vendredi 20 mai 2016

RECHERCHE ETUDE Facteurs associés aux tentatives de suicide chez les minorités sexuelles : résultats de l’enquête presse gays et lesbiennes 2011

Facteurs associés aux tentatives de suicide chez les minorités sexuelles : résultats de l’enquête presse gays et lesbiennes 2011
dans Revue d'Epidémiologie et de Santé Publique
L.-M. Paget a ⁎ , C. Chan Chee a, C. Sauvage b, L. Saboni b, N. Beltzer a, A. Velter b c
a Département des maladies chroniques et traumatismes, institut de veille sanitaire, 12, rue du Val-d’Osne, 94415 Saint-Maurice, France
b Département des maladies infectieuses, institut de veille sanitaire, 12, rue du Val-d’Osne, 94415 Saint-Maurice, France
c Inserm, UVSQ, CESP, université Paris-Saclay, université Paris-Sud, 94276 Kremlin-Bicêtre, France ⁎Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 19 mai 2016
Résumé
Position du problème
Depuis les années 1990, plusieurs études ont montré que les populations homosexuelles et bisexuelles présentaient une prévalence élevée de tentatives de suicide par rapport à la population hétérosexuelle. L’enjeu actuel est d’identifier les facteurs associés à ce risque suicidaire afin d’essayer de mieux le prévenir. L’objectif de cet article est d’étudier pour la première fois en France les tentatives de suicide survenues dans les 12 derniers mois précédant l’enquête ainsi que les facteurs associés chez les hommes et femmes s’auto-identifiant comme homosexuel(le)s ou bisexuel(le)s.
Méthodes
L’enquête presse gays et lesbiennes 2011 est une enquête transversale auto-administrée anonyme basée sur le volontariat. Les questionnaires étaient disponibles dans la presse identitaire et sur des sites Internet communautaires gays et lesbiens. Parmi les personnes ayant répondu à l’enquête, 10 100 hommes et 2963 femmes résidant en France ont spécifiquement répondu aux questions sur les tentatives de suicide. La modélisation logistique a été utilisée afin d’identifier les facteurs associés aux tentatives de suicide dans les 12 derniers mois.
Résultats
Au cours de leur vie, 16 % des hommes et 18 % des femmes déclaraient avoir fait au moins une tentative de suicide et respectivement 1,6 % et 1,9 % dans l’année. Les facteurs indépendamment associés aux tentatives de suicide dans l’année chez les hommes et les femmes étaient le fait d’être inactif, d’avoir été victime de rapports sexuels forcés au cours de la vie, d’avoir rompu une relation stable dans l’année, d’avoir consommé de l’alcool de façon excessive et d’avoir déclaré une dépression. De plus, chez les hommes, le fait de vivre dans une petite agglomération, d’avoir subi des agressions physiques et/ou verbales en raison de leur orientation sexuelle et d’avoir consommé des anxiolytiques dans l’année accroissait la probabilité de déclarer une tentative de suicide dans l’année.
Conclusion
Nos résultats attestent que la lutte contre l’homophobie est un élément clé dans la prévention du comportement suicidaire chez les homosexuels et bisexuels. En effet, en plus des facteurs de risque classiques des tentatives de suicide, une association significative a été identifiée chez les homosexuels et bisexuels masculins entre tentative de suicide dans l’année et agressions à caractère homophobe dans le même temps.Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
Mots clés : Homo/bisexualité, Tentative de suicide, France

Plan
Introduction
Méthode
L’enquête et sa méthodologie
La variable dépendante
Les variables explicatives
Stratégie d’analyse
Résultats
Principales caractéristiques des répondants de l’EPGL 2011
Prévalences des tentatives de suicide
Facteurs associés à la tentative de suicide au cours des 12 derniers mois
Discussion
Des prévalences cohérentes avec la littérature
La question de la définition de l’orientation sexuelle
Facteurs associés aux tentatives de suicide
L’homophobie : un rôle déterminant dans le comportement suicidaire
Limites
Conclusion
Déclaration de liens d’intérêts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire