jeudi 14 avril 2016

USA Etude recherche : L'appartenance à un gang lié à la dépression

"L'appartenance à un gang lié à la dépression"Article du 13 avril 2016 source:  Michigan State University & sciencedaily.com*
Résumé:
    
Les enfants qui décident de se joindre à des gangs sont plus susceptibles d'être déprimés et suicidaires - et ces problèmes de santé mentale ne font que s'aggraver après avoir rejoint le gang, d'après une nouvelle étude
co-écrit par un criminologue Michigan State University.L'appartenance à un gang est associée à des niveaux plus élevés de dépression, ainsi qu'une augmentation de 67 pour cent des pensées suicidaires et une augmentation de 104 pour cent de tentatives de suicide.«Les jeunes qui se joignent à un gang sont beaucoup plus susceptibles d'avoir des problèmes de santé mentale, puis être dans le gang fait réellement empirer les choses», a déclaré Chris Melde, MSU professeur agrégé de justice pénale. "Il ne fonctionne pas comme un antidépresseur et certaines personnes peuvent être à la recherche d'un sentiment de bien-être ou de but"Avec environ 850.000 membres aux Etats-Unis, les gangs restent un problème "obstinément persistant", selon le ministère de la Justice. De nombreux jeunes - en particulier les jeunes pauvres et minoritaires - se joignent à des gangs pour échapper à des difficultés pour une promesse d'argent, de protection, de statut ou d'un sentiment d'appartenance qu'ils ne reçoivent pas à la maison, à l'école ni ailleurs.Melde a étudié les gangs de jeunes pendant des années et a trouvé aucun avantage perceptible. Par exemple, le taux de toxicomanie et de victimisation avec violence augmentent après que les enfants aient joint des gangs.Dans la dernière étude, Melde et Adam Watkins de Bowling Green State University ont étudié les données de l'enquête nationale de plus de 11.000 lycéens. Les jeunes qui rejoignent des gangs avaient des niveaux significativement plus élevés de dépression et de pensées suicidaires que ceux qui ne se joignent pas à des gangs. En outre, l'appartenance à des gangs a fait ces problèmes sous-jacents bien pire."Si vous pensez à l'appartenance à un gang comme un mécanisme d'adaptation, pour faire face,  il ne fonctionne pas», a déclaré Melde. «Les enfants se joignent à des gangs pour des raisons, mais quand nous essayons de trouver les avantages - que ce soit pour la protection, un sentiment de valeur, quel que soit -. Nous constatons qu'il fait réellement un problème, déjà important dans leur vie, encore pire"
L'étude a été publiée en ligne aujourd'hui dans la revue Criminal Justice and Behavior.


* https://www.sciencedaily.com/releases/2016/04/160413135908.htm

Adam M. Watkins and Chris Melde. Bad Medicine: The Relationship Between Gang Membership, Depression, Self-Esteem, and Suicidal Behavior. Criminal Justice and Behavior, April 13, 2016 DOI: 10.1177/0093854816631797
Bad Medicine
The Relationship Between Gang Membership, Depression, Self-Esteem, and Suicidal Behavior
Adam M. Watkins  Bowling Green State University
Chris Melde  Michigan State University
Adam M. Watkins, Criminal Justice Program, Bowling Green State University, 223 Health and Human Services Building, Bowling Green, OH 43403; e-mail: adammw@bgsu.edu.
Abstract
Research on the risk factors associated with gang joining suggests that the best predictor of gang membership is the accumulation of risk factors across a number of domains. These same risk factors are also associated with poor mental health and suicide, suggesting that gang members may be at risk for these outcomes. The current study utilized a nationally representative sample to examine two related issues. First, do youth who later become gang involved report levels of self-esteem, depression, suicidal thoughts, and attempted suicide that are substantively different than the general population? Second, how does gang membership affect these indicators of mental health? Results suggest that youth who become gang involved have significantly higher levels of depression and report a substantively higher rate of suicidal thoughts and behaviors than comparison youth. Furthermore, membership in gangs exacerbates these underlying problems, creating higher levels of depression and a higher prevalence of suicidal thoughts and actions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire