vendredi 16 juin 2017

ETUDE RECHERCHE ISRAEL Facteurs de risque de suicide dans l'armée israélienne entre les années 1992-2012

Article  Suicide dans l’armée, une cause majeure de mortalité en temps de paix !  Publié le 12/06/2017 www.jim.fr*
Seconde cause de décès chez les 15–24 ans, le suicide est une cause importante de mortalité en Europe et aux États-Unis. Dans l’armée d’Israël (où il demeure la cause principale de mortalité en temps de paix), une vaste étude sur des adolescents (1 171 359 participants) a été conduite pour préciser le profil des suicidaires dans cette population et mieux comprendre les facteurs de risque du suicide chez les adolescents en général.
Alors que le service militaire est obligatoire aussi pour les femmes en Israël, cette étude confirme la « sur- représentation du sexe masculin parmi les suicidés dans l’armée. » Dans les facteurs de risque, on remarque notamment l’origine éthiopienne, un faible statut socio-économique, un trouble de la personnalité de type B ou C[1] ou de faibles difficultés d’adaptation. Ce dernier constat semble paradoxal, car on s’attendrait plutôt à de « fortes difficultés d’adaptation », mais il s’agit là d’un biais apparent de sélection où les sujets avec une problématique plus lourde (dépression majeure, troubles bipolaires, psychose...) ont été réformés d’emblée à l’examen médico-psychologique d’incorporation et ne figurent donc pas dans les effectifs de l’armée. À l’inverse, il existe des facteurs protecteurs contre le risque de suicide sous l’uniforme : pratique de la religion juive, intelligence faible à moyenne, service dans une unité non combattante et, plus curieusement, un « diagnostic d’anxiété lors de la conscription. »

Appartenance à une minorité et trouble psychiatrique

En définitive, ces données de l’armée israëlienne sont globalement « comparables à celles recueillies chez les militaires et civils américains ou européens » : être issu de l’immigration, appartenir à une minorité, ou relever d’un diagnostic psychiatrique sont des facteurs de risque bien connus. Ici, les Juifs originaires d’Ethiopie constituent la dernière minorité arrivée en Israël et présentent aussi le plus fort taux de suicide dans la population générale. Autre fait marquant : si le suicide est plus de deux fois plus fréquent parmi les sujets avec une pathologie diagnostiquée, « 93,5 % des soldats suicidés n’avaient reçu aucun diagnostic psychiatrique à l’enrôlement. » Cela fait écho au taux de suicide « quatre fois supérieur chez les personnes avec de faibles difficultés d’adaptation » : outre l’existence d’un biais de sélection, ce constat contre-intuitif s’explique par deux autres facteurs. D’une part, les sujets avec un trouble mental léger (mais non réformés) sont affectés à un poste moins stressant (non combattant), a priori moins susceptible d’amplifier le risque de suicide. D’autre part, un suivi plus étroit est proposé aux sujets dépistés, ce qui expliquerait pourquoi un diagnostic d’anxiété à l’enrôlement se révèle paradoxalement un facteur protecteur du risque de suicide, car il s’accompagne généralement d’une prise en charge médico-psychologique favorisant une meilleure insertion de l’intéressé. Cependant, le contexte psychopathologique peut entraîner un refus ou un évitement de l’aide proposée, le sujet ou/et son commandement pouvant « sous-évaluer les difficultés. » Se retrouvant alors au front malgré une vulnérabilité latente, ce sujet a bien sûr un risque de suicide plus élevé.
Par un meilleur dépistage, mais aussi en réduisant le sentiment de honte et de stigmatisation lors d’un suivi psychologique ou psychiatrique, les politiques de prévention du suicide peuvent donc encore être renforcées en Israël, pays où le suicide collectif de Massada[2] passe parfois comme un « acte héroïque fondateur. »
[1] http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2071
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Massada
Dr Alain Cohen
Références
Shelef L et coll.: Risk factors for suicide in the Israeli army between the years 1992–2012: A case-control study. European Psychiatry, 2017; 39: 106–113.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924933816300992

* http://www.jim.fr/medecin/e-docs/suicide_dans_larmee_une_cause_majeure_de_mortalite_en_temps_de_paix__165933/document_actu_med.phtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire