mardi 15 novembre 2016

AUSTRALIE Campagne et une série documentaire qui a incitent les hommes à exprimer leur sentiments

AUSTRALIE
"Man Up " s'est lancée une mission de briser le silence autour de la santé mentale des hommes avec une campagne publicitaire qui raconte aux hommes "qu'il faut des boules pour pleurer".
L'ABC a lancé en octobre une conversation nationale sur le suicide masculin australien avec sa série Man Up et Gus Worland, personnalité de la radio Triple M, continuera à partager le message avec une campagne publicitaire.  La série télévisée Man Up rejoint le site ManUp.org.au pour former une campagne sociale plus large qui vise à encourager la conversation et la sensibilisation à travers la communauté plus large.





Le spot travaille à passer les notions dépassées de la masculinité qui tuent les hommes australiens. Il vise à communiquer avec les hommes du quotidien, les encourageant à parler et à s'exprimer, surtout quand ils se sentent déprimés.La voix off dit: «Pourquoi disons-nous aux garçons d'arrêter de pleurer, de se durcir, de faire pousser une paire ... F * ck cela. Si vous vous sentez mal, parlez, parce que le silence peut tuer. "Adam Ferrier, directeur général de Cummins & Partners, déclare: «Tous les petits garçons et toutes les filles pleurent, il faut survivre. Cependant, à un certain stade de leur développement, de nombreux jeunes gens apprennent qu'il n'est pas acceptable de pleurer ou de s'exprimer. Nous voulions réfléchir à l'absurdité de cette situation. "Le directeur artistique de l'école, Adam Hunt, ajoute: «Il n'y a rien de plus puissant que les hommes qui voient d'autres hommes pleurer - parce qu'il arrive si rarement dans les médias, la publicité et la vie réelle. L'extrême fin, sur un fond fané, vise à faire ressortir l'émotion de tous les hommes impliqués - afin que vous vous connectiez et ressentiez ce qu'ils ressentent. "Man Up encourage les gens à partager l'annonce, à parler et à encourager les autres à parler, et surtout à écouter quand ils le font. L'annonce rejoint le site ManUp.org.au pour former une campagne sociale plus large. La série documentaire en trois volets a été financée par la Fondation Movember et l'Université de Melbourne.
Épisodes visibles sur

http://manup.org.au/

Episodes




Episode 3
Gus creates a campaign to show suicide is not a solution. And he’s singing his message for all to hear.
Watch Now


En savoir plus http://manup.org.au/


D'après article

***

Article Gus Worland faces hard sell to Man Up in bid to tackle suicide ratessmh.com.au*
L'animateur radio Gus Worland se vante qu'il était si chaud dans sa carrière précédente comme un vendeur d'ordinateur portable, il pourrait "vendre de la glace aux esquimaux".
Maintenant, il est confronté à son plus grand défi encore: vendre des sentiments aux hommes.



Gus Worland wishes that vulnerability among blokes could be perceived as a strength, not weakness.
Gus Worland souhaite que la vulnérabilité des gars pourrait être perçue comme une force, pas une faiblesse . Photo: Anthony Johnson
Worland est le visage de Man Up , une série en trois parties commencée sur ABC en octobre, diffusée dans le cadre de la Semaine de la santé mentale. Le spectacle a les objectifs les plus sérieux derrière sa prémisse: sauver des vies.
«C'est beaucoup plus difficile de vendre des émotions ou des sentiments que de vendre un peu d'équipement parce qu'au moins lorsque je vendais l'équipement, je savais qu'ils le voulaient», dit Worland. "Mais celui-ci est difficile parce que peu de mecs pensent qu'ils ont besoin de parler de leurs sentiments."
Il dit qu'il souhaite que la vulnérabilité entre les mecs puisse être perçue comme une force, pas une faiblesse.
«Si c'était ainsi, plutôt que de façon stéréotypée, je pense que nous serions une nation plus heureuse et plus saine. Il est évident que beaucoup de gars ne peuvent pas faire face, c'est pourquoi nous perdons tant de jours et donc Plusieurs années.
L'an dernier, le nombre d'Australiens se suicidant a dépassé 3000 pour la première fois. Sur les 3027 morts, 2292 étaient des hommes.
«Tout le monde connaît quelqu'un», dit Worland. "C'est littéralement une crise nationale."



Gus Worland on the ABC documentary <i>Man Up</i>.
Gus Worland sur le documentaire ABC Man Up.
La série documentaire a été déclenchée par le professeur Jane Pirkis, directeur du centre de santé mentale de l'Université de Melbourne, qui a contacté Heiress Films au sujet d'une collaboration. Financée par une subvention de l'association Movember, le spectacle fait aussi partie de la recherche universitaire sur l'influence positive des médias sur les questions de santé mentale et poursuivra sa campagne sur le site Web manup.org.au .
À la base, la campagne vise à faire parler aux hommes. Ici, «"man up" » ne signifie pas enfermer ou durcir, cela signifie parler, de pas ne tentez d'étouffer, et que ce n'est pas un signe de faiblesse, mais plutôt de courage et de force.
Le documentaire mélange des histoires personnelles déchirantes avec la plus grande bravoure, des idées académiques et une aide pratique pour aider tous les jours les Australiens.
Worland est la clé du succès de l'émission. Comme un animateur sur Triple M de l'équipe Grill, l'obsédé de sport "boofhead" - également connu pour sa série télévisée réalité  An Aussie Goes Barmy, et ses suites en Inde et dans les Caraïbes est le plus racontable de la personnalité Il se déplace sans effort entre la plaisanterie de "blokey" à des conversations sensibles et émouvantes avec des gens qui ont tenté de se suicider, ou des histoires de ceux qui ne l'ont pas fait les jours les plus sombres. Il pleure souvent, menant par l'exemple dans sa quête pour obtenir des hommes pour exprimer leurs émotions.
Il apporte aussi une histoire personnelle qui lui donne son accroche : En 2006, son ami Angus Roberts s'est suicidé à l'âge de 53 ans.
"Il était quelqu'un que j'avais connu toute ma vie et il était un peu une figure de père, un peu un entraîneur de vie et une vraie légende pour moi. Il m'a frappé si dur," dit-il.
Dans le spectacle il parle de sa colère à son ami de ne pas avoir tendu la main. Il parle de la façon dont il se blâme pour ne pas avoir vu tous les signes.
"Il était ce gars incroyable, intouchable, toujours positif," dit-il dans le spectacle. «C'est la chose effrayante du suicide. Ce rocher absolu, cette légende absolue - s'il peut le faire, Dieu nous aide tous.
  L'épouse  RobertsPenny et sa fille Lucy sont présentées dans le spectacle, et servent comme un rappel brutal des personnes laissées pour faire face à la suite d'un suicide.
Worland, 48 ans, a eu ses propres batailles. Il a dit qu'à quarante ans il a souffert de ce qu'il appelle une «crise de la quarantaine», en luttant avec la renommée nouvellement acquise de sa carrière radio en plein essor, les retombées de la mort de Roberts et un rapiècement difficile de son mariage. Il a connu un mélange de dépression et d'anxiété, et un véritable interrogatoire d'où il était dans sa vie.
Il s'est ouvert à sa famille et quelques amis proches et a commencé à voir un conseiller.
«Je n'ai jamais eu de pensées suicidaires, j'étais juste triste et j'essayais juste de comprendre pourquoi j'étais triste, et finalement j'ai réussi à comprendre que ne pas être parfait était OK. Et c'est juste impossible. Je sais que cela semble idiot maintenant, j'aurais dû le savoir, mais c'est ce que je luttais et était en prise avec », dit-il.
"Il m'a fallu quelques années pour travailler à travers cela, alors je peux comprendre quand les hommes me parlent de ne pas être heureux parce que j'ai été là moi-même."
En plus d'une profonde intuition et empathie, Worland apporte également de l'humour et de la lumière à l'émission.
Ailleurs, Worland visite un centre d'appel Lifeline, où il est témoin de première ligne d'un conseiller parlant à quelqu'un qui a pris une overdose qui disparaît lors de l'appel (l'expérience a depuis conduit Worland à s'entraîner en tant que conseiller Lifeline).
Mais il y a beaucoup d'espoir affirmant la vie, aussi. Le spectacle présente les nombreux groupes de soutien incroyable mis en place par les gars à travers le pays, pour les travailleurs de la construction, pour le personnel de la défense, pour les communautés rurales.
Peut-être que les scènes les plus inspirantes impliquent une visite à l'école secondaire de son fils Jack de 16 ans. Jack, 16 ans, et un groupe de garçons de la 10e année participent à un atelier de Tom Harkin, un coach de développement  et une sorte de "bloke whisperer" qui vise à les amener à repenser ce que les règles sont d'être un homme.
Harkin désarme doucement les adolescents gênés, défensifs et leur donne la confiance pour s'ouvrir. Il met aisément en place un espace où les garçons parlent de problèmes qui les dérangent et crient ouvertement l'un devant l'autre. C'est une salle non remplie de pairs railleurs, mais d'une fraternité de respect et de soutien, et la transformation est autant une surprise pour les garçons que n'importe qui. C'est une télévision étonnamment puissante, et montre ce qui peut être réalisé une fois la conversation est décalée.
Worland dit qu'il a fait pression pour obtenir le temps d'antenne de Man Up déplacé 21 heures 30-20:30 de sorte qu'il peut être regardé ensemble comme une famille, avec ses questions discutées comme une unité après.
Si le spectacle sauve une seule vie, dit-il, alors il aurait fait son travail, mais il espère qu'il va beaucoup plus large que cela, en influençant les hommes maintenant et les générations à venir pour s'exprimer.
"Cela se résume à dire à quelqu'un que vous n'êtes pas OK quand vous n'êtes pas OK, et arrêter les baratins que tout est doux parce que nous savons tous que ce n'est pas", dit-il.
"Nous ne creusons jamais [avec d'autres personnes] parce que nous pensons que ce n'est pas notre affaire." "Eh bien, perdant 2500 mecs australiens par an - ce que le f ---? Dit-il, incrédule.
"C'est tellement incroyable que ça se passe, alors commençons la conversation. Si c'est une conversation maladroite, alors c'est une conversation maladroite, qui s'en soucie, parce que vous pourriez sauver quelqu'un que vous aimez.
«ayons la conversation maladroite et les avoir pour le reste de nos vies, ne pas être à leurs funérailles 'Je voudrais avoir poussé un peu plus, je voulais avoir posé cette question supplémentaire', parce que ça arrive trop . "
Lifeline 13 11 14; MensLine 1300 789 978; beyondblue 1300 224 636
Man Up aère 11 Octobre 20h30, sur ABC.

http://www.smh.com.au/entertainment/tv-and-radio/gus-worland-faces-hard-sell-to-man-up-in-bid-to-tackle-suicide-rates-20161006-grwj9j.html



***

Des hommes pleurent… pour sauver des vies
17 novembre 2016 par Clemence Bodoc sur madmoizelle.com*

« Les vrais hommes ont le courage de pleurer » : Man Up ! retourne les injonctions à la virilité pour lutter contre le suicide des Australiens, première cause de mortalité des 15-44 ans...


« Pleurer demande du courage » : c’est en l’essence le message de « Man Up », une campagne de prévention contre le suicide, ciblée sur les Australiens.

C’est AJ+ qui condense le problème, dans une vidéo synthétique comme d’habitude, partagée sur Facebook.

Gus Worland, animateur de radio et de télévision, raconte comment le suicide de son meilleur ami l’a mené à réaliser à quel point les hommes ne parlent pas de leurs émotions. C’est cet événement tragique qui l’a poussé à réaliser une série sur la masculinité en Australie, Man Up !.
Les effets néfastes de la masculinité

« Man Up » se traduit en français par « sois un homme ! », une dangereuse injonction objet d’un excellent documentaire portant précisément sur les effets néfastes de l’éducation des garçons selon des standards de masculinité exacerbée. C’est, par exemple, le fait de ne pas autoriser les petits garçons à pleurer, à exprimer leurs émotions.

Ce sont précisément ces idées reçues qu’on inculque aux enfants, tous ces stéréotypes qui s’imposent socialement à eux, qui sont dénoncés dans cette habile campagne, sous le slogan provocateur Man Up !.

« Avant qu’on ne puisse parler, pleurer nous permet de survivre. Alors pourquoi dit-on aux garçons de ne pas pleurer ? De se durcir ? « D’avoir des couilles » ?

Arrêtons ça. Si tu te sens mal, parles-en. Parce que le silence peut tuer. Montrer sa douleur, ça demande des tripes. Il faut être « un homme » pour affronter ses émotions. Pleurer demande du courage.

Sois un homme, parles-en. »

Le spot retourne les injonctions à la virilité vers l’ouverture et l’acceptation de soi et de ses émotions : des messages trop peu renvoyés aux garçons, aux adolescents, aux hommes en général.
Le suicide, première cause de mortalité chez les Australiens de 15 à 44 ans

Encourager les hommes à « oser pleurer », à ne pas avoir honte d’exprimer leurs émotions, mais au contraire, d’être à l’écoute d’eux-mêmes et de leurs souffrances psychologiques (au même titre que les femmes !) est le coeur de cette campagne de prévention du suicide en Australie.

En effet, le suicide y est la première cause de mortalité des hommes australiens âgés de 15 à 44 ans. Plus de 75% des suicides en Australie sont commis par des hommes ; ces chiffres sont encore plus alarmants lorsqu’on isole les populations LGBT et intersexes.

L’un des facteurs aggravant le recours au suicide chez les hommes est expliqué par la pression sociale très forte exercée sur les représentations de la masculinité.




« Les interactions sociales des hommes sont conditionnées d’un manière qui renforce des normes de stoïcisme, l’indépendance, l’invulnérabilité et l’évitement des émotions négatives.

La conformité aux normes masculines traditionnelles a été associée aux pensées suicidaires, aux tentatives de suicide, à l’abus d’alcool et de stupéfiants, et à une attitude négative envers le fait de chercher de l’aide. »

Man Up veut changer ça en Australie, et pousser les hommes à affronter leurs émotions, à en parler, à ne pas s’enfermer dans la douleur et la colère, par peur du regard et du jugement social. C’est d’ailleurs la conclusion du spot :

« Ce message a été écrit et approuvé par ta mère, ton père, et tous les potes que tu as jamais eu. Ta femme, ton fils, ta fille, ton frère, ta soeur, tu manqueras à tout le monde. Ta petite amie, ton petit ami, la fille du bar à lait, tes voisins proches et lointains. Ton prof, ton chien, ton coiffeur, ton patron, ils seront tous endeuillés par ton départ.

Ces petits mots ont été laissés là pour toi, avec tout l’amour de ceux que tu laisserais derrière… »


Les stéréotypes de genre sont vraiment dangereux

Cette campagne intelligente rappelle que le sexisme nous affecte toutes et tous, à des degrés divers selon nos histoires personnelles et nos caractères. Un rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, publié en janvier 2014, pointant déjà ces mêmes dangers pour la santé des jeunes filles et des jeunes garçons en France. Extrait :

« Les jeunes Français•es sont globalement en bonne santé, il ne faudrait pas dramatiser. Mais il est inquiétant de constater que le conditionnement genré opéré depuis la plus petite enfance finit par produire des effets concrets et néfastes sur la santé des adolescent-e-s.

Soucieux de se conformer à leur genre, en pleine construction identitaire, les garçons vont avoir des comportements à risques, davantage de comportements violents. Ils prennent moins soin de leur santé que les filles, qui sont par exemple plus assidues sur les soins bucco-dentaires.

À partir de 15 ans, on constate davantage de problèmes psychologiques chez les filles : estime de soi, troubles du comportement alimentaire… elles sont plus nombreuses à être diagnostiquées en dépression.

« Chez les 15-19 ans, les filles sont environ cinq fois plus nombreuses que les garçons à avoir fait une tentative de suicide durant l’année écoulée (2% contre 0,4 % en 2010).

Cependant, le taux de mortalité des garçons de moins de 24 ans par suicide est trois fois plus élevé que celui des filles. Cela est notamment dû aux modalités employées, les hommes ayant davantage recours à des moyens plus radicaux (pendaison, arme à feu). »

La synthèse commentée de ce rapport à retrouver dans notre article publié en janvier 2014 sur le sujet : Les stéréotypes de genre sont dangereux pour la santé.

Quand on vous dit que le féminisme, pour beaucoup, c’est une question de survie, on n’est pas loin de la vérité, et on ne parle pas que des femmes…

* http://www.madmoizelle.com/man-up-pleurer-prevention-suicide-666855




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire