lundi 4 juillet 2016

ETUDE RECHERCHE Analyse du parcours de soins des patients suicidants du CHU C. Nicolle de Rouen

Analyse du parcours de soins des patients suicidants du CHU C. Nicolle de Rouen
Arnaud Payen-Logli 1
1 Université de Rouen - UFR Médecine et Pharmacie
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016 

Résumé : Le suicide en France est un problème de santé publique majeur. Devant le nombre important décès résultants de passages à l'acte suicidaires (11400 décès par suicide en France en 2011), des questions autour du parcours de soins au sein des services d'accueil des urgences (SAU) se posent. Notre objectif au cours de cette étude était d'évaluer le parcours de soins des patients suicidant au SAU du CHU de Rouen, les études portant sur ce sujet durant ce court temps de prise en charge restant par contre rares. Au SAU du CHU de Rouen, à partir de Novembre 2014 et ce pendant 32 semaines nous avons choisi de constituer deux groupes : un groupe de patients pris en charge pour une tentative de suicide (Groupe TS) n=114, un groupe de patients ayant bénéficié d'un avis spécialisé en psychiatrie sans tentative de suicide (Groupe Psy) n=97. Les données recueillies étaient des données démographiques : l'âge et le sexe afin de caractériser notre échantillon ; des données diagnostiques : les Codes diagnostiques psychiatriques principaux (F..) et accessoires pour les gestes suicidaires (X..) répondent aux critères de la CIM-10 ; ainsi que des données horaires afin de mieux caractériser le parcours de soins de l'ensemble de patients. Les résultats de notre étude montre une différence significative entre les deux groupes en terme de délai d'attente avant de bénéficier d'une consultation psychiatrique TS= 10,23 (en heures), PSY=4,52, p<0,001. La différence observée peut semble t'il s'expliquer en partie par le mode de passage à l'acte, le plus représenté étant l'intoxication médicamenteuse volontaire (IIVIV) avec n=94 (82,5%) dont n=30 (32%) y ont associés prise d'alcool. À noter qu'une autre tendance a été rapporté par notre étude celle ci concerne l'heure d'arrivée : n=84 (73,68%) du groupe TS est admis sur le créneaux horaire nocturne (18h30 -8h30) contrairement au groupe PSY qui lui est reparti de manière plutôt égalitaire, p<0,001. Dans ce contexte, au vu du nombre important de patients concernés chaque jour au SAU du CHU de Rouen, une réflexion afin de structurer une organisation spécifique des soins pourrait s'engager. Deux axes peuvent être proposés : 1. Regroupement des patients afin de faciliter la surveillance et de limiter les fugues et récidives suicidaires. 2. Dépister systématiquement les problématiques addictives dont le sevrage peut s'accompagner de troubles du comportement.
http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01315796
Soumis le : vendredi 13 mai 2016 - 17:14:21
Dernière modification le : dimanche 3 juillet 2016



PAYEN-LOGLI_ARNAUD.pdf

Source http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01315796 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire