vendredi 17 mars 2017

USA ETUDE RECHERCHE Les problèmes de drogues et d'alcool liés à l'augmentation du risque de suicide chez les anciens combattants


Les problèmes de drogues et d'alcool liés à l'augmentation du risque de suicide chez les anciens combattants, en particulier chez les femmes, d'après une étude sur du long terme

D'après article Drug & alcohol problems linked to increased veteran suicide risk, especially in women, long-term study finds, The Institute for Healthcare Policy and Innovation University of Michigan 16 mars 2017

http://labblog.uofmhealth.org/rounds/drug-and-alcohol-problems-linked-to-vet-suicides-especially-women

les problèmes de drogues et d'alcool liés à l'augmentation du risque de suicide chez les anciens combattants, en particulier chez les femmes, d'après une étude sur du long terme
Médecine du Michigan


Les résultats indiquent la nécessité d'intensifier les efforts de prévention du suicide chez les anciens combattants souffrant de troubles liés à l'usage de substances psychoactives, en particulier ceux qui ont également des problèmes de santé mentale


ANN ARBOR, MI - Les anciens combattants qui ont des problèmes de drogue ou d'alcool sont deux fois plus susceptibles de mourir par suicide que leurs camarades, d'après une nouvelle étude. Et les femmes vétérans avec des troubles de consommation de drogue ont un taux encore plus élevé de suicide - plus de cinq fois celle de leurs pairs, montre la recherche.

Le risque de suicide varie en fonction du type de substance avec laquelle le vétéran a des problèmes, selon l'étude.

Les risques suicidaires les plus élevés sont parmi ceux qui abusent des médicaments sédatifs prescrits, comme les tranquillisants. Les femmes vétérans qui abusent des drogues opioïdes ont également un risque particulièrement élevé de suicide, constate l'étude .

La recherche , publiée dans la revue Addiction par une équipe de l'Université du Michigan et le ministère des Anciens Combattants, conclut qu'une grande partie de la différence dans les risques de suicide pourrait être expliquée par les anciens combattants qui ont à la fois des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

Mais ils disent que les nouvelles découvertes soulignent la nécessité de concentrer plus d'efforts de prévention du suicide des anciens combattants sur ceux qui ont des troubles d'usages de substances, surtout s'ils ont aussi des troubles liés à la dépression, la schizophrénie, le trouble bipolaire, le stress post-traumatique ou l'anxiété.

Les nouvelles découvertes proviennent de l'un des plus importants examens de toxicomanie et de suicide auxquels ont participé plus de 4,4 millions de vétérans.

Kipling Bohnert, Ph.D.

«Nous espérons que ces résultats aideront les cliniciens et les systèmes de santé à soigner les personnes atteintes de troubles liés à l'utilisation de substances psychoactives, aux problèmes de santé mentale et aux deux, et de concentrer leurs efforts de prévention du suicide en conséquence», déclare Kipling Bohnert, Ph. , Auteur principal de l'étude et chercheur au VA Center for Clinical Management Research , qui est également professeur adjoint de psychiatrie à l'UM Medical School. "Les troubles liés à l'usage de substances peuvent constituer des marqueurs importants du risque de suicide."

Vingt vétérans meurent par suicide chaque jour - un taux beaucoup plus élevé que dans la population générale.

Parce que les deux tiers des suicides dans l'étude impliquaient des armes à feu, les chercheurs notent également que la sécurité des armes à feu est importante dans les efforts visant à réduire le taux de suicide sur ceux qui ont servi la nation. De plus, un quart des suicides parmi les anciens combattants ayant des troubles liés à l'usage de substances étaient des intoxications intentionnelles, soulignant la nécessité de stratégies pour prévenir cette forme de suicide dans ce groupe.

Les chercheurs disent que leur travail peut avoir des implications pour la population civile aussi, mais qu'il est plus difficile d'étudier les personnes en dehors de la VA de la même manière parce que les dossiers ne sont pas centralisés comme ils sont à la VA.




À propos de l'étude

Bohnert et ses collègues du ministère des Anciens Combattants, de l' U-M Addiction Center et de U-M Institute for Healthcare Policy and Innovation ont examiné les dossiers de VA d'un grand groupe d'anciens combattants qui ont vu un fournisseur  en 2004 et 2005. Ils ont suivi des suicides parmi ce groupe sur les six années d'après.

Au total, 8,3 pour cent des hommes et 3,4 pour cent des femmes de la cohorte avaient un trouble lié à l'usage de substances inscrits dans leur liste de diagnostics en 2004-2005. Et 9 087 des anciens combattants du groupe d'étude sont morts par suicide au cours des années de suivi.

À l'aide de techniques statistiques, l'équipe a calculé les taux de suicide pour 100 000 personnes par année, puis calculé les taux pour les anciens combattants ayant des problèmes de toxicomanie dans l'ensemble et pour les troubles spécifiques de consommation de substances.

Au total, le taux de suicide était de 75,6  pour les anciens combattants ayant un trouble lié à l'usage de substances, le taux pour les vétérans en globalité était de beaucoup inférieur. Une étude antérieure menée par Mark Ilgen, Ph.D., co-auteur de la nouvelle étude, a trouvé des taux semblables plus élevés chez les anciens combattants qui ont été suivis de 1999 à 2006.

En tout, le taux de suicide était 75,6 par 100.000 années-personnes avec n'importe quel désordre d'utilisation de substance ; le taux pour la combinaison de vétérans était beaucoup inférieur — 34,7 par 100.000 personnes/ annee. Une étude précédente menée par Mark Ilgen, Ph.D., co-author également sur la nouvelle étude, pareillement trouvés niveaux supérieurs parmi les vétérans qui ont été dépistés à partir de 1999 à 2006.

Mais la nouvelle étude permet aux chercheurs de se familiariser avec la substance spécifique avec laquelle les anciens combattants avaient des problèmes, y compris l'alcool, les opioïdes, la marijuana et la cocaïne.

L'étude a révélé que le risque de suicide était le plus élevé chez les anciens combattants des deux sexes qui utilisaient mal les sédatifs - 171,4 pour 100 000 personnes/années - et nettement plus élevés chez les femmes qui utilisaient des opioïdes à 98,6 pour 100 000 années/personnes. Les chercheurs n'ont pas pu faire la distinction entre l'utilisation abusive des opioïdes prescrits et les problèmes avec d'autres opioïdes sans ordonnance, comme l'héroïne.

Les hommes qui ont mal utilisé les amphétamines ont également eu un taux de suicide de 95 pour 100 000 personnes/années. L'étude ne pouvait pas dire s'ils utilisaient abusivement des amphétamines prescrits, comme ceux utilisés pour le trouble déficitaire de l'attention, ou en utilisant des drogues illicites comme la méthamphétamine.

Les chercheurs ont ensuite tenu compte de l'âge des anciens combattants et de la gravité globale de leurs conditions médicales, et ont calculé le risque de suicide selon le type de trouble lié à l'usage de substances.

Cela a quelque peu réduit la taille de la différence dans les risques de suicide, mais la plupart des relations d'origine restaient. Lorsque les chercheurs ont pris en compte les diagnostics de santé mentale, l'image a changé. Chez les femmes, seuls les troubles liés à l'alcool et aux opioïdes étaient associés à un risque de suicide plus élevé, indépendamment de la santé mentale et physique. Les différences entre les hommes et les femmes diminuent également.

Mais les deux sexes souffrant de troubles liés à l'usage de substances présentaient un taux de suicide plus élevé, même après avoir tenu compte des différences de santé physique et mentale.

Selon Bohnert, «L'évaluation et le traitement des affections psychiatriques coexistantes, en plus de la consommation de substances, peuvent être importants pour réduire le risque de suicide chez les personnes qui ont des troubles liés à l'usage de substances psychoactives.

En plus de Bohnert et Ilgen, l'étude a été menée par Samantha Louzon et John F. McCarthy, Ph.D., du  VA Serious Mental Illness Treatment Resource and Education Center , et Ira R. Katz du VA Office of Mental Health Services . L'étude a été financée par le ministère des Anciens Combattants. Référence: Addiction, Early View, doi:10.1111/add.13774
Les anciens combattants en situation de crise doivent appeler la Ligne de crise des anciens combattants au 800-273-8255 (press 1) ou au 838255.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire