vendredi 5 janvier 2018

CRITIQUE DEBAT système scolaire sud-coréen

L’enfer du système scolaire sud-coréenici.radio-canada.ca*
 
« À l'impossible nul n'est tenu ». Ce proverbe ne s'applique pas aux jeunes Sud-Coréens qui doivent étudier au moins 12 heures par jour. Portrait d'un système ultracompétitif, qui génère aussi dépressions et suicides.
Un texte de Natalie Chung

Les parents sud-coréens sont obsédés par la réussite scolaire de leurs enfants dès la maternelle en raison du Suneung, l’examen national d’entrée à l’université qu’ils passeront lors de leur dernière année de secondaire. Le jour le plus important de leur vie.
En novembre dernier, 600 000 étudiants sud-coréens ont passé le Suneung, un examen à choix multiples dans cinq disciplines, dont les sciences, les mathématiques et l’anglais. Tous espèrent obtenir la moyenne la plus élevée pour être admis dans les trois meilleures universités de la Corée, connues sous l’acronyme SKY, qui désigne la Seoul National University, la Korea University et la Yonsei University.
Être admis dans ces universités est une consécration pour l’étudiant et sa famille, car en être diplômé ouvre toutes les portes en Corée du Sud.
Pour ne pas être laissés de côté dans cette course folle vers la réussite, presque tous les élèves sud-coréens fréquentent les hagwons après leur journée ordinaire à l’école pour étudier encore plus.
Les hagwons sont un réseau parallèle d’écoles privées très coûteuses, où des tuteurs préparent les élèves pour les rendre plus performants et compétitifs, surtout en mathématiques, en anglais et en sciences, en vue du Suneung.
Après l’école, les jeunes Sud-Coréens affluent dans ces hagwons. Ils y resteront parfois pour étudier et travailler jusqu’à 22 heures, même plus tard parfois. Leur journée est interminable.
Des parents inscrivent leurs enfants dès la maternelle à des cours d'anglais et à des cours de « hangul », l'alphabet coréen, pour qu'ils prennent de l'avance. Photo : Radio-Canada
Les parents sud-coréens sont prêts à dépenser des fortunes pour inscrire leurs enfants dans le réseau privé. Ils investissent en moyenne 800 $ par mois par enfant en frais de scolarité, soit l’équivalent de 20 % du budget familial.
En 2013, les Coréens ont dépensé près de 22 milliards de dollars pour permettre à leurs enfants de fréquenter des hagwons, soit 2 % du PIB du pays.
Mais les jeunes Sud-Coréens, qui n’ont pas de temps pour les loisirs ou les amis, semblent loin d'être heureux dans ce système. Le suicide est devenu la principale cause de mortalité chez les jeunes Coréens de 15 à 24 ans.
Le taux de suicide en Corée du Sud, qui a fortement augmenté depuis 2000, est une préoccupation majeure dans le pays, le plus haut taux parmi les pays de l’OCDE.
Corée du Sud
29,1
Russie
21
Japon
18,7
France
15,8
États-Unis
12,5
Canada
10,5
Turquie
2,6


Repenser le système d’éducation
Song In-soo, un ex-enseignant d’école secondaire, s’inquiète de la santé des jeunes Coréens. À Séoul, il a fondé Pour un monde sans hagwon, le premier groupe de pression au pays qui préconise l’éradication des écoles de tutorats privés et la refonte de l’éducation publique.
Song In-Soo, un ex-enseignant sud-coréen à la retraite.
Song In-Soo, un ex-enseignant à la retraite, a fondé le l'organisation « Pour un monde sans Hagwon ». Photo : Radio-Canada

Dans sa mission, Song In-soo est appuyé par des milliers de parents inquiets. Selon lui, le haut taux de suicide chez les étudiants coréens est directement lié à l’hypercompétitivité de la société.
Au cours de leur scolarité, dit-il, les étudiants croulent sous la pression de la performance scolaire à tout prix. Le modèle d’éducation à la coréenne est devenu le plus exigeant en Asie. Il affirme que, si rien n’est fait, le nombre de suicides continuera d'augmenter.
La réussite sud-coréenne
La Corée du Sud est un miracle économique. Ce pays complètement ruiné après la guerre en 1953 s’est hissé en seulement quelques décennies au 11e rang des pays les plus riches au monde. Le pays du Matin calme, comme on le surnomme, est devenu la quatrième puissance économique en Asie.
Les chaebols, conglomérats industriels tels que Samsung, Hyundai ou LG, ont bâti la nation. Ils ont permis le décollage de l’économie coréenne après la guerre. La Corée est devenue un modèle de réussite économique dans le monde.
Ce modèle de réussite fait partie de l’ADN de la Corée du Sud, la relève de cette société hypercompétitive écope ainsi d’un lourd fardeau, celui d’être les meilleurs à tout prix. Poussés par leurs parents au primaire et au secondaire, les élèves sud-coréens honorent d’ailleurs ce contrat tacite.
Depuis 15 ans, ils figurent parmi les champions de la réussite scolaire dans le monde. Selon les études internationales PISA qui évaluent la performance des élèves de 15 ans en mathématiques, en science et en lecture, la Corée du Sud se maintient d’année en année dans le peloton de tête des 10 pays les plus performants.
Pour être de si bons élèves, les élèves sud-coréens ne dorment que 5 heures par nuit et étudient au minimum 12 heures par jour, mais à quel prix?

Découragement et désespoir

Dans la vingtaine, Yae Ji et Eu Jung sont étudiantes à l’Université Yonsei et à l’Université Ewha à Séoul. Yae Ji comprend pourquoi certains passent à l’acte.
On est jeune et on n’a pas beaucoup d’expérience, notre vie se résume à réussir l’examen national. On a vécu toute notre vie avec ce seul objectif. Quand ça ne fonctionne pas, on sombre dans le désespoir.
Yae Ji
Son amie Eu Jung estime quant à elle que les jeunes ont très peur de décevoir leurs parents. Leur plus grand désir, dit-elle, est qu’ils soient fiers d’eux, mais les parents leur mettent beaucoup de pression pour qu’ils soient admis dans les grandes universités. Quand ils échouent, ils sont très vite découragés.
Le documentaire La Corée de mon père de Natalie Chung et Georges Amar sera présenté le 4 janvier à 20 h sur ICI RDI.
Égalité des chances et bonheur
Song In-soo et les milliers de parents et d’éducateurs qui militent à ses côtés réclament un accès à une éducation publique de qualité pour tous, sans distinction de classes sociales.
Le système des hagwons a créé ces dernières années une polarisation entre les riches et les pauvres. Les mieux nantis fréquentent les meilleurs instituts privés situés pour la plupart dans le quartier cossu de Gangnam de Séoul. Au terme de ce parcours élitiste, ils auront plus de chances de réussir.
Si vous êtes pauvre, vous êtes mis de côté, vous n’êtes même pas dans la course, avance M. Song. Les parents moins nantis n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants dans les hagwons les mieux cotés.
Le groupe Pour un monde sans hagwon s’est donné l’immense tâche de changer le système d’éducation en Corée du Sud, de le rendre plus démocratique en diminuant les frais de scolarité et en changeant la culture d’extrême compétitivité à laquelle sont soumis les étudiants au cours de leurs études menant au Suneung.
Mais avant tout, leur grande et ultime mission est de sauver la vie des jeunes Sud-Coréens et de faire en sorte qu’un jour ils soient heureux d’aller à l’école.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1074742/coree-sud-education-competition-suneung-universite-depressions-suicides

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire