mardi 15 novembre 2016

CANADA MEMOIRE Attachement amoureux et comportements suicidaires dans un contexte de rupture amoureuse

Attachement amoureux et comportements suicidaires dans un contexte de rupture amoureuse
Visualiser/Ouvrir Document principal (1.986Mb)
Date de publication 2016-08-31
Auteur(s) St-Laurent-Dubé, Marianne
UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE THÈSE DE DOCTORAT PRÉSENTÉE AU
DÉPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE COMME EXIGENCE PARTIELLE DU
DOCTORAT EN PSYCHOLOGIE
Résumé
Les ruptures amoureuses et les divorces sont très fréquents dans la société actuelle. La rupture d’une relation amoureuse est une épreuve difficile (Holmes & Rahe, 1967; Scully, Tosi, & Banning, 2000) qui génère une détresse émotionnelle importante (Birnbaum, Orr, Mikulincer, & Florian, 1997; Sbarra, 2006). Certains individus qui vivent une rupture iront même jusqu’à poser un geste suicidaire. En effet, le lien entre la rupture amoureuse et le comportement suicidaire est bien documenté à ce jour (Ide, Wyder, Kolves, & De Leo, 2010). La présente étude a investigué le rôle des insécurités d’attachement amoureux (anxiété d’abandon, évitement de l’intimité) dans la survenue des symptômes dépressifs et des comportements suicidaires (pensées et tentatives) à la suite d’une rupture. Pour ce faire, 50 participants adultes ayant vécu une rupture amoureuse dans les six derniers mois ont été recrutés auprès d’organismes d’aide (centre de prévention de suicide, centre psychologique, organisme communautaire), ainsi qu’à l’aide de publicités affichées en milieu universitaire, sur les réseaux sociaux et sur des réseaux de partenaires. Un intervenant formé en crise suicidaire a administré verbalement des questionnaires validés d’attachement amoureux, de symptômes dépressifs et de comportements suicidaires lors d’une entrevue individuelle. Les résultats des analyses de régressions multiples ont montré que l’anxiété d’abandon des adultes qui vivent une rupture est liée à davantage de symptômes dépressifs, ainsi qu’à la sévérité et l’intensité des idées suicidaires. Ces effets demeurent lorsque l’utilisation du réseau social est contrôlée. L’évitement de l’intimité n’est pas lié à ces variables. La discussion porte sur l’importance de l’anxiété d’abandon comme facteur de vulnérabilité dans les difficultés d’adaptation à la rupture, au-delà du réseau social, et propose des pistes d’évaluation et d’intervention pour les cliniciens.

URI

http://hdl.handle.net/11143/9482

Collection
Moissonnage BAC [1147]
Lettres et sciences humaines – Thèses [351]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire