vendredi 16 juin 2017

ETUDE RECHERCHE FRANCE Les predicteurs du quotidien sur l'idéation suicidaire chez les adultes récemment sortis de l'hôpital après une tentative de suicide grave: une étude pilote

Titre : Predictors of daily life suicidal ideation in adults recently discharged after a serious suicide attempt: A pilot study
Mathilde Husky a, , , Joel Swendsen b, Adela Ionita c, d, Isabelle Jaussent d, e,
Catherine Genty c, d, e,  Philippe Courtet c, d, e, f
a University of Bordeaux, Laboratoire de Psychologie EA4139, Institut Universitaire de France, Bordeaux, France
b University of Bordeaux, PSL Research University, EPHE, CNRS, UMR 5287 INCIA, F-33076 Bordeaux, France
c Department of Emergency Psychiatry and Acute Care, CHU Montpellier, Montpellier F-34093, France
d University of Montpellier, Montpellier F-34000, France
e Inserm, U1061, Montpellier F-34093, France
f Fondamental Foundation, Créteil, France
Received 2 January 2017, Revised 1 May 2017, Accepted 12 June 2017, Available online 12 June 2017
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0165178117300070

Sujet de l’étude: Les prédicteurs du quotidien sur l'idéation suicidaire chez les adultes récemment sortis de l'hôpital après une tentative de suicide grave: une étude pilote
Les objectifs de l'étude sont d'examiner le rôle prédictif des fluctuations du l'humeur du quotidien, des contextes sociaux et des comportements sur les idées suicidaires subséquentes ; Et identifier les facteurs cliniques et psychologiques associés à la fréquence générale des idées suicidaires dans un échantillon à risque élevé. L'échantillon comprenait 42 adultes (73,8% de femmes) hospitalisés pour une tentative de suicide. Immédiatement après la sortie de l'hôpital, ils ont utilisé l' Évaluation écologique instantanée pendant sept jours consécutifs, en fournissant des mesures répétées d'idées suicidaires, facteurs environnementaux, contextuels et comportementaux. En contrôlant les idées suicidaires antérieures, un certain nombre de variables contextuelles ont été associées aux idées suicidaires ultérieures. Être à la maison ou au travail était associé à une probabilité accrue d'idées suicidaires, alors qu’être à la maison d'autres proches, ou dans un environnement de fête ou de loisirs, a diminué la probabilité des idées suicidaires. Le travail, les loisirs passifs et l'inactivité ont tous augmenté la probabilité des idées suicidaires. Être seule à augmenter les idées suicidaires alors que être proche d'autres réduit considérablement ce risque. Enfin, aucun effet global pour les événements stressants n'a été trouvé, mais les événements familiaux négatifs étaient spécifiquement associés à une probabilité accrue d'idées suicidaires (γ = 0,448, t = 2,255, df = 29, p <0,05). Les résultats fournissent des résultats préliminaires concernant les facteurs environnementaux et comportementaux proximaux associés à l'apparition d'idées suicidaires dans un échantillon à risque élevé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire