mardi 3 mai 2016

SUEDE ETUDE RECHERCHE Suicides pendant la grossesse et 1 an de post-partum en Suède, 1980-2007

Suicides during pregnancy and 1 year postpartum in Sweden, 1980–2007
Annika Esscher, Birgitta Essén, Eva Innala, Fotios C. Papadopoulos, Alkistis Skalkidou, Inger Sundström-Poromaa, Ulf Högberg
Annika Esscher, MD, PhD, Birgitta Essén, MD, PhD, Department of Women's and Children's Health, International Maternal and Child Health (IMCH), Uppsala University Hospital, Uppsala; Eva Innala, MD, PhD, Department of Clinical Sciences, Obstetrics and Gynaecology, Umeå University, Umeå; Fotios C. Papadopoulos, MD, PhD, Department of Neuroscience, Psychiatry, Uppsala University Hospital, Uppsala; Alkistis Skalkidou, MD, PhD, Inger Sundström-Poromaa, MD, PhD, Ulf Högberg, PhD, MD, Department of Women's and Children's Health, Uppsala University Hospital, Uppsala, Sweden
  1. Correspondence: Annika Esscher, Department of Women's and Children's Health (IMCH), Uppsala University, Akademiska sjukhuset, SE-751 85 Uppsala, Sweden; Email: annika.esscher@kbh.uu.se

AbstraitContexte  Bien que l'incidence du suicide chez les femmes qui ont donné naissance au cours des 12 derniers mois est inférieur à celui des femmes qui n'ont pas donné naissance, le suicide reste l'une des causes les plus fréquentes de décès au cours de l'année suivant l'accouchement dans les pays à revenu élevé, tels que la Suède.Objectifs Pour définir les femmes qui sont mortes par suicide pendant la grossesse et après l'accouchement dans une perspective de soins maternels.méthode l’étude retrace les décès (n = 103)
grâce au couplage du Swedish Cause of Death Register et du Medical Birth and National Patient Registers  L’étude analyse les données des registres et des dossiers médicaux obstétriques.RésultatsLe taux de suicide de la mère était de 3,7 pour 100 000 naissances viables  pour la période 1980-2007, avec une petite variation de l'ampleur au fil du temps. Le taux de suicide est plus élevé chez les femmes nées dans des pays à faible revenu (odds ratio 3,1 (IC 95% 01.03 à 07.07)). Les méthodes de suicide violentes étaient fréquentes, en particulier pendant les 6 premiers mois après l'accouchement. Au total, 77 femmes avaient reçu des soins psychiatriques à un moment donné, mais 26 femmes n'étaient pas documenté de soins psychiatriques. la documentation prénatale des antécédents psychiatriques était incompatible. A la sortie du post-partum, seulement 20 femmes avaient un plan pour un suivi psychiatrique.ConclusionsLa prévention du suicide appelle à une sensibilisation clinique accrue  et des approches de soins maternels interdisciplinaires afin d'identifier et de soutenir les femmes à risque.http://bjp.rcpsych.org/content/208/5/462.abstract?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire