lundi 26 décembre 2016

SUISSE MEMOIRE EN LIGNE Nos attitudes : un outil dans la prévention des récidives suicidaires chez les adolescents hospitalisés en soins généraux

Nos attitudes : un outil dans la prévention des récidives suicidaires chez les adolescents hospitalisés en soins généraux
Cerreto, Naema ; Grezet, Marine ; Messmer, Maïssa ; Petermann, Monique (Dir.)
Mémoire de bachelor : Haute Ecole Arc Santé, 2015. Soins infirmiers

Résumé Problématique : La prévention du suicide des adolescents est un réel enjeu de santé publique. En effet, des lésions auto-infligées, ou tentatives de suicide chez des adolescents sont à l’origine de 691 admissions en 2009 en Suisse. D’après Alvin (2000), 200 adolescents de 15-19 ans et 600 jeunes adultes de 20-24 ans meurent chaque année par suicide en France. Les tentatives de suicide seraient quant à elles trente fois plus fréquentes que les suicides. Dans 40 à 75% des cas, un professionnel de la santé a été consulté au cours du mois précédent le décès. Les adolescents de 15 à 19 ans constituent, en Suisse, la catégorie de personne qui enregistre le taux d’hospitalisation le plus élevé. Il apparaît que toute infirmière en soins généraux peut être confrontée, dans l’exercice de sa pratique, à un adolescent présentant des comportements suicidaires. Sachant qu’un grand nombre de tentatives de suicide sont suivies de récidives, nous sommes convaincues que l’infirmière tient une place centrale dans la prévention de ces comportements et leurs récidives. Le premier contact avec l’adolescent est primordial et détermine la mise en place d’une relation de confiance. Malheureusement, les études montrent qu’un grand nombre de jeunes se sont sentis jugés et stigmatisés par le personnel soignant. But : L’objectif de cette revue de littérature est de comprendre les facteurs qui influencent les attitudes des infirmières face à des adolescents présentant des comportements suicidaires. Et également de dégager les diverses solutions proposées par les experts afin d’améliorer ces attitudes dans le but de prévenir les récidives de tels comportements chez les jeunes. Concepts abordés : Les concepts abordés dans ce travail sont ceux de la prévention, de l’attitude professionnelle, de l’adolescent et du suicide. Méthode : Douze articles ont été sélectionnés dans les bases de données PUBMED et CINAHL d’après une série de critères et sur la base d’une question formulée à travers les quatre dimensions PICO. Une lecture critiques de ces articles en fonction de la grille adaptée de Fortin (2010) nous a permis l’analyse des diverses composantes de cette problématique ainsi que la mise en évidence de propositions pour la pratique. Résultats : Les divers articles mettent en lumière que les attitudes des infirmières varient en fonction de plusieurs déterminants. L’élément principal qui en ressort concerne les perceptions des soignants face aux comportements suicidaires qui sont souvent fondées sur des inexactitudes et de fausses croyances. Il en résulte alors une ignorance et une marginalisation de la demande d’aide de ces jeunes. Plusieurs propositions ont été abordées par les chercheurs, en particulier la participation à des formations spécifiques ainsi qu’un travail d’introspection personnelle. Conclusion : Les infirmières qui travaillent dans les services de soins généraux sont susceptibles de détenir un grand nombre d’attitudes face à des jeunes personnes présentant des comportements suicidaires. Ces attitudes vont déterminer l’orientation de la prise en charge et conditionner la compliance au suivi de ces jeunes. L’habileté des soignants à communiquer de manière adéquate avec cette population est alors le meilleur outil thérapeutique dont ils disposent pour promouvoir l’efficacité de leurs interventions et de fait prévenir les récidives suicidaires. Il est fondamental, dans cette perspective, de donner les moyens aux soignants de comprendre leurs attitudes et de pouvoir les améliorer.

http://doc.rero.ch/record/259420?ln=fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire