vendredi 24 mars 2017

COMMUNICATION DE l'IASP et de sa présidente La prévention du suicide dans un contexte international: Progrès et défis

La prévention du suicide dans un contexte international: Progrès et défis 
Éditorial de la revue Crisis  (2017), 38 (1), 1–6  mars 2017 de 
Ella Arensman, President, International Association for Suicide Prevention (IASP)
Director of Research, National Suicide Research Foundation, Department of Epidemiology and Public
Health, University College Cork, Ireland
WHO Collaborating Centre for Surveillance and Research in Suicide Prevention, Cork, Ireland

 

Titre original Suicide Prevention in an International Context Progress and Challenges
Source
International Association of Suicide Prevention (IASP) newsletter 16/03/2017 Voir le texte original https://gallery.mailchimp.com/caf0c76bf1ba13f043e03f0f5/files/30529f59-6185-4386-8e80-2bf817570e6a/Editorial_Crisis_March_2017.pdf

Traduction infosuicide.org

Les évolutions stratégiques mondiales de la prévention du suicide
Ces dernières années, le Plan d'action mondial pour la santé mentale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 2013-2020, a été un grand pas en avant dans la lutte contre le suicide à l'échelle mondiale (OMS, 2013), Saxena, Funk & Chisholm, 2013.
Ce plan a été adopté par les ministres de la santé dans tous les 194 Etats membres de l'OMS pour reconnaître formellement l'importance de la santé mentale, ce qui a été une réalisation remarquable. Parmi les pays membres de l'OMS, on compte 25 pays où le suicide est toujours criminalisé et 20 autres pays où, selon la charia, les auteurs de tentatives de suicide peuvent être punis de prison (Mishara & Weisstub, 2016). Le plan d'action couvre des actions spécifiques visant à améliorer la santé mentale et à contribuer à la réalisation d'un ensemble d'objectifs mondiaux convenus, notamment pour: a) intensifier de 20% la couverture des troubles mentaux graves; b) réduire de 10% le taux de suicide dans les pays d'ici 2020.
La publication ultérieure du rapport de l'OMS Prévenir le suicide: un impératif mondial en 2014 (OMS, 2014) a été stratégiquement une étape importante et opportune pour accroître l'engagement des gouvernements nationaux et des ministres de la Santé à passer d'un accord à l'action en matière de suicide la prévention. De nombreux membres de l'Association internationale pour la prévention du suicide (IASP) représentant toutes les régions du monde ont participé à la préparation de ce rapport. L'IASP, en collaboration avec le Département de la santé mentale et de l'abus de substances de l'OMS, a lancé des ateliers invitant les représentants des pays à discuter et à échanger des expériences sur l'élaboration et la mise en œuvre de programmes nationaux de prévention du suicide. En outre, l'IASP est en train d'établir un groupe international d'intérêt spécial pour soutenir l'élaboration et la mise en œuvre de programmes nationaux de prévention du suicide à l'échelle mondiale. Dans les six régions de l'OMS, l'IASP et l'OMS soulignent tous les ans l'importance des programmes nationaux de prévention du suicide à l'occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide. Le rapport de l'OMS fournit des conseils pour l'élaboration et la mise en œuvre de programmes nationaux de prévention du suicide tout en tenant compte des différentes étapes d'un pays, c'est-à-dire des pays où les activités de prévention du suicide n'ont pas encore eu lieu de réponse nationale. Dans les régions géographiques, les pays qui ont adopté un programme national de prévention du suicide peuvent avoir un impact positif sur les pays environnants et augmenter la priorité de la prévention du suicide dans les pays qui n'ont pas encore de programme national et ne veulent pas être une exception au sens négatif, Ils ne veulent pas être laissés derrière!  
Avons-nous progressé dans la prévention du suicide au niveau mondial?
Nous l'avons en effet! Depuis la publication du Plan d'action mondial de l'OMS pour la santé mentale et du rapport de l'OMS sur la prévention du suicide, plusieurs indications indiquent que le développement et la mise en œuvre de programmes nationaux de prévention du suicide se sont accélérés, notamment dans les pays comme Guyana (Ministry of Public Health, 2014), Suriname (Ministerie van Volksgezondheid, 2016), and Bhutan (Royal Government of Bhutan, 2015). En outre, l'IASP a soutenu une initiative du ministère de la Santé publique en Afghanistan visant à élaborer un programme national de prévention du suicide, appuyé par un groupe consultatif multisectoriel, qui a été de nouveau renforcé par le rapport mondial de l'OMS sur la prévention du suicide. Toutefois, la liaison avec les partenaires et les parties prenantes dans la prévention du suicide en Afghanistan, en particulier l'organisation de réunions en face à face, est difficile en raison des limitations d'infrastructure et de l'adversité en cours résultant des conflits et de la guerre. Une autre incitation est le fait que le rapport de l'OMS a été traduit dans les six langues des Nations Unies. Des lancements régionaux ont eu lieu au Mexique avec des représentants des pays hispanophones, au Caire, des représentants de la Région de la Méditerranée orientale de l'OMS et à Tokyo avec des représentants de la Région du Pacifique occidental de l'OMS. En outre, un nombre croissant de pays ont récemment terminé leur deuxième programme national de prévention du suicide, comme l'Angleterre (Ministère de la santé, 2012), l'Écosse (Le gouvernement écossais, 2013), l'Irlande (Ministère de la santé, 2015) et les États-Unis (Département américain de la santé et des services sociaux, 2012). Le plan national de prévention du suicide pour le Guyana (2015-2020, Ministère de la santé publique, 2014) a été particulièrement positif. Le taux global de suicide normalisé selon l'âge pour le Guyana en 2012 était de 44,2 pour 100 000, soit le taux de suicide le plus élevé au monde. Cela représente un taux extrêmement élevé de 70,8 pour 100 000 pour les hommes et un taux relativement élevé, dans un contexte international, de 22,1 pour 100 000 pour les femmes. En raison des inquiétudes suscitées par les taux élevés de suicide et l'engagement des ministères de la Santé et de la Santé publique au Guyana et de l'Organisation panaméricaine de la santé / Organisation mondiale de la santé (OPS / OMS), un plan national multisectoriel de prévention du suicide de cinq ans était préparé. La stratégie intègre des activités dans le continuum de la prévention du suicide qui représentent des interventions universelles, ciblant l'ensemble de la population afin de réduire l'accès aux moyens et de réduire la couverture médiatique inappropriée du suicide. En outre, des interventions sélectives ciblant les groupes à haut risque de suicide et des interventions indiquées ciblant les personnes qui présentent des signes de symptômes fortement associés au suicide, par exemple des lignes téléphoniques d'aide à la prévention du suicide et des réseaux d'entraide pour ceux qui ont des idées suicidaires et ont fait des tentatives de suicide , sont inclus. La stratégie repose sur des valeurs et des principes transversaux: a) couverture universelle de la santé; B) les droits de l'homme; C) la pratique fondée sur des données probantes - et les interventions en matière de traitement et de prévention; D) approche du cycle de vie; Et e) approche multisectorielle. Considérant qu'une tentative de suicide au Guyana est encore considérée comme une infraction pénale et que la personne impliquée peut être passible d'un emprisonnement de deux ans (Mishara et Weisstub, 2016), la publication du plan national de prévention du suicide est une réussite significative. Espérons que, grâce à une sensibilisation accrue et à la réduction de la stigmatisation, qui est un objectif clé du plan national, le statut juridique du suicide et de la tentative de suicide au Guyana sera de nouveau examiné d'urgence.


Enquête mondiale IASP-OMS sur la prévention du suicide et du suicide
Sur la base d'une enquête mondiale menée par l'IASP et le Département de la santé mentale et de la toxicomanie de l'OMS en 2013, les représentants nationaux de l'IASP de 90 pays (57%) ont rempli le questionnaire d'enquête et obtenu des informations sur les stratégies et activités nationales de prévention du suicide. Dans près des deux tiers (61%) des pays ayant répondu, le suicide était perçu comme un problème de santé publique important. Dans 31% des pays, le gouvernement a adopté une stratégie ou un plan d'action national complet. Parmi les pays qui n'avaient pas de stratégie nationale, un peu plus de la moitié (52%) des pays ont participé à des activités de prévention du suicide qui comprenaient une formation sur l'évaluation et l'intervention du suicide (38%), la formation des omnipraticiens (26%) et la formation à la prévention du suicide pour les professionnels non professionnels de la santé, y compris les premiers intervenants, les enseignants et les journalistes (37%). Une contribution unique de cette enquête a été que, pour certaines régions du monde, comme les régions de l'OMS en Méditerranée orientale et en Afrique, où les informations sur les activités de prévention du suicide étaient limitées ou absentes, de nouvelles informations ont été obtenues. Par exemple, dans 40% des pays de la Région de la Méditerranée orientale ayant répondu, un programme de formation sur l'évaluation du suicide et l'intervention pour les médecins généralistes était disponible, et dans 20% des pays de cette région, des programmes de formation sur la prévention du suicide professionnels. Un aperçu détaillé des résultats de l'enquête pour les différentes régions géographiques est en cours de préparation pour publication dans une monographie IASP.
Défis à venir
En dépit des progrès réalisés dans la prévention du suicide à l'échelle mondiale, nous sommes confrontés à de nombreux défis. L'exactitude et la fiabilité des statistiques sur les suicides sont une préoccupation constante dans un nombre considérable de pays (Tollefsen, Hem et Ekeberg, 2012). En ce qui concerne la mise en œuvre des programmes nationaux de prévention du suicide et la durabilité des interventions, un certain nombre de défis demeurent. Parmi les défis à relever figurent l'insuffisance des ressources, une coordination inefficace, le manque d'application de directives, l'accès limité aux données de surveillance sur le suicide et la tentative de suicide ou l'automutilation et le manque d'évaluations indépendantes et systématiques (OMS, 2014). En outre, il serait important qu'un programme national de prévention du suicide s'attaque aux développements en temps réel, comme la contagion et le regroupement de suicides émergents, les nouvelles méthodes de suicide et les nouveaux groupes vulnérables et à haut risque tels que les migrants et les réfugiés de Méditerranée orientale Pays, avec un risque accru de suicide et d'automutilation.
Les composantes types d'un programme national de prévention du suicide et de la base de données probantes.
En ce qui concerne le contenu d'un programme national de prévention du suicide, le rapport mondial de l'OMS recommande une approche systématique et résume les composantes types (OMS, 2014). Même si ces éléments sont appuyés par des preuves, la force et la cohérence des données probantes concernant certaines des composantes ou des interventions visant à réduire le suicide et la tentative de suicide ou l'automutilation varient d'une étude à l'autre.

Surveillance
L'accroissement de la qualité et de l'actualité des données nationales sur les tentatives de suicide et les tentatives de suicide / automutilation est une composante essentielle d'un programme national de prévention du suicide, en particulier l'établissement de systèmes intégrés de collecte de données permettant d'identifier les groupes, les personnes et les situations vulnérables. L'OMS a récemment publié un manuel pratique pour l'établissement et le maintien de systèmes de surveillance des tentatives de suicide et de l'automutilation. Ce manuel a pour but de fournir des orientations aux pays qui souhaitent mettre en place un système de surveillance de la santé publique pour les tentatives de suicide et les automutilations présentées dans les hôpitaux généraux (OMS, 2016). Bien qu'il n'existe pas de données nationales fiables sur la prévalence des tentatives de suicide / des manifestations d'automutilations dans les services d'urgence des hôpitaux des pays à revenu faible ou intermédiaire et sur le profil démographique et psychosocial des personnes concernées, la surveillance et le suivi de ce groupe à haut risque pourrait être une première étape vers la construction d'un programme national de prévention du suicide (Fleischmann et al., 2016).
Restriction de l'accès aux moyens
Cela implique la mise en œuvre de mesures visant à réduire la disponibilité et l'accès aux moyens de suicide fréquemment utilisés, par exemple les pesticides, les drogues, les armes à feu, l'amélioration de la sécurité des ponts, etc. Au niveau international, il est constant que limiter l'accès aux moyens létaux est associé à une diminution du suicide et que la substitution à d'autres méthodes est limitée (Zalsman et al., 2016). De plus, les données provenant de 18 études ont révélé une réduction constante du suicide suite à un accès restreint et une sécurité accrue des sites où les gens prenaient souvent leur vie (Pirkis et al., 2015). Fleischmann et al. (2016) ont également fait état de conclusions cohérentes appuyant la mise en œuvre de cette intervention dans les pays à faible revenu.
Médias
Il s'agit de la mise en œuvre de lignes directrices pour améliorer la déclaration responsable du suicide dans les médias imprimés, diffusés, Internet et sociaux. Le rôle des médias de masse s'est avéré efficace pour réduire la stigmatisation et augmenter le comportement d'aide. Il existe également des signes de résultats prometteurs basés sur des programmes de prévention du suicide à plusieurs niveaux (Niederkrotenthaler, Reidenberg, Till, & Gould, 2014). Une revue systématique portant sur 30 études sur les sites de médias sociaux pour la prévention du suicide (Robinson et al., 2016) a montré que les plateformes de médias sociaux pouvaient atteindre un grand nombre d'individus et permettre à d'autres d'intervenir après l'expression d'un comportement suicidaire. Cependant, les défis rapportés incluent le manque de contrôle sur le comportement de l'utilisateur, la possibilité de contagion du suicide, les limites dans l'évaluation précise du risque de suicide et les questions relatives à la vie privée et à la confidentialité. Fleischmann et al. Soulignent l'importance d'un reportage responsable sur le suicide dans les LMIC. (2016). Il faut cependant noter que l'évaluation de l'efficacité de cette intervention dans les pays à faible revenu et à faible revenu est nécessaire.

Formation et éducation
Éduquer les professionnels de la santé et les professionnels de la communauté à reconnaître la dépression et les signes précoces de comportements suicidaires est important pour déterminer le niveau de soins et de référence pour le traitement et la prévention subséquente des comportements suicidaires (Wasserman et al., 2012; ). La durabilité et le renforcement des capacités des formateurs et des avantages en termes de connaissances, d'attitudes et de confiance peuvent être obtenus au moyen d'un modèle de formation des formateurs (Coppens et al., 2014 et Isaac et al., 2009). Il y a certaines indications d'un lien entre les améliorations des résultats intermédiaires (p. Ex., Amélioration des connaissances, attitudes et confiance) chez les professionnels de la santé et les professionnels de la santé et les résultats primaires, par exemple la réduction des taux de suicide et d'automutilation (Hegerl, RummelKluge, Värnik, Arensman, & Koburger, 2011; Mann et al., 2005; Zalsman et al., 2016). Fleischmann et al. (2016) soulignent l'importance de la formation et de l'éducation par le biais du programme mhGAP de l'OMS dans les pays à faible revenu.
Traitement
Une revue systématique Cochrane récemment publiée sur l'efficacité des interventions psychosociales pour l'automutilation comprenait 29 ECR dont 8 480 participants (Hawton et al., 2016). L'intervention la plus couramment évaluée impliquait une thérapie psychologique basée sur la TCC avec une durée moyenne de 10 séances. Au moment du suivi, les personnes qui avaient reçu une TCC étaient beaucoup moins susceptibles de se livrer à des lésions auto-infligées répétées par rapport à celles qui recevaient le traitement comme d'habitude. Pour les personnes ayant des antécédents d'épisodes multiples d'automutilation, la thérapie comportementale dialectique a été identifiée comme réduisant la fréquence de l'automutilation répétée, mais n'a pas réduit la proportion d'individus répétant l'automutilation. Cependant, le nombre d'ECR effectués à ce jour est relativement faible. En outre, Zalsman et al. (2016) ont trouvé des preuves constantes de l'efficacité du lithium dans la réduction du comportement suicidaire chez les personnes souffrant de troubles de l'humeur. Même s'il existe des indications pour l'admissibilité de ces traitements dans les pays à faible revenu, la mise en œuvre nationale peut ne pas être réalisable en raison des coûts et du manque de professionnels de la santé mentale formés (Fleischmann et al., 2016).
Sensibilisation et réduction de la stigmatisation
Il s'agit d'accroître la sensibilisation par le biais de campagnes d'information du public afin de soutenir que les suicides sont évitables et d'accroître l'accès public et professionnel à l'information sur tous les aspects de la prévention des comportements suicidaires. La réduction de la stigmatisation implique la promotion de l'utilisation des services et services de santé mentale pour la prévention de la toxicomanie et du suicide ainsi que la réduction de la discrimination à l'égard des personnes qui utilisent ces services (OMS, 2014).
Il existe de nouvelles preuves de ces interventions à partir d'interventions communautaires à plusieurs niveaux visant à améliorer les soins aux personnes atteintes de dépression et simultanément à sensibiliser et à former les professionnels de la santé et les professionnels communautaires à l'identification précoce du risque de suicide (Hegerl et al., 2013 , Szekely et al., 2013), avec des effets synergiques prouvés de la mise en œuvre simultanée d'interventions fondées sur des données probantes (Harris et al., 2016).
En raison de la faisabilité de la mise en œuvre d'interventions communautaires à plusieurs niveaux dans des pays culturellement différents, cette approche est également éligible à la mise en œuvre dans les LMIC (Fleischmann et al., 2016).
Postvention
L'amélioration de la réponse aux personnes touchées par le suicide et les tentatives de suicide est considérée comme un élément clé des programmes nationaux de prévention du suicide (OMS, 2014). Il y a de nouvelles preuves appuyant les effets bénéfiques d'un certain nombre d'interventions, y compris le counselling postvention pour les survivants et la sensibilisation sur les lieux d'un suicide (Szumilas & Kutcher, 2011). De plus, des lignes directrices fondées sur des données probantes ont été publiées récemment (Cox et al., 2016) pour répondre au suicide dans un établissement d'enseignement secondaire. Cependant, de nouvelles recherches sont nécessaires sur l'efficacité des services de prévention et des interventions visant à réduire le suicide et la tentative de suicide / automutilation.

Intervention en cas de crise et accès aux services
Cela implique d'accroître la capacité des communautés à réagir à des crises telles que les nouveaux clusters de suicide ou le meurtre-suicide, avec des interventions appropriées, y compris l'accès aux soins de santé mentale d'urgence pour les personnes en situation de crise, par téléphone ou par Internet (OMS, 2014 ). L'examen systématique par Zalsman et al. (2016) a constaté des effets incohérents pour les interventions de crise et de suivi sur les tentatives de suicide et l'idéation, et il recommande de poursuivre l'étude de l'efficacité. Cependant, Fleischmann et al. (2016) a envisagé la mise en œuvre de ces interventions dans les pays à faible revenu, mais avec un suivi permanent de la faisabilité et de l'évaluation des effets sur la réduction du suicide et de la tentative de suicide ou d'automutilation.
Outre les composantes recommandées dans le rapport de l'OMS (OMS, 2014), l'étude de Zalsman et al. (2016) ont également signalé que la qualité des études d'évaluation des programmes scolaires s'est améliorée au cours de la dernière décennie depuis l'examen de Mann et al. (2005). Il existe de plus en plus de preuves à partir des ECR sur l'alphabétisation en santé mentale, la sensibilisation au risque de suicide et la formation professionnelle dans un établissement d'enseignement secondaire et leur incidence sur la réduction des tentatives de suicide et les idées suicidaires sévères (Zalsman et coll., 2016).
L'inclusion du taux de mortalité par suicide comme indicateur des objectifs de développement durable des Nations Unies pour l'année 2030 attire l'attention sur le suicide et sa prévention. Les progrès de la prévention du suicide au niveau mondial et la base de données probantes pour les programmes nationaux de prévention du suicide seront une priorité permanente de l'IASP et un thème clé du programme du 29e Congrès mondial de l'IASP, intitulé «Prévenir le suicide: un engagement mondial,  pour les communautés des Continents ", du 28 au 22 juillet 2017, à Kuching, Sarawak, Malaisie (http://www.iasp2017.org).


Voir le texte original et sa bibliographie https://gallery.mailchimp.com/caf0c76bf1ba13f043e03f0f5/files/30529f59-6185-4386-8e80-2bf817570e6a/Editorial_Crisis_March_2017.pdf 

1 commentaire:

  1. Cela confirme que les interventions dans les établissements scolaires, comme le fait l'association Christophe, sont indispensables.

    RépondreSupprimer