jeudi 23 mars 2017

ETUDE RECHERCHE USA Risque de suicide après une tentative violente jugé le plus élevé dans les 30 premiers jours

Risque de suicide après une tentative violente jugé le plus élevé dans les 30 premiers jours
d'après une étude menée par des chercheurs du Centre médical de l'Université de Columbia (CUMC) de l'Institut psychiatrique de l'État de New York
D'après article Wednesday, March 22, 2017 Suicide Risk After Violent Attempt Found to Be Highest Within First 30 Days alert.psychnews.org*

Un article publié hier dans AJP in Advance suggère que les personnes qui survivent à des événements violents d'atteintes à soi-même , en particulier ceux impliquant des blessures d'arme à feu auto-infligées, courent le plus grand risque de suicide dans les 30 jours qui suivent un premier accident d'atteinte à soi-même.

«Les adultes qui se présentent pour un traitement après un événement d'atteintes à soi-même délibérées offrent des possibilités de prévention du suicide», ont écrit Mark Olfson, M.D., M.P.H., et ses collègues. «Il faut donner la priorité à l'élaboration et à la mise en œuvre d'interventions rapides qui aident à assurer la sécurité de ces patients à haut risque pendant cette période de risque élevé».

Pour l'étude, Olfson et ses collègues ont extrait des données de Medicaid sur des adultes âgés de 18 à 64 ans avec des diagnostics cliniques d'atteintes à soi-même délibérées (n = 61 297). La cohorte d'atteintes à soi-même a été suivie de la date d'indexation pour 365 jours, de la date du décès par cause, ou de la fin des données disponibles, selon la première éventualité. Au total, 243 décès par suicide ont eu lieu pendant la période de suivi.

Les chercheurs ont indiqué qu'au cours de la première année consécutive à l'indice d'atteintes à soi-même, le taux de suicide de la cohorte de suivi était de 439,1 pour 100 000 personnes/années- 37 fois le taux de suicide de la population générale des États-Unis (11,8 pour 100 000 personnes/années). Des analyses supplémentaires ont révélé que les patients qui ont survécu à des événements auto-infligés violents antérieurs ainsi que ceux qui étaient des hommes et des personnes plus âgées présentaient un risque élevé de suicide. Les patients s’étant infligés des atteintes à soi-même qui utilisaient des méthodes violentes présentaient un risque significativement plus élevé de suicide au cours des 30 premiers jours après l'événement initial, comparativement à ceux qui utilisaient des méthodes non violentes (ratio de risque = 17,5; IC = 11,2-27,3); Les 335 jours suivants.

«Ce modèle de risque appuie des efforts concertés pour protéger les patients qui tentent de se suicider par des méthodes hautement mortelles pendant la période aiguë qui suit l'événement d'atteintes à soi-même. Pendant les périodes de risque extrêmement élevé, l'hospitalisation peut faciliter le travail de crise, la surveillance intensive et la mise en œuvre d'interventions complexes, et elle peut contribuer à assurer la sécurité des patients », ont écrit les auteurs. «Pour les patients qui possèdent des armes à feu ou qui vivent dans des foyers munis d'armes à feu, distribuer des verrous de la gachette et exhorter les membres de la famille à stocker provisoirement des armes à feu domestiques loin du domicile du patient peut constituer une intervention de sauvetage.

Références article cité Suicide Following Deliberate Self-Har, Mark Olfson, M.D., M.P.H., Melanie Wall, Ph.D., Shuai Wang, Ph.D., Stephen Crystal, Ph.D., Tobias Gerhard, Ph.D., Carlos Blanco, M.D., Ph.D.
Received: November 21, 2016 Accepted: February 06, 2017
Published online: March 21, 2017  |  http://dx.doi.org/10.1176/appi.ajp.2017.16111288


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire