jeudi 30 mars 2017

RETOURS SUR MANIFESTATION Urgences psychiatriques et suicide Comment mieux prévenir la récidive

Urgences psychiatriques et suicide  Comment mieux prévenir la récidive

Congrès médicaux
Le Quotidien du Médecin
Article, jeudi 30 mars 2017

Le congrès de la Fédération trauma suicide liaison urgence vient de se tenir à Metz. Ont été présentées notamment les initiatives menées aux urgences en prévention de la récidive du suicide.

Chaque année, en France, 10 000 personnes décéderaient par suicide. Mais 195 000 personnes sont prises en charge par les urgences hospitalières, pour tentative de suicide. Beaucoup de survivants y rencontrent pour la première fois un psychiatre. Comment se saisir de cette opportunité pour prévenir la récidive ? Lesquels faut-il hospitaliser ? Comment les suivre, ensuite, sans verser dans la surveillance ? Quand les traitements médicamenteux sont-ils pertinents ? Quelles grilles d'évaluation du risque suicidaire utiliser ?

Ces préoccupations étaient au coeur du deuxième congrès de la FTSLU (Fédération trauma suicide liaison urgence) qui s'est déroulé à Metz fin mars, auxquels participaient essentiellement des psychiatres. Son thème : « comment améliorer et transmettre nos pratiques des urgences psychiatriques ? ».

« Le problème des urgences est de pouvoir garder les patients suffisamment longtemps en observation pour apprécier sur la durée l'évolution de la crise suicidaire », indique le Dr Jean-Jacques Chavagnat, président de la FTSLU. Laisser repartir des urgences au bout de 12 ou 24h (la majorité des cas) est un délai suffisant pour les patients entourés, dont on a compris le fonctionnement psychique, et qui repartent avec des pistes pour mieux faire face à leurs difficultés existentielles mais pas pour les autres. « Il faut parfois plusieurs jours pour repérer un événement psychopathologique, prendre contact avec les proches, faire un bilan médico-psycho-social, et établir une conduite à tenir, en mettant éventuellement en place un suivi organisé. Nous, les psychiatres des services d'urgence, devons parfois aussi négocier avec les urgentistes qui laisseraient volontiers le patient sortir, car son état semble le permettre » , poursuit le psychiatre.

La bonne collaboration avec ces derniers, en charge de l'examen somatique, est en effet capitale. « Nous les voyons en premier et devons savoir les calmer, leur apporter réconfort, afin de les mettre en condition pour l'entretien avec le psychiatre. Ce n'est pas simple, car notre métier est d'abord le sauvetage » , confie le Dr Sandrine Weber, urgentiste à Metz.

Une veille post-sortie

« Longtemps absents de ces services, les psychiatres ont compris qu'il ne fallait pas attendre le confort feutré de leur cabinet pour entamer un travail. Il faut "surfer sur la vague" de la crise suicidaire. Là les gens ont des choses à dire, alors qu'ils peuvent être suivis 10 ans sans que rien ne bouge » , estime le Dr Pascal Pannetier, chef des urgences psychiatriques à l'hôpital de Mercy. Jusqu'à démarrer la psychothérapie aux urgences, pour la poursuivre après l'hospitalisation ? Selon Le Pr Antonio Andreoli, de Genève, des études montrent en effet que cette continuité de prise en charge est un facteur majeur d'efficacité pour le suicidant grave, y compris quand ces thérapies sont engagées par des infirmiers formés et supervisés. Mais le coût serait important, alors même que les centres d'accueil de crise, permettant d'hospitaliser jusqu'à une semaine les patients qui ne relèvent pas de l'hôpital psychiatrique, ne sont pas encore généralisés dans les services d'urgences psychiatriques. De plus en plus d'hôpitaux systématisent une veille post-sortie sur leurs suicidants. Le dispositif VigilanS, par exemple, a été mis en place il y a deux ans à Lille, et essaime actuellement sur plusieurs territoires expérimentaux. Un mémo est remis au patient sortant des urgences avec un numéro de téléphone d'urgence, une carte postale à son nom est envoyée chaque mois pendant quatre mois, et des infirmiers et psychologues le rappellent systématiquement à six mois, et bientôt à six jours (ou 10 à 21 jours pour les récidivistes), avec poursuite de mois en mois si la personne ne va pas mieux. Pour le Pr Michel Walter, qui teste l'envoi de SMS, à Brest, l'efficacité de tels dispositifs est démontrée, et d'autant plus grande que la personnalisation est poussée. Le CHR de Lille s'apprête à franchir un pas de plus avec la sortie en juin prochain d'une application mobile, Vigikit, qui proposera un suivi encore plus étroit à la sortie de l'hôpital, et permettra de recueillir des données sur l'évolution des idées suicidaires dans le temps.
http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/03/30/comment-mieux-prevenir-la-recidive_846140

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire