jeudi 19 janvier 2017

ETUDE RECHERCHE Suicide en EHPAD : identification des difficultés des soignants depuis une étude qualitative réalisée à partir de 11 entretiens semi dirigés autour de 2 cas de personnes suicidées en EHPAD

Suicide en EHPAD : identification des difficultés des soignants depuis une étude qualitative réalisée à partir de 11 entretiens semi dirigés autour de 2 cas de personnes suicidées en EHPAD
Par : Robinet Cordellier, Stéphanie 
Thèse pour l'obtention du diplôme d’état de Docteur en Médecine
(médecine générale)
Université de Nantes
Document archivé le : 27/05/2016 sur nantilus.univ-nantes.fr *

Le suicide est la troisième cause de mortalité chez la personne âgée. C'est un enjeu de santé publique. En EHPAD, les soignants sont les premiers intervenants à pouvoir repérer les facteurs de risques suicidaires. Lorsqu'il survient en EHPAD, le suicide est un événement traumatisant dans la vie de l'établissement et des soignants. Le vécu de cet événement par le soignant et l'identification des difficultés rencontrées sont des éléments importants à analyser afin d'améliorer la prise en charge du suicide en EHPAD. Matériel et méthodes : Une étude qualitative a été réalisée à partir de onze entretiens semi-dirigés, depuis deux cas de suicide en EHPAD. Les différents rôles soignants ont été interviewés. Une analyse thématique a ensuite été réalisée. Résultats : Les émotions décrites sont toutes très négatives. La culpabilité et le choc sont très envahissants pour les soignants. Un retentissement sur la vie personnelle est décrit. Au niveau professionnel, il s'agit d'un événement marquant dans la carrière du soignant, pouvant entraîner une remise en question de ses compétences. Cet événement amène certains soignants à une réflexion sur la fin de vie et l'euthanasie. Le partage du vécu par un temps d'échanges interprofessionnels est un élément déterminant dans le vécu de cette situation. Un besoin en formation est également évoqué. Des difficultés de communication avec les structures de soins extérieures sont aussi décrites. Conclusion : Les soignants les mieux formés sont les moins présents et donc les moins aptes à repérer les signes d'alerte. Un débriefing est indispensable dans l'amélioration du vécu de cet événement. Un besoin de débriefing à distance a été mis en avant par les soignants. Le suicide de la personne âgée en EHPAD a une résonance particulière pour certains soignants qui lui oppose le choix d'une fin de vie plus apaisée. Des difficultés de communication avec les structures extra-institutionnelles sont mises en évidence. Ces deux dernières remarques pourraient faire l'objet de travaux complémentaires. 16NANT010M

Accès en ligne : Accès au texte intégral de la thèse

Accès document
source https://nantilus.univ-nantes.fr/vufind/Record/PPN193388987

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire