L'INSS est la première étude nationale sur le suicide en Irak.
    
• Les taux de suicide pour 100 000 habitants en Irak étaient faibles (1,09 en 2015 et 1,31 en 2016).
    
• Les taux étaient plus élevés chez les jeunes (67,9% étaient âgés de 29 ans ou moins).
    
• Le rapport M: F était bas.
    
• Les taux de troubles psychiatriques et de toxicomanie reconnus étaient faibles.
Contexte
On sait très peu de choses sur l'épidémiologie des suicides en Irak, compte tenu de l'absence d'un système de surveillance national. Par conséquent, le gouvernement a lancé ce projet "L'étude nationale irakienne sur le suicide" 
“The Iraqi National Study of SuicideMéthodesL'étude a couvert 13 (sur 18) provinces en Irak. Un formulaire de collecte de données a été conçu par les chercheurs. Les formulaires ont été complétés par des postes de police dans les 13 provinces. Des données ont été extraites de l'enquête judiciaire (qui comprend des enquêtes policières, des rapports de famille et des rapports post-mortem) de cas où il n'y avait pas de cause claire de décès et où le juge avait prononcé un verdict final après avoir examiné ces rapports.RésultatsIl y a eu 647 cas de suicide. Le taux brut de suicide pour 100 000 habitants était de 1,09 (1,21 pour les hommes, 0,97 pour les femmes) en 2015 et 1,31 (1,54 pour les hommes et 1,07 pour les femmes) en 2016. La majorité des cas (67,9%) étaient âgés de 29 ans ou moins . 24,1% des cas présentaient des troubles psychiatriques, dont le diagnostic le plus commun était la dépression (53,9%). Dans la majorité des cas (82,1%), il n'y a pas eu de tentatives précédentes. Seule une petite minorité a été victime d'un traumatisme psychologique (15,5%), de problèmes financiers (12,4%) ou d'abus durant l'enfance (2,2%).Limites
L'étude ne couvrait que 13 provinces en Irak. Nous avons pu calculer les taux normalisés selon l'âge pour l'année 2016 seulement. Les données sont basées sur les dossiers officiels de la police et la sous-déclaration et la sous-reconnaissance des troubles psychiatriques sont possibles.Conclusion
Sur la base des données disponibles pour cette étude, le taux de suicide en Irak est inférieur au taux global. Le suicide est plus fréquent chez les jeunes, où la répartition par sexe est presque égale. Des facteurs sociaux et culturels ont peut-être joué un rôle dans ces tendances. Les résultats soulignent la nécessité d'un registre national avec une approche de surveillance complète et multiforme pour identifier correctement les événements suicidaires. Cette étude vise à être la première étape de ce processus.


http://www.jad-journal.com/article/S0165-0327(17)31718-4/fulltext

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire