mardi 31 mai 2016

ETUDE RECHERCHE ANGLETERRE Enquete nationale sur le suicide des enfants et des jeunes en Angleterre

Un rapport d'enquête publié le 25 mai  "Suicide by children and young people in England".
National Confidential Inquiry into Suicide and Homicide by People with Mental Illness (NCISH). Manchester: University of Manchester, 2016.

L’étude a procédé à un examen des suicides des personnes de moins de 20 ans de Janvier 2014 et Avril 2015 en Angleterre. Ceci est la première phase d'une recherche à l’échelle du Royaume-Uni sur les suicides par les personnes âgées de moins de 25 ans. L’étude a recueilli des données à partir d'une gamme d'enquêtes menées par des organismes officiels en Angleterre, y compris les coroners, les autorités locales et les services de santé et a identifié des antécédents pertinents avant le suicide (par exemple, abus, intimidation, perte, pressions scolaires, auto-mutilation, et santé physique) .

145 suicides chez les personnes de moins de 20 ans ont été identifiés au cours de la période d'étude, l'étude a pu obtenir des données de rapport sur les antécédents pour 130 cas  (90%). Le nombre de suicides a fortement augmenté à la fin de l'adolescence avec 79 décès par suicide pour les 18-19 ans contre 66 chez les personnes de moins de 18 ans. 102 (70%) étaient des hommes. Divers antécédents ont été signalés chez les individus pour lesquels l'étude avaient des données de rapport, y compris les pressions scolaires (en particulier lié à des examens) (35 [27%] individus), l'intimidation (28 [22%]), le deuil (36 [28%]), le suicide dans la famille ou les amis (17 [13%]), des conditions de santé physique (47 [36%]), les problèmes familiaux (44 [34%]), l'isolement social ou le retrait (33 [25%]), la maltraitance ou de négligence (20 [15%]), consommation excessive d'alcool (34 [26%]), et la consommation de drogues illicites (38 [29%]). l'utilisation d'Internet lié au suicide a été enregistré dans 30 (23%) des cas. Dans la semaine avant la mort 13 (10%) personnes s’étaient auto-mutilées et 35 (27%) ont exprimé des idées suicidaires. 56 (43%) des personnes ont eu aucun contact connu avec les services de santé et sociaux de soins ou les organismes de justice.

Les résultats de l'étude suggèrent que de nombreuses expériences et contraintes sont susceptibles d'avoir contribué au risque de suicide chez les enfants et les jeunes. D'après les auteurs beaucoup de jeunes qui meurent par suicide n'avaient pas exprimé d' idées suicidaires antérieures , mais leur absence ne peuvent pas être pris pour montrer l'absence de risque. L'Amélioration des services de prise en charge de l'automutilation et l’accès au CAMHS est crucial, mais les antécédents identifiés dans cette étude montrent que les écoles, les soins primaires, des services sociaux et de justice pour la jeunesse ont également un rôle important à jouer.


 Rapport complet
infographie
Video du Pr Louis Appleby What do our findings mean for prevention?
Communiqué de presse
le blog


Source info http://www.bbmh.manchester.ac.uk/cmhs/research/centreforsuicideprevention/nci/
et http://www.thelancet.com/journals/lanpsy/article/PIIS2215-0366%2816%2930094-3/fulltext

L'etude sur The Lancet Psychiatry ‘An investigation into suicide in children and young people in England: a consecutive case series’ has been published in The Lancet Psychiatry click here.
The Lancet Psychiatry Available online 25 May 2016 In Press, Corrected Proof
Cathryn Rodway, MAa, , , Su-Gwan Tham, BSc a, Saied Ibrahim, PhD a, Pauline Turnbull, PhD a, Kirsten Windfuhr, PhD a, Prof Jenny Shaw, FRCPsych a, Prof Nav Kapur, FRCPsych a, Prof Louis Appleby, FRCPsych a
a National Confidential Inquiry into Suicide and Homicide by People with Mental Illness, Centre for Mental Health and Safety, Jean McFarlane Building, University of Manchester, Manchester, UK
Correspondence to: Cathryn Rodway, Centre for Mental Health and Safety, Jean McFarlane Building, University of Manchester, Manchester, M13 9PL, UK

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire