jeudi 17 mars 2016

Un nouveau dispositif de prévention en Haute-Vienne

Suicide : un nouveau dispositif de prévention en Haute-Vienne
source signalée par le Centre Ecoute et Soutien Brive* - article de lepopulaire.fr du 14/03/2016**


Photo d'illustration pour l''appel au numéro écoute suicide limousin - Populaire du Centre

Dans le département, 70 personnes se sont donné la mort en 2012 et près de 700 hospitalisations ont été recensées pour tentative de suicide en 2013. Des chiffres et une souffrance qui ne peuvent laisser indifférent. Une nouvelle aide vient d'être mise en place à partir d'un numéro d'écoute : le 05.55.23.49.95.

Aussi, un nouveau dispositif afin de prévenir le passage à l'acte vient d'être mis en place en Haute-Vienne, à partir d'un numéro de téléphone. Il s'appuie sur une collaboration entre une association corrézienne, le centre Ecoute et soutien, et l'hôpital Esquirol, signée le 11 mars, à Limoges.

Depuis trente ans, l'association répond ainsi aux coups de fil des personnes en détresse, au 05.55.23.49.95. Ce numéro départemental, rebaptisé Ecoute suicide Limousin, a désormais une portée régionale : que la personne demeure à Tulle, à Aubusson ou Bellac, elle peut décrocher son téléphone et être entendue, soutenue afin d'être dissuadée de mettre fin à ses jours. Il faut dire qu'en terme de suicide, le Limousin se place parmi les régions françaises les plus touchées : en 5e position.

En Haute-Vienne, outre l'écoute, la personne peut être orientée vers le centre hospitalier Esquirol, et notamment ses antennes réparties sur tout le département : des centres de proximité en santé mentale à Saint-Junien, Saint-Yrieix-la-Perche, Saint-Léonard-de-Noblat, Magnac-Laval et Limoges. « On sait que les gens ne téléphonent pas spontanément à Esquirol, qu'ils ont peur de l'institution psychiatrique. L'idée est donc, avec leur accord, qu'après cet appel à Ecoute suicide Limousin, ils se tournent vers le centre de proximité le plus proche de chez eux afin d'être reçus en entretien par un infirmier. Ces centres seront informés de l'identité de l'appelant au préalable. Voire prendront contact avec lui, si l'usager l'autorise », explique Antoine Pacheco, le directeur de l'établissement hospitalier.

La finalité de l'appel n'est donc pas qu'il reste anonyme, sauf si la personne l'exige. « L'association est un interlocuteur "neutre". C'est un premier pas, où il est possible de déposer sa souffrance, même si ça ne résout pas tout, selon Jean-Marie Coutel, président d'Ecoute et soutien. Jusqu'à présent, en Corrèze, l'association était appelée par environ 300 personnes chaque année, dont 200 sont accompagnées sur six à neuf mois. Beaucoup résistent aux soins, ne se considèrent pas malades. Alors si nous pouvons être un relais, constituer une porte d'entrée vers un suivi médical qui peut les aider, c'est une bonne chose. »

Hélène Pommier

Pratique : Ecoute suicide Limousin au 05.55.23.49.95.

* http://www.ecouteetsoutien.fr/
** http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/2016/03/14/suicide-un-nouveau-dispositif-de-prevention-en-haute-vienne_11820568.html 

Complément
Signature de la Convention CH Esquirol/Ecoute et soutien pour la prévention du suicide en Haute-Vienne le 11 mars 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire