lundi 1 août 2016

RECHERCHE ETUDE SUISSE Risque de suicide et fuite dans les hôpitaux psychiatriques avec et sans politique de portes ouvertes : A 15 ans d' Étude d'observation

ÉTUDE SUISSE : Psychiatrie dans les salles fermées et ouvertes: Le risque de suicide reste le même
D'après article "
Psychiatry on closed and open wards: The suicide risk remains the same" sur sciencedaily.com
du 28 juillet 2016
Dans les cliniques psychiatriques avec une politique exclusivement porte ouverte, le risque de patients qui se suicident ou fuient du soin n'est pas plus élevé que dans les cliniques avec des salles verrouillées. Cela a été démontré dans une grande étude menée par l'Université de
Bâle et les Cliniques psychiatriques universitaires de Bâle (UPK), dans laquelle environ 350.000 cas ont été analysés sur une période de 15 ans. Les résultats sont publiés dans la revue The Lancet Psychiatry.
Les comportement d'auto-mise en danger des patients, la suicidalité et la fuite du soin représentent de grands défis pour toutes les institutions médicales. Dans de nombreuses cliniques psychiatriques, par conséquent, les patients à haut risque sont logés dans des salles verrouillées. Cela se fait au motif que les patients ne peuvent bénéficier d'une protection adéquate et un traitement approprié si on les empêche de tenter de se suicider ou de fuite, mais il n'y a aucune preuve que les salles verrouillés empêchent effectivement un comportement d'auto-mise en danger. Il est, cependant, connu que de telles salles créent un climat de traitement qui ne favorise pas la réussite du traitement et tend à augmenter la motivation pour s’évader.
Une période de 15 ans d'étude
Dans leur étude d'observation naturaliste, PD Dr. Christian Huber et Prof. Dr. Undine Lang de l'UPK et l'Université de
Bâle, avec des collègues, ont étudié 349,574 cas dans 21 cliniques allemandes sur la période de 1998 à 2012. Certaines de ces cliniques pratiquent une politique de porte ouverte, sans salles verrouillées. Seize cliniques ont également maintenu des salles par intermittence ou en permanence verrouillées en plus de salles ouvertes. Toutes les cliniques étaient légalement obligés d'admettre tous les individus d'une certaine zone, quelle que soit la gravité de leur maladie ou de comportement d'auto-mise en danger de la part du patient.
L'une des conclusions de l'étude est que le taux de tentatives de suicide et des suicides n'étaient pas inférieurs dans les cliniques avec des services  verrouillés. En outre, les institutions avec des portes ouvertes n'ont pas enregistré un taux de fuite élevé. "L'effet des portes verrouillées dans les cliniques est surestimé», explique le premier auteur Christian Huber. "Selon notre étude, être enfermé n'améliore pas la sécurité des patients et, dans certains cas, empêche effectivement la prévention du suicide et de fuite. Une atmosphère de contrôle, restreint les libertés et les sanctions personnelles sont plus susceptibles d'être des facteurs de risque d'empêcher une thérapie réussie ».
Mise au point sur les normes éthiques
"Nos résultats sont importants pour la déstigmatisation, la participation et l'émancipation des patients, ainsi que pour les soins psychiatriques en général," commente le dernier auteur Undine Lang, directeur de la clinique psychiatrique des adultes à UPK Bâle. Les résultats auront également une influence sur les questions juridiques qui se posent lorsque les cliniques adoptent une politique de porte ouverte. À l'avenir, le traitement devrait se concentrer davantage sur les normes éthiques qui garantissent aux patients de conserver leur autonomie dans la mesure du possible, dit Undine Lang. Des efforts devraient également être faits pour renforcer la relation thérapeutique et la prise de décision conjointe avec les patients.

*
University of Basel. "Psychiatry on closed and open wards: The suicide risk remains the same." ScienceDaily. ScienceDaily, 28 July 2016. <www.sciencedaily.com/releases/2016/07/160728195602.htm>.
Materiel source https://www.unibas.ch/en/News-Events/News/Uni-Research/Psychiatry-on-Closed-and-Open-Wards-The-Suicide-Risk-Remains-the-Same.html


Info étude citée :
Orignal paper
Christian G. Huber, Andres R. Schneeberger, Eva Kowalinski, Daniela Fröhlich, Stefanie von Felten, Marc Walter, Martin Zinkler, Karl Beine, Andreas Heinz, Stefan Borgwardt, and Undine E. Lang
Suicide Risk and Absconding in Psychiatric Hospitals with and without
Open Door Policies: A 15-year Naturalistic Observational Study

The Lancet Psychiatry (2016), doi: 10.1016/S2215-0366(16)30168-7
Further information
PD Dr. Christian Huber, Senior Physician at the Adult Psychiatric Clinic of the University Psychiatric Clinics and the University of Basel, Tel. +41 61 325 53 61, Email: christian.huber@upkbs.ch
Prof. Dr. Undine Lang, Director of the Adult Psychiatric Clinic of the University Psychiatric Clinics and the University of Basel, Tel. +41 61 325 52 00, Email: undine.lang@upkbs.ch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire