lundi 26 décembre 2016

le SMS comme outil de soin Les dessous d’une success story

Patients suicidaires : un psychiatre envoie les SMS à la rescousse
Les dessous d’une success story
e-santé | 24 décembre 2016 | Imène Hamchiche whatsupdoc-lemag.fr *

Un psychiatre brestois a récemment obtenu le prix de la santé numérique lors de la 7ème cérémonie des Trophées de la Fondation de l’avenir, une organisation qui soutient l’innovation en santé. Le médecin propose d’utiliser le sms pour diminuer les récidives de tentatives de suicide. Focus sur un parcours original.

Début décembre, la Fondation de l’avenir a décerné son prix de la Santé numérique au Dr Sofian Berrouiguet, psychiatre au CHRU de Brest, pour ses travaux sur le SMS comme outil de soin. Son objectif : déterminer s’il y a moins de récidives de tentatives de suicide chez les patients qui reçoivent, en plus du suivi classique, un SMS personnalisé de l’équipe soignante. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, les premiers résultats sont encourageants. De quoi inspirer certains.

« J’étais surpris que les smartphones soient exclus de ses recherches »

C’est pendant son internat, à Brest, que le psychiatre a l’idée d’utiliser les technologies de la communication à l’hôpital. « En 2009, j’ai assisté à une présentation du Pr Michel Walter (chef du service de psychiatrie au CHRU de Brest, ndlr) dont le message était : en changeant de médias, on arrive à toucher des populations différentes », se souvient-il.

À l’époque, le PU-PH de Brest étudiait avec le Pr Guillaume Vaiva de Lille l’impact du courrier et du téléphone dans le maintien du contact avec les patients suicidaires. J’étais surpris que les smartphones soient exclus de ses recherches », explique Sofian. C’est ce qui l’a par la suite motivé pour écrire plusieurs propositions de projets intégrant les nouvelles technologies.

Des SMS pré-enregistrés, mais personnalisés

Celui pour lequel Sofian a été récompensé consiste en une appli web qui envoie à des patients sélectionnés, des SMS pré-enregistrés à des dates précises et sur une période de treize mois. Les messages commencent par le statut, le prénom et le nom du destinataire. Ils contiennent une phrase réconfortante et le numéro des urgences.

Il s’agit de traiter d’énormes quantités de données, et de nombreux partenaires ont été impliqués : le CHRU de Brest, le Groupe d’étude et de prévention du suicide (GEPS), la Fondation de France, l’ID2Santé Bretagne, l’Institut Mines-telecom…

Des progrès à faire

Mais chaque aventure comporte son lot de difficultés. « Il n’existe pas de métiers paramédicaux capables d'accueillir ces outils numériques dans de bonnes conditions », note le psychiatre. Ce qui fait que les patients ne peuvent par exemple pas répondre aux SMS. « Personne n’a été formé à décrypter, classer par ordre de gravité et traiter ces messages », déplore Sofian.

En plus des difficultés techniques se posent des considérations éthiques. Sofian explique avoir fait face à deux grandes craintes : « la substitution du médecin par la technologie, et le devenir des données récoltées » Mais il se veut rassurant : le but de ces applications est de favoriser les contacts humains. Pas de les remplacer.

Aller où l’herbe est la plus verte

Sofian n’entend bien entendu pas limiter son utilisation de la technologie aux SMS. Il n’a d’ailleurs pas hésité à prendre le large pour réaliser ses ambitions. « Je souhaitais, en plus des SMS, développer une appli santé susceptible d’améliorer la prescription médicamenteuse », raconte-t-il. « Nous n’avons pas eu les financements en France mais le CHU de Madrid a proposé de travailler avec nous. » Sofian est donc parti en Espagne un an en 2014. « Nous venons d’obtenir l’autorisation de rapatrier le projet en France », se réjouit le psychiatre.

Et ce n’est pas fini, d’autres études sont prévues, notamment sur l’applicabilité des objets connectés dans l’évaluation du sommeil et la technologie virtuelle pour soigner l’anorexie mentale.
* http://www.whatsupdoc-lemag.fr/actualites-article.asp?id=20201

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire