jeudi 23 mars 2017

JAPON Près d'un quart des Japonais ont envisagé le suicide, selon un sondage du gouvernement

Près d'un quart des Japonais ont envisagé le suicide, selon un sondage du gouvernement
source japantimes.co.jp* 
21 mars 2017 Kyodo
Environ un Japonais sur quatre a envisagé de se suicider, les femmes étant un peu plus sujettes à de telles pensées que les hommes, a annoncé mardi le ministère de la Santé.
Dans un sondage publié par le ministère, 23,6 pour cent des répondants avaient envisagé le suicide, soit 0,2 points de pourcentage de l'enquête précédente menée en 2012. Le ratio était de 25,6 pour cent pour les femmes et 21,4 pour cent pour les hommes.
Par âge, les personnes âgées de 50 ans et plus étaient plus sujettes aux pensées suicidaires que celles des autres tranches d'âge, à 30,1%, suivies de celles de 30 ans (28,7%), 40 (24,3%), 20 (23%),  et les personnes âgées de 70 ans ou plus (19,1%).
Parmi les répondants, 18,9% ont déclaré avoir pensé au suicide au cours de la dernière année.
Interrogés sur la façon dont ils ont réussi à surmonter leurs pensées suicidaires dans une question à réponses multiples, 36,7 pour cent ont dit qu'ils ont déplacé leurs centres d'intérêt pour les loisirs ou le travail, tandis que 32,1 pour cent ont dit qu'ils s’étaient confiés aux membres de la famille, amis ou collègues.
L'enquête a également porté sur la connaissance des mesures et des services publics de prévention du suicide. Environ 6,9 pour cent des répondants ont déclaré qu'ils étaient au courant du service téléphonique national de prévention du suicide, tandis que 5 pour cent ont dit qu'ils connaissaient des campagnes nationales de prévention du suicide d'une semaine et d'un mois.
Étant donné que le niveau de sensibilisation aux mesures publiques et aux services de prévention du suicide demeure faible, le Cabinet envisage de renforcer les mesures visant à approuver le plan de nouvelles mesures cet été.
"Nous aimerions promouvoir davantage la notification des services de consultation et l'élaboration de mesures de santé mentale sur les lieux de travail", a déclaré un responsable du ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être social.
L'enquête a été menée en octobre dernier auprès de 3 000 personnes âgées de 20 ans et plus, avec 2 019 réponses valides.
Selon des données séparées de l'Agence nationale de police, le nombre de suicides totalisait 21 764 en 2016, chutant pour la septième année consécutive.

 * http://www.japantimes.co.jp/news/2017/03/21/national/nearly-quarter-japanese-considered-suicide-government-survey-says/#.WNPW7GdFcdU


Suicides tombent à 21 897, mais restent élevés
AP
source japantimes.co.jp * 23 mars 2017
Moins de Japonais prennent leur propre vie, un signe positif dans un pays avec l'un des plus hauts taux de suicide au monde.
Le ministère de la Santé a déclaré ce jeudi 23 mars que 21 897 personnes se sont suicidées l'année dernière, en baisse de plus de 30 000 en 2011 et la plus faible depuis 1994. De ce nombre, 15 121 étaient des hommes et 6 776 étaient des femmes. C'était la septième année consécutive, le nombre a diminué.
Les experts disent qu'il est difficile d'identifier une raison de la baisse, en l'attribuant à une combinaison de facteurs. Le gouvernement a fait un effort déterminé pour aborder la question, en commençant par la législation nationale en 2006. Les lois sur les prêts aux consommateurs ont été révisées pour empêcher les gens de contracter trop de dettes, tandis que les campagnes de sensibilisation ont contribué à attirer l'attention du public sur cette question.
"Maintenant, nous pouvons parler de suicides", a déclaré Yasuyuki Shimuzu, fondateur de Lifelink, un organisme sans but lucratif qui fait pression pour des mesures de prévention du suicide. "Je crois que le changement dans l'environnement a rendu plus facile pour les nécessiteux de demander de l'aide."
Avant la bonne nouvelle, cependant, venaient de mauvaises nouvelles.
Le nombre de suicides a fortement augmenté en 1998 à plus de 30 000 et est resté à ce niveau très élevé pendant plus d'une décennie. C'était une année où l'économie japonaise est tombée en récession, et les faillites et le chômage ont grimpé. Le taux s'est élevé à environ 26 pour 100 000 personnes.
La seule chance est que les suicides n'ont pas réagi à nouveau après une profonde récession de 2008 à 2009. Ensuite, en 2010, le déclin a commencé et a été régulier depuis lors, portant le nombre à des niveaux antérieurs à 1998.
Un examen plus attentif des données montre que les principaux facteurs conduisant à la fois la hausse à plus de 30.000 et la baisse de retour à près de 20.000 étaient des problèmes de santé et des problèmes financiers. La baisse a été plus forte pour les personnes âgées de 50 à 59 ans.
Les experts disent que les mesures prises depuis 2006 ont été efficaces pour résoudre les problèmes socio-économiques communs chez les hommes d'âge moyen. Les efforts de prévention se concentrent sur les personnes âgées et les jeunes, dont les taux de suicide n'ont pas diminué autant.
Même avec la baisse, le taux de suicide du Japon de 17,3 pour 100 000 personnes en 2016 reste élevé par rapport à la plupart des autres pays. Le taux de suicide des États-Unis est d'environ 13 pour 100 000, et le Royaume-Uni a moins de 10 ans.
Shimizu a déclaré que le Japon devrait viser à obtenir le nombre de 14.000 à 15.000 par an.
Le taux encore élevé signifie que le Japon est un endroit difficile à vivre, une société qui n'est pas bon pour les personnes en difficulté, a déclaré le Dr Yutaka Motohashi, chef du Centre d'appui du Japon financé par l'État pour les contre-mesures de suicide.
"La prévention du suicide n'est pas un travail pour des experts et des personnes spéciales qui soutiennent la cause, mais c'est pour tout le monde", a t-il dit. "Nous pouvons être un peu plus gentils et essayer d'atteindre les autres."

 * http://www.japantimes.co.jp/news/2017/03/23/national/social-issues/suicides-drop-21897-remain-high/#.WNPVSGdFcdU

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire