mardi 28 février 2017

ROYAUME UNI Prévention du suicide chez les médecins: identification, intervention et réduction des risques

Prévention du suicide chez les médecins: identification, intervention et atténuation des risques
Titre original : Suicide prevention for physicians: identification, intervention and mitigation of risk
Alys Cole-King MB BCh DGM MSc FRCPsych is a Consultant Liaison Psychiatrist at the Betsi Cadwaladr University Health Board and Clinical Director of Connecting with People, UK. She works internationally with academics, Royal Colleges, voluntary bodies and experts by experience to raise awareness of well-being, suicide and self-harm prevention, and to promote understanding and a common language to ensure improved assessment and intervention. Competing interests: Clinical Director of Connecting with People, a not-for-profit social enterprise
Stephen Platt BA MSc PhD is Emeritus Professor of Health Policy Research at the University of Edinburgh, UK. He has a lifetime research interest in social, epidemiological and cultural aspects of suicide, self-harm and mental health and ill-health. He is an adviser on suicide prevention research and policy to Samaritans, the Irish National Office for Suicide Prevention, NHS Health Scotland and the Scottish Government. Competing interests: none declared
Medicine
Volume 45, Issue 3, March 2017, Pages 131–134
 
 résumé
 Les médecins généralistes et les médecins traitants sont à l'avant-garde de la prévention du suicide, et les patients sont généralement évalués ou admis au service des urgences et aux services médicaux suite à des tentatives d'atteinte à soi-même . Le taux de suicide est faible, ce qui rend difficile de déterminer qui est à risque. Les outils traditionnels d'évaluation des risques de suicide s’appuient principalement sur des facteurs de risque démographiques, malgré des décennies de recherche qui ne permettaient pas de trouver des associations cliniquement significatives. Le recours à l'identification des facteurs de risque échoue tant pour les cliniciens que pour les patients. Les études de prévision n'offrent aucune utilité clinique pour les patients individuels, car même les facteurs de risque associés un ratio d'incidence plus élevé et une corrélation statistique significative peuvent ne pas être cliniquement utiles lors de l'évaluation des individus. Pensées suicidaires et atteinte à soi-même devraient être prises au sérieux et toujours rencontrer l'empathie et la compréhension. Au lieu de se concentrer sur la quantification et la caractérisation du risque de suicide pour qu'il puisse être «géré», l'accent est mis sur l'identification des facteurs de risque, des besoins et des forces individuels, inculquant l'espoir et habilitant les individus à chercher et à accepter du soutien. Le suicide est évitable; Nous avons besoin d'un nouveau récit loin de «caractériser, de quantifier et de gérer les risques» et de nous concentrer davantage sur la «compassion, la sauvegarde et la planification de la sécurité». Nous fournissons un aperçu de la recherche actuelle et proposons des suggestions et des ressources cliniquement utiles pour soutenir les rencontres cliniques.

pour les auteurs Le clinicien doit connaître les facteurs de risque et les groupes à risque établis  pour le suicide au niveau de la population, mais il ne doit pas s'en remettre entièrement à ces connaissances pour évaluer le risque chez des individus particuliers. Ainsi, une personne peut être à risque de suicide même si elle n'est pas membre d'un groupe à haut risque.À l'inverse, tous les membres des groupes à haut risque ne risquent pas autant de se suicider. De plus, les pensées suicidaires (et le risque) peuvent varier sur une période de temps relativement court. L'évaluation du risque de suicide par le clinicien doit être individualisée et effectuée régulièrement

L'exigence répandue que le risque doit être contrôlé, et de préférence éliminé, pourrait paradoxalement augmenter plutôt que de réduire le «risque de suicide». C'est parce qu'il peut conduire le risque «souterrain» et rendre les praticiens réticents à identifier les patients à risque de suicide de peur qu'ils ne seront pas en mesure de «gérer le risque de suicide». L'atténuation du suicide est une approche plus utile que la «gestion du risque de suicide» . L'atténuation du suicide part de l'hypothèse que l'expression des pensées suicidaires doit toujours être prise au sérieux et remplie d'empathie et de compréhension. 




http://www.medicinejournal.co.uk/article/S1357-3039%2816%2930279-1/abstract#.WLWAu0Gy9iw.twitter

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire