mardi 9 février 2016

ETUDE RECHERCHE CANADA les liens entre commotions cerebrales et suicide

Articles sur une étude canadienne mettant en lien les commotions cérébrales et le risque de suicide. Articles intéressants car ils débattent de manière sous-jacente également la question du facteur de risque pouvant être complexe et non binaire.

D’après article "Des chercheurs établissent un fort lien entre commotions cérébrales et suicide"
lundi 8 février 2016  La Presse Canadienne ici.radio-canada.ca*

Le risque à long terme de suicide est trois fois plus élevé chez les adultes qui ont déjà subi une commotion cérébrale, et quatre fois plus élevé si la commotion a été subie la fin de semaine, selon des chercheurs ontariens.
Leur étude, dont les résultats ont été publiés lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, conclut aussi qu'une nouvelle commotion cérébrale augmente encore davantage les risques de suicide.
« Nous savons déjà que la commotion cérébrale peut causer des changements durables au cerveau qui peuvent altérer l'humeur et qui peuvent se traduire par des changements de comportements, notamment l'impulsivité », explique le spécialiste de médecine interne au centre hospitalier torontois Sunnybrook, et chercheur principal de l'étude, le Dr Donald Redelmeier.

Par contre, la commotion cérébrale n'est pas nécessairement la cause directe des suicides, précise-t-il.

Les personnes qui se sont enlevé la vie avaient peut-être une prédisposition à des activités déjà risquées pour leur intégrité physique. Les chercheurs sont maintenant curieux de savoir si ces personnes étaient vraiment prédisposées au suicide, ou si la commotion cérébrale n'a pas provoqué un débalancement dans la sécrétion de sérotonine, neurotransmetteur cérébral lié notamment à l'humeur.

Quant aux risques accrus pendant la fin de semaine, le Dr Redelmeier avance que les commotions cérébrales sont peut-être alors plus graves parce que les activités du week-end sont parfois plus « à risque » (ex: accident, sport).

Les chercheurs ont analysé les dossiers de 235 000 Ontariens qui avaient subi au moins une commotion cérébrale entre 1992 et 2012. De ce nombre, 667 personnes s'étaient suicidées.

En termes absolus, les chercheurs concluent que 470 de ces personnes ne se seraient peut-être pas enlevé la vie si elles n'avaient pas subi auparavant une commotion cérébrale.

Selon les chercheurs, les risques accrus ne sont pas attribuables à l'âge, au sexe, à la situation socio-économique ou à des facteurs démographiques. Il s'était écoulé en moyenne près de six ans entre la commotion cérébrale et le suicide, et l'âge moyen au moment du suicide était de 44 ans.
400 000 cas par année
Près de 4000 personnes se sont suicidées au Canada en 2010. La commotion cérébrale est la blessure au cerveau la plus répandue au Canada, avec quelque 400 000 cas recensés chaque année.
Pas dans tous les cas
Selon le directeur scientifique aux Instituts de recherche en santé du Canada, Dr Anthony Phillips, il ne faut cependant pas croire que tous ceux qui ont subi une commotion cérébrale risquent de se suicider. Par contre, l'étude démontre qu'il faut prendre ce phénomène au sérieux et qu'il est important de protéger son cerveau, prévient-il.
« Si vous subissez une commotion cérébrale, vous devriez prendre toutes les mesures qui s'imposent pour éviter d'en subir une autre. » — Dr Anthony Phillips, Instituts de recherche en santé du Canada
Fait intéressant de l'étude : près de la moitié des patients avaient visité leur médecin de famille au cours de la semaine précédant le geste fatidique, pour un autre ennui de santé, et 80 % au cours du mois précédent.
Le Dr Redelmeier a expliqué que les médecins pouvaient sous-estimer l'impact d'une commotion cérébrale sur la santé du patient en raison de la rapidité avec laquelle les symptômes peuvent se résorber.
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/science/2016/02/08/003-commotions-cerebrales-suicide-adultes.shtml

Autre article
Risque de suicide augmente trois fois après une commotion cérébrale
d'apres "Risk of suicide increases three-fold after a concussion " Lundi, 8 Février, 2016 Kathryn Doyle pour Reuters *

(Reuters Santé) - Les adultes qui souffrent d'une commotion cérébrale sont trois fois plus à risque à long terme de suicide par rapport à la population générale, selon une nouvelle étude du Canada.
Contrairement à certaines études antérieures, le nouveau travail a porté sur les adultes dans la population générale plutôt que sur des athlètes ou de militaires souffrant de blessures à la tête.
"Pendant des années, il y a eu des exemples de blessures graves à la tête conduisant à des cas potentiels de suicide chez les anciens combattants militaires et les athlètes professionnels," a déclaré l'auteur principal, le Dr Donald A. Redelmeier de l'Université de Toronto, en Ontario.
"Je me suis toujours inquiété que même les commotions cérébrales modérées faites dans les milieux communautaires normaux pourraient aussi être un risque, et pourraient causer des dommages durables", a t' il déclaré à Reuters Health.
Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux d'adultes en Ontario avec une commotion cérébrale diagnostiquée qui n'a pas été suffisamment grave pour nécessiter une hospitalisation et les ont suivis de 1992 à 2012. Plus de 230.000 personnes entraient dans cette catégorie.
Sur une période de suivi moyenne de neuf ans, 667 personnes qui avaient subi des commotions cérébrales se sont suicidés, ce qui équivaut à un taux de 31 suicides pour 100.000 habitants par an. Cela représente un taux de trois fois plus élevé que le taux de suicide dans la population générale, selon les résultats.
Au Canada, il y a une moyenne d'environ neuf suicides pour 100.000 personnes par an, dit Redelmeier .
Les commotions de week-end semblent porter un risque encore plus élevé de suicide que les commotions cérébrales de semaine, notent les chercheurs dans le JAMC.
Les commotions semaine peuvent se passer au travail, où il y a un protocole de traitement, mais les commotions de fin de semaine peuvent être plus faciles à ignorer sans vraiment ralentir, Redelmeier dit.
Le risque de suicide après une commotion cérébrale est accrue indépendamment de l'histoire psychiatrique passée d'un patient.
"Il est extrêmement important de mettre ces choses en perspective - la grande majorité des gens dans cette étude ne sont pas morts par suicide», a déclaré Redelmeier.
"Environ 4 à 5 millions de commotions cérébrales se produisent chaque année (aux États-Unis)», a déclaré Craig J. Bryan du département Université de l'Utah de la psychologie à Salt Lake City, qui ne faisait pas partie de la nouvelle étude.
"En outre, une commotion cérébrale semble augmenter le risque de troubles du sommeil et de dépression, et peut affecter les processus de prise de décision", a déclaré Bryan Reuters Health par email. "Ce sont des facteurs de risque de suicide en tant que tels."
L'étude ne prouve pas que les commotions cérébrales causent certains suicides, car ils peuvent être connectés d'une manière différente, dit Redelmeier .
Les personnes qui souffrent de commotions cérébrales pourraient être prédisposées au suicide à l'avance, ou une commotion cérébrale peut provoquer des blessures durables pour les neurones dans le cerveau qui ne se remettent jamais, ou les personnes qui souffrent d'une commotion cérébrale et qui n'ont pas pris assez de temps pour récupérer peuvent faire d'autres dommages, a t-il dit .
"Par exemple, les commotions cérébrales sont beaucoup plus susceptibles d'être rencontrées par les personnes buvant beaucoup d'alcool ou se bagarrant», a déclaré Bryan. "La consommation d'alcool et l'agression sont aussi des facteurs de risque de suicide."
"Si vous venez d'être diagnostiqué avec une commotion cérébrale l'avis médical standard doit être appliquée, donnez-vous suffisamment de temps pour dormir", a déclaré Redelmeier. "Une fois que vous commencez à vous sentir mieux, prendre toutes les mesures qui s'imposent pour éviter d'en subir une autre"
"Une fois que vous êtes mieux, ne pas oublier entièrement," a t-il dit. "Si vous avez eu une commotion cérébrale il y a 15 ans peut-être pouvez vous en parler à votre médecin."
SOURCE:  http://www.reuters.com/article/us-health-concussion-suicide-idUSKCN0VH1T5

références article cités

CMAJ February 8, 2016 Original Articles
Risk of suicide after a concussion
Michael Fralick, Deva Thiruchelvam, Homer C. Tien, Donald A. Redelmeier
- Author Affiliations
Department of Medicine (Fralick, Redelmeier), University of Toronto, Toronto, Ont.; Evaluative Clinical Sciences (Fralick, Thiruchelvam, Tien, Redelmeier), Sunnybrook Research Institute, Toronto, Ont.; Institute for Clinical Evaluative Sciences (Thiruchelvam), Toronto, Ont.; Canadian Forces Health Services (Tien), Toronto, Ont.
Donald A. Redelmeier, E-mail dar@ices.on.ca

Abstract
Background: Head injuries have been associated with subsequent suicide among military personnel, but outcomes after a concussion in the community are uncertain. We assessed the long-term risk of suicide after concussions occurring on weekends or weekdays in the community.
Methods: We performed a longitudinal cohort analysis of adults with diagnosis of a concussion in Ontario, Canada, from Apr. 1, 1992, to Mar. 31, 2012 (a 20-yr period), excluding severe cases that resulted in hospital admission. The primary outcome was the long-term risk of suicide after a weekend or weekday concussion.
Results: We identified 235 110 patients with a concussion. Their mean age was 41 years, 52% were men, and most (86%) lived in an urban location. A total of 667 subsequent suicides occurred over a median follow-up of 9.3 years, equivalent to 31 deaths per 100 000 patients annually or 3 times the population norm. Weekend concussions were associated with a one-third further increased risk of suicide compared with weekday concussions (relative risk 1.36, 95% confidence interval 1.14–1.64). The increased risk applied regardless of patients' demographic characteristics, was independent of past psychiatric conditions, became accentuated with time and exceeded the risk among military personnel. Half of these patients had visited a physician in the last week of life.
Interpretation: Adults with a diagnosis of concussion had an increased long-term risk of suicide, particularly after concussions on weekends. Greater attention to the long-term care of patients after a concussion in the community might save lives because deaths from suicide can be prevented.
http://www.cmaj.ca/content/early/2016/02/08/cmaj.150790 

http://www.cmaj.ca/content/early/2016/02/08/cmaj.150790.full.pdf+html?sid=0790e429-e690-4484-b941-4f9161f017db

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire