mardi 21 mars 2017

Des taux très élevés de suicides dans les populations autochtones

Des taux très élevés de suicides dans les populations autochtones
sur http://www.jim.fr* Publié le 21/03/2017
The Canadian Journal of Psychiatry consacre plusieurs articles à un “problème de santé brûlant” pour la société canadienne et d’autres pays (comme la Nouvelle-Zélande) où les populations indigènes ou aborigènes connaissent des taux de suicide particulièrement élevés. Par exemple, la fréquence des suicides chez les Inuits est “l’une des plus grandes au monde, dix fois plus élevée que pour la population générale du Canada.” Avec des éclairages complémentaires sur la question, ces articles proposent des réflexions sur les mécanismes de ce “phénomène complexe” et les solutions possibles pour le contrer.
La perte de l’identité culturelle
L’importance du taux de suicide chez les autochtones s’apparente à un indicateur de “détresse sociale” comparable, pour certains auteurs, à celle du “canari dans la mine de charbon”, c’est-à-dire un signal d’alerte sur un environnement périlleux. S’il n’existe sans doute pas de cause unique à l’origine de ce grave problème de société, certains facteurs contribuent à l’entretenir : fréquence des  dépressions (en lien avec le manque de lumière naturelle près de six mois par an à des latitudes hyperboréales, pour les Inuits?), fréquence des abus sexuels dans l’enfance, fréquence de l’alcoolisme ou des addictions à d’autres produits... Mais c’est surtout la perte de l’identité culturelle qui sous-tendrait cette flambée des suicides parmi les populations autochtones. On a remarqué ainsi un lien direct entre le déclin massif des langues indigènes et le taux des suicides ou des comportements auto-agressifs ; à l’inverse, en Colombie Britannique où les langues vernaculaires sont encore souvent employées (comme pour faire écho à la devise de cette province du Canada, Splendor Sine Occasu, Éclat sans déclin), le taux de suicide reste plus faible. Probablement car la persistance du langage chez ces autochtones favorise celle de leur cohésion culturelle.
Un phénomène de mimétisme?
Une autre “caractéristique distinctive” accrédite l’hypothèse d’une dimension culturelle dans les suicides des populations indigènes : le fait qu’ils surviennent “souvent par groupes (clusters)”, un phénomène rappelant (à moindre échelle) le mimétisme comportemental sournoisement à l’œuvre dans des sectes.
Pour remédier à cette situation dramatique, des stratégies de prévention du suicide (et de “promotion de la santé et du bien-être”) sont élaborées, parfois au sein même des communautés concernées, comme les Inuits avec l’Inuit Tapiriit Kanatami[1] (Fraternité inuite) visant notamment à préserver la culture et la langue inuite (l’inuktitut), dans l’espoir de réduire le risque (psychiatriquement nocif) d’une acculturation radicale.
[1] https://www.itk.ca/what-we-do/
Dr Alain Cohen
Références
Tempier R : Suicide among Aboriginals: a “burning” public health issue in need of solutions. Can J Psychiatry, 2016; 61: 682–683.
Hatcher S : Indigenous suicide: a global perspective with a New Zeland Focus. Can J of Psychiatry, 2016; 61: 684–687.
Kral MJ : Suicide and suicide prevention among Inuit in Canada. Can J Psychiatry, 2016, 61(11): 688–695.
Mehl-Madrona L : Indigenous knowledge approach to successful psychotherapies with aboriginal suicide attempters. Can J Psychiatry, 2016, 61(11): 696–699.

http://www.jim.fr/e-docs/des_taux_tres_eleves_de_suicides_dans_les_populations_autochtones__164442/document_actu_med.phtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire