vendredi 2 juin 2017

ETUDE RECHERCHE AUSTRALIE Le risque de suicide après la sortie de l'hôpital psychiatrique

Le risque de suicide demeure élevé pendant des années après la sortie de l'hôpital psychiatrique
D'après un article sur APA Psychiatric News Alert  du 30/05/2017 "Suicide Risk Remains Elevated for Years After Discharge From Psychiatric Hospital "

 Les patients admis dans les hôpitaux psychiatriques en raison des pensées suicidaires et des comportements sont connus pour être particulièrement exposés à un risque de suicide lors de la sortie. Un rapport publié aujourd'hui dans JAMA Psychiatry suggère que le risque de suicide est nettement élevé chez tous les patients après la sortie de l'hôpital psychiatrique, même ceux qui n'ont pas d'antécédents de pensées suicidaires."On a soutenu qu'une façon de combattre le suicide post-sortie est de se concentrer sur des patients présentant des caractéristiques cliniques qui signifient un risque de suicide élevé. Cependant, les taux de suicide très élevés calculés dans cette étude et les limites connues de l'évaluation des risques de suicide suggèrent que l'accent mis sur l'évaluation des risques cliniques pourrait induire les cliniciens en erreur à penser que certains patients peuvent être considérés comme ayant un faible risque après la sortie ", Matthew Michael Large, B.Sc., MBBS, D.Med.Sci., De l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, et ses collègues ont écrit.

Les résultats ont été basés sur une méta-analyse de 100 études sur les taux de suicide après sortie d'hospitalisation effectués au cours des 50 dernières années. Le taux global de suicide
après sortie était de 484 pour 100 000 personne/an - un chiffre constaté par les auteurs est «44 fois le taux de suicide global de 11,4 pour 100 000 patients par année en 2012.»Le taux de suicide était le plus élevé dans les trois mois suivant la sortie (1 132 pour 100 000) et chez les patients admis avec des idées ou des comportements suicidaires (2 078 pour 100 000). Les taux de suicide combinés pour 100 000 patients/an étaient de 654 pour les études avec des périodes de suivi de trois mois à un an, 494 pour les études avec des périodes de suivi de un à cinq ans, 366 pour les études avec des périodes de suivi de cinq à dix Ans et 277 pour les études avec des périodes de suivi de plus de 10 ans."Le message clinique de ces résultats est clair: des interventions universelles et continues de prévention du suicide sont nécessaires pour les patients après une décharge hospitalière psychiatrique, avec un suivi plus élevé de la surveillance clinique et du soutien des patients pendant les premiers mois après la sortie de l'hôpital et pour les patients ayant une histoire de comportement suicidaire ", Mark Olfson, MD, MPH, du Collège des médecins et chirurgiens de l'Université de Columbia et de l'Institut psychiatrique de l'État de New York a écrit dans un éditorial connexe. "Une plus grande appréciation du risque élevé élevé de patients hospitalisés psychiatriques après la sortie pourrait aider à renforcer les ressources cliniques afin de réduire le nombre inacceptablement élevé de personnes qui meurent chaque année par suicide".





Étude citée en ligne : May 31, 2017 Suicide Rates After Discharge From Psychiatric FacilitiesA Systematic Review and Meta-analysis
Daniel Thomas Chung1; Christopher James Ryan, MBBS, MHL, FRANZCP 2; Dusan Hadzi-Pavlovic, BSc, MPsychol 3; et al Swaran Preet Singh, MBBS, MD, FRCPsych, DM 4; Clive Stanton, MBBS, MRCPsych, FRANZCP 5; Matthew Michael Large, BSc, MBBS, FRANZCP, DMedSci 3,5
1MD candidate, Faculty of Medicine, University of New South Wales, New South Wales, Australia  
2Discipline of Psychiatry, Centre for Values, Ethics, and the Law in Medicine, University of Sydney, Sydney, Australia 
3School of Psychiatry, University of New South Wales, New South Wales, Australia 
4Head, Mental Health and Wellbeing, Warwick Medical School, University of Warwick, Warwick, England 
5The Prince of Wales Hospitals, Randwick, New South Wales, Australia
JAMA Psychiatry. Published online May 31, 2017. doi:10.1001/jamapsychiatry.2017.1044

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire