mardi 19 janvier 2016

CANADA FRANCE ARTICLE Peut-on parler de libre choix dans le déterminisme cognitif des conduites suicidaires des aînés ?

Peut-on parler de libre choix dans le déterminisme cognitif des conduites suicidaires des aînés ?
par Stéphane Richard-Devantoy,  McGill University, Department of Psychiatry & Douglas Mental Health University Institute, McGill Group for Suicide Studies, Montréal (Québec), Canada MD, PhD, McGill University, Department of Psychiatry & Douglas Mental Health University Institute, FBC building, 3rd floor, 6875 boulevard Lasalle, Montréal (Qc), H3W 2N1, Canada. McGill Group for Suicide Studies Montréal (Québec), Canada
UPRES EA 2646, Université d’Angers, UNAM, Angers, France
Hôpital régional de Saint-Jérôme, Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides, Saint-Jérôme (Québec), Canada  richarddevantoy.at.orange.fr
et Mylène Wilhelmy Hôpital régional de Saint-Jérôme, Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides, Saint-Jérôme (Québec), Canada

Dans L'information psychiatrique  2015/9 (Volume 91)
Résumé
Plus qu’un acte philosophique, posé face à l’absurdité existentielle, ou qu’un acte rationnel, venant mettre un terme à une situation vitale désespérée, le comportement suicidaire pourrait aussi, avec un éclairage neurocognitif, venir témoigner de la faillite de certains mécanismes cognitifs de résolution de problèmes et d’un déficit des fonctions exécutives concomitants d’un vieillissement cérébral pathologique. Sans « biologiser » ou « cortex-tualiser » la problématique du suicide du sujet âgé, la dimension cognitive éclaire et complexifie la compréhension de la genèse d’un acte situé aux confins du libre arbitre ou d’une psychopathologie singulière. Comment l’épilogue d’une vie peut-il se résumer au meurtre de soi-même ?
Le suicide des aînés ne serait donc pas un choix, mais bien une tentative inadéquate de réponse à un environnement douloureux et indicible, changeant et effrayant, étranger ou nouveau, insurmontable et inconcevable. L’altération significative des fonctions exécutives, en particulier la prise de décision et l’inhibition cognitive, chez les personnes âgées déprimées avec des antécédents de tentative de suicide par rapport à celles sans de tels antécédents rend compte de l’impossibilité du sujet à faire face à ses contingences internes ou externes. Préalable indispensable à tout plan thérapeutique, le repérage de la propension de certaines personnes à développer une crise suicidaire face à des circonstances de vie stressantes repose en partie sur une évaluation neurocognitive.
Mots clés suicide personne âgée fonction exécutive inhibition décision mémoire trouble cognitif

Plan de l'article
Introduction
Que pensons-nous savoir du déterminisme suicidaire de nos aînés ?
Le suicide à l’épilogue d’une vie : comment tenter de le comprendre ?
Prise de décision altérée
Altération du contrôle cognitif
Atteintes mnésiques associées aux conduites suicidaires
Discussion
Le modèle stress-vulnérabilité
Anomalies de la prise de décision et de l’inhibition cognitive associées à la vulnérabilité suicidaire de la personne âgée ( figure 1)
Rôle spécifique du vieillissement dans la vulnérabilité suicidaire
Perspectives cliniques et thérapeutiques
Conclusion
Liens d’intérêt

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=INPSY_9109_0729

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire