mardi 15 novembre 2016

CANADA Memoire Évaluation de l'implantation et des effets à court terme d'un programme de groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans)

Évaluation de l'implantation et des effets à court terme d'un programme de groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans)


Léonard, Maude (2016). « Évaluation de l'implantation et des effets à court terme d'un programme de groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans) » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.
Fichier(s) associé(s) à ce document :
PDF Télécharger (25MB)

Résumé


Le suicide d'un être cher est tenu pour l'un des événements tragiques les plus stressants. Durant l'adolescence, la perte par suicide d'un parent ou d'un membre de la famille proche perturbe la gestion des tâches développementales déterminantes qui incombent à cette période dite transitoire. Ce bouleversement entraîne des réactions et des comportements teintés de détresse et engendre même, parfois, toute une gamme de symptômes associés à divers troubles mentaux, sans compter que les sujets risquent de reproduire le geste suicidaire. Cependant, les adolescents endeuillés par suicide demeurent les grands oubliés des services dévoués à la problématique du deuil par suicide puisque peu de programmes d'intervention s'adressent directement à eux pour amoindrir les conséquences d'une telle expérience. L'unique programme francophone d'intervention de groupe spécifiquement destiné aux adolescents endeuillés par suicide a été développé par Hamel (2008) : le Groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans) et il a fait l'objet de la présente étude. Cette thèse vise deux buts distincts mais complémentaires concernant l'offre de service aux adolescents endeuillés par suicide. D'une part, évaluer l'implantation et les effets à court terme du programme Groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans) et, d'autre part, approfondir la connaissance de cette problématique qui touche malheureusement un nombre non négligeable d'adolescents. Le premier but vise à garantir le bien-fondé du programme mentionné et à proposer à son auteure comme à ses promoteurs des pistes d'amélioration; le second, motivé par un souci de validation empirique des modèles théoriques existants, vise à documenter le processus d'adaptation à la perte des adolescents endeuillés par suicide. Il permet aussi de mieux cibler les facteurs sur lesquels une intervention complète et efficace devrait miser. L'évaluation d'une approche participative pratique est de nature descriptive et recourt à une méthodologie mixte. Dans le cas de notre étude, elle concerne 13 participants endeuillés par suicide au programme Groupe de thérapie pour adolescents endeuillés par suicide (13-18 ans), répartis sur deux groupes et deux sites distincts. Neuf parents, quatre intervenants animateurs et deux informateurs clés ont également pris part à la démarche évaluative pour des fins de validation et de triangulation des informations. Les données ont été principalement recueillies avant et après la participation des adolescents au programme grâce à des entrevues semi-structurées et un inventaire de questionnaires standardisés incluant des mesures de dépression, de provisions sociales, d'habiletés en matière de résolution de problèmes, de mécanismes d'adaptation et de réactions de deuil. Une grille d'observation et des entrevues semi-structurées auprès des intervenants avaient pour but de vérifier la conformité de l'intervention au regard du Guide d'animation du programme. La portion portant sur l'évaluation de l'implantation du programme montre principalement que l'expérience de groupe est perçue comme plus satisfaisante par les adolescents lorsque les intervenants adoptent le rôle de promoteur d'aide mutuelle qui stimule la participation. Une répartition équitable des tâches entre les coanimateurs semble aussi favoriser chez les participants l'établissement d'un lien plus significatif avec chacun d'eux. Quant aux exercices proposés, les adolescents préfèrent ceux qui font appel aux interactions dans le groupe. Par ailleurs, il semble que le Guide d'animation et la formulation des objectifs du programme gagneraient à être révisés pour favoriser une meilleure compréhension du contenu chez les intervenants et garantir une implantation du programme plus conforme à ce qui est prescrit dans le Guide d'animation. Le programme devrait également intensifier la phase de planification afin de prévenir entre autres le taux élevé des abandons observés. Indépendamment des différences de mise en œuvre du programme dans les deux sites, nos résultats montrent qu'il atteint plusieurs de ses objectifs. Principalement, suivant des degrés divers, il permet aux adolescents 1) de sortir de l'isolement, 2) de diminuer leur tristesse, leur désespoir et les symptômes de dépression, 3) d'amenuiser leur sentiment de honte, 4) d'atténuer leurs sentiments de colère et de culpabilité, 5) d'approfondir et de consolider leurs connaissances quant aux causes du suicide et quant aux réactions inhérentes au deuil et 6) de modifier une variété de comportements associés à des objectifs individuels. Ces résultats rendent compte de la pertinence actuelle du programme et laissent entrevoir l'amélioration de ses effets chez la clientèle ciblée une fois mis en œuvre les ajustements proposés. Pour ce qui est de l'approfondissement des connaissances acquises relativement à la problématique en jeu, la présente étude confirme et complète à la fois les modèles théoriques contemporains du deuil chez les adolescents. Nos résultats montrent l'importance de considérer l'influence des caractéristiques du lien établi par l'adolescent et la personne décédée sur ses réactions de deuil. Ils manifestent également combien un attachement persistant à la personne défunte favorise le rétablissement d'un sens à la vie et les progrès du processus d'adaptation à la perte par suicide. Enfin, notre étude révèle que l'avènement du suicide affecte la qualité des relations amicales des adolescents concernés qui, finalement, trouvent plus de réconfort dans le soutien informel de leur entourage que dans le soutien formel d'un professionnel de la santé. Ce qui incite d'autant plus à développer des programmes s'adressant à des groupes où l'aide mutuelle est encouragée et présente. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : deuil, suicide, adolescents, évaluation de programme, intervention de groupe

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Tousignant, Michel
Mots-clés ou Sujets: Deuil chez l'adolescent / Survivants au suicide d'un proche / Travail de deuil / Adolescents -- Psychothérapie de groupe / Groupe de thérapie pour adolescents endeuillés pas suicide (13-18 ans) / Évaluation de programme
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 05 juill. 2016 13:52
Dernière modification: 05 juill. 2016 13:52
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8678

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire