jeudi 26 mai 2016

ARTICLE PRESSE Le chômage, comme un deuil ou un abandon amoureux

Le chômage, comme un deuil ou un abandon amoureux
Eva Thiébaud
Economie
le 25.05.2016 sur slate.fr*
De nombreux travaux le prouvent: la perte d'emploi s'apparente à un événement traumatique, qui dégrade à la fois la santé mentale et physique.


«Depuis septembre 2015, c'est une catastrophe. Je n'ai pas rencontré une seule personne qui ne se soit pas mise à pleurer...» Sommes-nous au bout de la ligne de Suicide Écoute, ou de celle de SOS Amitié? Pas tout à fait. Jamal Rami, secrétaire général du syndicat Sud Chômeurs et précaires de la Loire, anime des permanences visant à aider les demandeurs d'emploi sur des questions de droit. Mais au-delà de kafkaïens dossiers administratifs, il se retrouve surtout aux prises avec une souffrance permanente faite de honte, d'absence de vie sociale, de constitution abîmée… Une réalité qui se manifeste chez des millions de personnes (3,531 millions de chômeurs en catégorie A à la fin mars et 5,454 millions dans les catégories A, B et C, en attendant les chiffres d'avril, publiés ce mercredi 25 mai) et nécessite plus que jamais une action des pouvoirs publics.

«D'abord, perdre son travail constitue cliniquement un événement traumatique», explique le psychiatre Michel Debout, professeur de médecine et président de l'Union nationale pour la prévention du suicide (Unps), auteur du livre Le traumatisme du chômage avec la participation du journaliste Gérard Clavairoly. «En ce moment, les personnes éprouvent surprise, sentiment de mort et humiliation.»

«Ensuite vient l'état de stress post-traumatique», ajoute le psychiatre. «Des manifestations anxieuses, comme les cauchemars ou la perte d'appétit, la honte, l'impuissance, la perte d'estime de soi… Pendant la recherche d'emploi, les entretiens d'embauche réactivent régulièrement le traumatisme vécu.» Une récente étude des maîtres de conférences en sciences économiques Thibault Brodaty et Sylvie Blasco, publiée par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), dépendante du ministère du Travail, a effectivement montré que le chômage détériorait la santé mentale des hommes âgés de plus de 40 ans et au chômage depuis plus de six mois.

Jean-Louis Cianni occupait un poste de cadre dirigeant chez Air Littoral à Montpellier. En 2001, à 49 ans, il est licencié par le nouveau propriétaire de la compagnie, Swissair. «Il s'agit d'une expérience personnelle de solitude complexe et violente. On vit comme si on avançait dans la neige...», explique cet ancien directeur de la communication, aujourd'hui écrivain. «Comme j'avais du temps, je me suis tourné vers ma bibliothèque d'ancien étudiant de philosophie. J'ai relu l'ethnologue Marcel Mauss, qui raconte comment des gens robustes et en bonne santé pouvaient décéder en quelques heures quand ils étaient exclus de leur tribu[1]. Voilà ce que j'ai expérimenté, la mort de mon identité sociale.» Il puise alors dans plusieurs auteurs antiques la philosophie dont il a besoin pour prendre soin de lui et retrouver une bonne estime de lui-même. Et pour initier d'autres à sa thérapie, il publie en 2007 La philosophie comme remède au chômage.

«Problème de santé publique majeur»

Cet original outil suffira-t-il? Car au-delà de problèmes identitaires, le risque de rupture familiale aggrave souvent encore la situation de nombreux chômeurs. «Il y a eu plusieurs suicides, 250 divorces, des familles éclatées. Ce que je retiens, c'est ce désastre», déclarait en 2013 à l'AFP Antonio Da Costa, ex-délégué syndical CFTC de Continental à Clairoix, suite aux 700 licenciements de 2009. «La violence est encore plus insupportable», explique le psychiatre Michel Debout, «quand elle provient d'entreprises réalisant des bénéfices substantiels».
Cette violente expérience peut alors entraîner le recours à des psychotropes, dégrader l'hygiène de vie, provoquer des problèmes de santé… Les rapports se suivent et se ressemblent: en 2000, une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) démontrait déjà que le risque annuel de décès d’un homme chômeur est, quel que soit son âge, environ trois fois celui d’un actif du même âge. Plus récemment, en novembre 2014, des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)–sous tutelle des ministères de la Recherche et de la Santé– publiaient leurs conclusions relatives au lien entre chômage et potentialité d'accidents cardio-vasculaires. Les dépressions et troubles du sommeil provoqués par le chômage ainsi que les comportements à risque –comme la surconsommation d'alcool, de tabac, la sédentarité, une alimentation moins équilibrée– provoquent un accroissement des maladies cardio-vasculaires et des cancers. Dans une vidéo réalisée par le parti politique de gauche Nouvelle Donne, le chercheur Pierre Meneton –porteur de l'étude– estime aujourd'hui à 50.000 le nombre de personnes au chômage éprouvant de graves problème de santé, dont 14.000 meurent chaque année. Il évoque un «problème de santé publique majeur», mais aussi un problème économique puisque les soins dispensés coûtent cher.

C'est sur ce constat que s'est appuyé Pierre Larrouturou, ancien conseiller régional d'Ile de France et fondateur de Nouvelle Donne, pour porter plainte fin octobre 2015 contre des membres du gouvernement et François Hollande pour non-assistance à personnes en danger.
Risque de suicide plus grand

Il manquerait une ombre à ce tableau déjà sordide si le chômage n'accroissait pas aussi les risques de suicide. «Tous les chômeurs ne vont pas mal, et tous ne vont pas se suicider. Mais pour eux, le risque est plus grand», observe le psychiatre Michel Debout. Si les études se montrent rares, elles corroborent l'opinion du médecin. En janvier 2015, le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l’Inserm (CépiDc) et l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) publiaient une étude sur l'association entre taux de suicide et de chômage en France métropolitaine entre 2000 et 2010. «L'étude a montré une augmentation moyenne de 1,5% du taux de suicide, pour une augmentation de 10 % du taux de chômage. La causalité n'est cependant pas prouvée, même si un faisceau d'arguments semble aller dans ce sens», analyse le médecin chercheur Moussa Laanani. D'autres publications internationales récentes révèlent des liens entre suicide et chômage.

Voilà plus de vingt ans que Michel Debout dénonce le scandale de santé publique que constitue l'abandon sanitaire et social des demandeurs d'emploi: «Parce que les chômeurs constituent une population à risque, nous avons une obligation de prévention. Et nous ne faisons rien.» Pour le médecin, la prévention doit d'abord passer par une assistance psychologique des salariés pendant les plans sociaux: «Les entreprises, lorsqu'elles licencient, portent une responsabilité.» Par la suite, il recommande la mise en place d'une médecine du chômage –à l'instar de la médecine du travail–, ainsi qu'un accompagnement associatif afin de maintenir un tissu social autour des demandeurs d'emploi. Des recommandations récemment suivies par le Conseil économique social et environnemental qui, dans un avis du 10 mai 2016 à appelé à «mieux prévenir et accompagner» l'impact du chômage sur les personnes concernées. Pour éviter l'hécatombe, on peut espérer qu'elles soient vite mises en œuvre.

Eva Thiébaud
http://www.slate.fr/story/118533/chomage-deuil-abandon-amoureux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire