lundi 21 novembre 2016

ETUDE RECHERCHE Intérêt de la mesure de la létalité perçue par le patient après une intoxication médicamenteuse volontaire

Intérêt de la mesure de la létalité perçue par le patient après une intoxication médicamenteuse volontaire
Alain Barrelle a, , , Delphine Raucher-Chéné b, c
a
Service de psychiatrie, centre médical et pédagogique Jacques-Arnaud, FSEF, 5, rue Pasteur, 95570 Bouffémont, France

b Psychiatric Department, University Hospital, 51100 Reims, France
c Cognition, Health, Socialization (C2S EA6291) Laboratory, university of Reims Champagne-Ardenne, 51100 Reims, France 
Mémoire
Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique
Available online 2 November 2016  In Press, Corrected Proof 


Résumé
Dans cette étude préliminaire, 124 cas consécutifs d’intoxication médicamenteuse volontaire ont été recueillis pour étudier les caractéristiques de la létalité perçue par les patients de leur geste et la relation entre létalité perçue et récidive d’une conduite suicidaire. La létalité perçue a été évaluée par une échelle visuelle analogique, l’intentionnalité suicidaire par l’échelle de Beck sur laquelle une analyse factorielle a été faite. Les scores étaient liés négativement à un geste impulsif (p < 0,0001) et positivement à l’intentionnalité suicidaire (rhôs = 0,77 ; p < 0,0001), en particulier dans sa dimension subjective (rhôs = 0,78 ; p < 0,0001). Après un suivi de 32-38 mois, il n’a pas été constaté de lien avec la récidive (p = 0,80), sauf chez les primo-suicidants (p < 0,01). La très bonne acceptabilité de la mesure et sa facilité d’usage pourraient lui donner une place pour évaluer le désir de mourir dans sa dimension subjective.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire