lundi 15 février 2016

NOTICE ARTICLE RECHERCHE ETUDE Eurnet-BPD : un reseau de recherche avec des adolescents borderline

Eurnet-BPD : un reseau de recherche avec des adolescents borderline
par Alexandra Pham-Scottez
Praticien hospitalier, CMME, Hôpital Sainte-Anne, 100 rue de la Santé, 75674 Paris cedex 14, France
a.pham.at.ch-sainte-anne.fr
Sur  L'information psychiatrique  2016/1 (Volume 92)  Pages 29 - 37 / 94 
Éditeur : John Libbey Eurotext

Résumé
Eurnet-BPD est une recherche multicentrique, européenne francophone (France, Suisse, Belgique), longitudinale prospective, et ayant pour objectifs d’explorer la validité du diagnostic de trouble de la personnalité borderline (TPB) à l’adolescence, ainsi que sa stabilité lors du passage à l’âge adulte, et de décrire les spécificités du TPB à l’adolescence (comorbidités avec les autres troubles de la personnalité et les troubles psychiatriques, tentatives de suicide et automutilations, événements de vie pendant l’enfance, antécédents traumatiques, modalités d’attachement, régulation émotionnelle, alexithymie, dépression, dépressivité, parcours scolaires, utilisation des soins...).
Quatre-vingts adolescents de 15 à 19 ans, filles ou garçons, hospitalisés ou ambulatoires, ayant un TPB (diagnostic avec le SIDP-IV), et 84 sujets témoins appariés pour le sexe et l’âge ont été inclus ; toutes les évaluations ont été réalisées avec des instruments standardisés, auto-questionnaires et entretiens semi-structurés.
L’analyse factorielle trouve une solution à deux facteurs, un facteur orienté vers l’intérieur, traduisant le manque de cohérence interne et l’instabilité de l’identité, et un facteur orienté vers l’extérieur, résultant des comportements impulsifs et auto-agressifs.
Les comorbidités les plus fréquemment retrouvées sont les troubles de l’humeur, les troubles alimentaires, les comportements perturbateurs, et les troubles liés à l’utilisation de substances.
Le TPB apparaît également très souvent associé à d’autres troubles de la personnalité, comme les troubles de la personnalité obsessionnel, antisocial et évitant.
Les tentatives de suicide ont été étudiées, et les principales conclusions sont que les tentatives de suicide à répétition semblent structurer, auto-renforcer, auto-entretenir le TPB chez ces adolescents.
Eurnet-BPD a également essayé de mieux comprendre les automutilations de ces adolescents borderline, qui incarneraient une stratégie d’adaptation dysfonctionnelle visant à réguler leurs affects et leurs émotions.
La stabilité diagnostique du TPB, trois ans plus tard, lors du passage à l’âge adulte, bien que modérée dans une perspective catégorielle, est meilleure du point de vue dimensionnel.
L’enfance de ces adolescents borderline retrouve de multiples ruptures avec les figures parentales, une moins bonne qualité du lien parent-enfant, des dysfonctionnements familiaux avec un manque de cohérence intrafamilial, et 25 % d’antécédents de tentative de suicide chez un des deux parents.
Les modalités d’attachement de ces adolescents borderline sont majoritairement insécures, surtout de types craintif et préoccupé.
Les actes de maltraitance sont nombreux, abus émotionnels, abus physiques, négligence physique, et surtout abus sexuels (16 %). Il faut souligner que 36 % des adolescents abusés sexuellement continuent de voir leur agresseur, que les autorités judiciaires sont informées dans moins de la moitié des cas, ce qui « rajoute du trauma au trauma », l’entourage de ces adolescents ayant subi un abus sexuel se montrant particulièrement non protecteur.
Les analyses multivariées mettent en évidence quatre facteurs comme intensément prédictifs de l’apparition d’un TPB à l’adolescence : les abus émotionnels, le manque de cohésion familial, l’hypercontrôle du père, et un attachement insécure de type craintif.
Au total, Eurnet-BPD, première étude longitudinale prospective une cohorte d’adolescents ayant un TPB, montre la validité du diagnostic de TPB à l’adolescence, et souligne les facteurs de l’histoire infantile qui apparaissent déterminants dans l’émergence du TPB à l’adolescence. Toutes ces données militent pour une prise en charge intensive, multimodale, au plus tôt dans la vie, pour améliorer le pronostic à long terme de ces patients.
Mots clés  état limite adolescent tentative de suicide automutilation traumatisme psychiqueétude longitudinale diagnostic comorbidité analyse factorielle facteur prédictif famille entretien semi-structure SIDP-IV

Plan de l'article
Introduction
Méthodologie de l’étude

Instruments
Patients et témoins
Principaux résultats au SIDP-IV

Symptomatologie borderline
Analyse factorielle
Comorbidités

Avec les autres troubles de la personnalité
Avec les troubles de l’Axe I
Comportements auto-agressifs

Tentatives de suicide
Automutilations
Stabilité diagnostique
Dynamique familiale et expériences traumatiques

Continuité du lien aux figures parentales
Modalités de l’attachement
Qualité du lien parent-enfant
Traumatismes, maltraitance
Fonctionnement familial
Pathologie psychiatrique parentale
Analyses multivariées
Conclusion
Liens d’intérêts

https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2016-1-page-29.htm 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire