mardi 3 mai 2016

INITIATIVE ORIGINALE ROYAUME UNI les BarberTalk pour encourager les hommes à s'ouvrir

D’après article "How One Man's Suicide Inspired Barbers To Join Forces And Help Guys With Depression" huffingtonpost.co.uk*  Natasha Hinde du 25/11/2015

Quand un ami proche de Tom Chapman est mort de suicide plus tôt cette année, il a été laissé en état de choc. Le coiffeur avait rejoint son ami Alex Goddard plus tôt cette semaine et à 27 ans semblait très bien. Quelques jours plus tard, Goddard avait disparu.
Chapman, qui est de Torquay, a depuis lancé The Lions Barber Collective et BarberTalk pour encourager les hommes à s'ouvrir sur leurs combats avec la santé mentale.
L'idée est que les coiffeurs barbiers peuvent conseiller les clients et offrir ce premier brin de soutien en cas de besoin. Il vient à un moment où le suicide est reconnu comme le plus grand tueur d'hommes de moins de 45 en Angleterre et au Pays de Galles.
Coiffeur
Tom Chapman
Le collectif a été lancé en Septembre 2015 pour coïncider avec la Journée mondiale de prévention du suicide.
Il comprend 30 coiffeurs internationaux qui sont passionnés par la prévention du suicide chez les hommes et pour renforcer la sensibilisation entourant la santé mentale.
Ils espèrent encourager les hommes à parler
davantage de leurs problèmes en offrant un service de consultation par les coiffeurs barbiers, qu'ils ont surnommé BarberTalk.
«Nous avons déjà la confiance de nos clients et nous sommes dans une position unique dont nous devons moralement profiter  - afin que nous puissions aider nos clients et  fournir un endroit sûr pour parler," dit Tom Chapman au HuffPost UK Lifestyle.
"Au fil du temps, nous pouvons briser le tabou et rendre acceptable pour les hommes de partager leurs émotions avec un autre."
Le programme de formation BarberTalk a été mis en place par Chapman et son associé Pat Barry conjointement avec
Papyrus and Pieta House, dont le but est uni pour prévenir l'automutilation et le suicide. Il offre une formation sur mesure pour les coiffeurs barbiers afin qu'ils puissent reconnaître, parler, écouter et conseiller les clients souffrant de dépression ou d'autres problèmes de santé mentale.
Chapman espère saisir le "grand niveau de confiance déjà instauré dans un coiffeur barbier» et faire quelque chose de productif avec lui, afin que les clients soient en mesure d'obtenir de l'aide si ils sont dans le besoin.
«Les clients déchargent déjà leurs pensées et leurs sentiments sans le savoir," dit-il.
"Comme coiffeurs barbiers nous construisons une relation avec les clients, connaissant souvent toute la famille.
«Ils nous donnent accès à leur espace personnel, nous sommes autorisés à toucher leur tête et leur cheveux, il n'y a pas beaucoup de gens à qui nous permettons d'être près de nous. Il y a également cette confidentialité entre un coiffeur et son client, nous sommes amis, mais souvent pas
dans leurs cercles sociaux ainsi les gens se sentent en sécurité pour partager ".
Le programme de BarberTalk s'est fixé de se déployer à l'échelle nationale l'année prochaine et Chapman espère ouvrir des salons désignés où les hommes se sentent à l'aise pour être aidé.
«Nous savons que les coiffeurs barbiers n'ont pas le temps ou la formation officielle pour devenir conseillers», dit Chapman.
"Mais ils seront en mesure d'être le premier pas et orienter les gens dans la bonne direction."
Une autre personne qui a connu la dévastation du suicide  est Ken Hermes, blogueur officiel du collectif.
Lorsque Hermes avait 15 ans, son père lui-même s'est tué.
«La vie n'a jamais été la même depuis,» dit-il dans une vidéo partagée sur la page Facebook du Collectif Lions Barber.
"Ce que je trouve intéressant dans le Collectif Barber est qu'ils essaient de briser le tabou. Et c'est un tabou», explique Hermès.
Après la mort de son père, il pensait qu'il ne pouvait pas parler de sa douleur avec des amis à l'école parce qu'ils seraient fatigués de l'entendre parler ou ne voudraient plus traîner avec lui.
"Et si les gens se sentent de cette façon quand ils perdent quelqu'un, alors il y a clairement un grand tabou quand traversez ça vous même," ajoute-il. «Je ne pense pas que mon père ait eu quelqu'un à qui parler"
Jusqu'à présent, la réponse au collective est quasi «phénoménale».
"Il a vu son importance s'accroître à des hauteurs que je ne pensais jamais possible dans un court laps de temps», dit Chapman.
"Nous avons réalisé très rapidement que cela est quelque chose qui est nécessaire et peut faire une énorme différence."
Au cours de l'année prochaine, ils espèrent lancer un Look Book dont les fonds seront pompés sur les retours de l'initiative, ainsi que d'un camion BarberTalk.
Le camion pick-up modifié agira comme un mobile pop-up barbershop dont l'équipage prendra part aux événements et festivals pour aider à répandre le message.
Ils espèrent aussi tenir des sessions dans les universités, les collèges et les écoles afin de sensibiliser et éduquer les jeunes sur la dépression et la santé mentale.
«Nous voulons que les élèves savent qu'il est important de s'ouvrir  à l'autre et de partager leurs problèmes et leurs émotions», dit Chapman.
"Je cherche aussi à créer des 'dens' (tanières ou repaires)  - safe house avec des safe-guarders et sur place des conseillers - où les gens souffrant peuvent aller et rester, et obtenir de l'aide pour aussi longtemps que nécessaire.
«Finalement, nous aimerions en avoir dans chaque ville afin que les gens aient un endroit où aller."

http://www.thelionsbarbercollective.com

Résultat de recherche d'images pour "BarberTalk"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire