mardi 27 juin 2017

Vidéo : Une médecin parle de sa dépression pour briser les tabous

Vidéo : Une médecin parle de sa dépression pour briser les tabous
le 21 juin 2017 
signalé www.psycom.org*
[Radio Canada] Les préjugés entourant la dépression, l'anxiété et l'épuisement professionnel dissuadent des milliers de Canadiens de demander de l'aide. La médecin Karen Desrosiers, qui a elle-même souffert de dépression, appelle la population à briser les tabous pour permettre à plus de gens de s'en sortir.
« C’est quand je me suis dit : “ J’ai eu une belle vie, je pense que ce serait le fun de juste arrêter d’avoir mal et d’arrêter de souffrir et juste arrêter tout ça. Bye-bye tout le monde, je m’en vais”... mais j’avais des enfants, je ne pouvais pas faire ça. C’est là que ça m’a fait peur, parce que je pensais au suicide », confie Karen Desrosiers.
Alors que la fatigue s’accumulait et que le tourbillon d’idées noires s'accélérait, la mère de trois enfants n’a eu d’autre choix que de prendre son courage à deux mains et de consulter un médecin. Cette étape a été difficile pour cette femme qui avait toujours eu la réussite et la performance à coeur.
« Des fois, tu t’en rends compte que ça ne va pas bien, mais tu as honte de dire que tu as peut-être une dépression, donc tu tasses ça à côté. C’est beaucoup de préjugés dans la société, mais les pires, c’est le jugement que tu te fais envers toi-même », dit-elle.
La honte, une barrière à la guérison
Karen Desrosiers a eu de la difficulté à aller consulter un professionnel de la santé. Pendant longtemps, elle s’est dit que consulter un psychologue signifiait qu’elle était faible. « Juste aller voir une psychologue, ce n’est pas bien vu. »
Celle qui travaille dans le domaine de la santé sait cependant que la dépression est une maladie comme une autre et qu’il est important d’obtenir des traitements.
« C’est un débalancement chimique, autant qu’un problème d’hypertension ou de diabète. Est-ce qu’on dit à ces gens-là: “Prends pas ton traitement et va faire du yoga à la place et ça va passer“? Voyons donc, on ne fait pas ça, mais pour la maladie mentale, c’est ça », déplore la médecin.
Les préjugés au travail
Près de trois millions de Canadiens vont souffrir de dépression au cours de leur vie. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, la dépression atteint surtout les gens en âge de travailler, c'est-à-dire de 24 à 44 ans.
Source  Radio Canada

http://www.psycom.org/Actualites/Comment-agir/Video-Une-medecin-parle-de-sa-depression-pour-briser-les-tabous

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire