mardi 8 décembre 2015

Baromètre santé 2011 2012 résultats concernant la santé des sourds et malentendants


Baromètre santé Des résultats inédits concernant la santé des sourds et malentendants

L’Inpes a réalisé une enquête sur la santé des personnes sourdes, malentendantes ou ayant des troubles de l’audition. Elle s’est appuyée sur une mobilisation exceptionnelle des institutions, professionnels et associations concernés. Menée par l’Inpes en partenariat avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) en 2011/2012, le Baromètre santé sourds et malentendants (BSSM) paraît dans son intégralité (296 p.) et sous forme d’une synthèse (12 p.). Il délivre des informations inédites sur des indicateurs clés sur les perceptions et comportements sur la santé de ces populations, et suggère des recommandations pour la mise en place d’actions concrètes pour améliorer leur santé.
Le Baromètre santé sourds et malentendants (BSSM) a été motivé par un double constat : le manque de données sur la santé des populations sourdes et malentendantes qui échappent aux enquêtes généralement réalisées par téléphone et les risques encourus pour leur santé du fait de vivre avec un accès restreint aux informations et à la communication.
Méthode
L’enquête a été réalisée à partir d’un questionnaire auto-administré en ligne auquel près de 3 000 personnes ont répondu. Aucun échantillon préalable n’a été constitué, l’objectif était d’obtenir une diversité de répondants quant à l’âge, au niveau de surdité ou au niveau de gêne engendré par les problèmes d’audition, le moment de leur survenue dans la vie, la langue avec laquelle les personnes sont le plus à l’aise pour communiquer (le français ou la langue des signes française (LSF)). Pour ce faire, le questionnaire a été adapté en LSF, tandis qu’une large publication de l’enquête s’est opérée via différents réseaux (associatifs, institutionnels, professionnels de santé) et moyens de communication (publipostage électronique, bandeaux sur des sites internet, prospectus et affiches, articles, etc.).
Le BSSM est une déclinaison du Baromètre santé 2010, enquête en population générale qui interroge les perceptions et les comportements liés aux prises de risques et à l’état de santé de la population résidant en France métropolitaine. Le questionnaire du Baromètre santé 2010, pris comme base, a été écourté afin que le remplissage du questionnaire ne dépasse pas trente minutes. Le parti pris a été de réduire le nombre de questions et de conserver un maximum de sujets de santé. Des thèmes importants aux yeux des personnes concernées ont aussi été ajoutés ou étoffés : santé au travail, parentalité et questions directement en lien avec la surdité ou les troubles de l’audition.
Recommandations
Le BSSM propose des résultats inédits sur la santé mentale, la santé au travail, l’accès à l’information et aux soins, les consommations de tabac, d’alcool et de cannabis, ou encore la sexualité et les prises de risques dans ce domaine.
Il recommande de porter une attention particulière sur l’accès aux soins et à l’information sur la santé, en particulier pour les personnes ayant des difficultés d’accès à la lecture, et de renforcer les pratiques préventives en matière de sexualité.
Afin de prévenir et de prendre en charge les états de souffrance psychologique particulièrement saillants et présents chez les personnes ayant répondu à l’enquête, l’ouvrage indique trois pistes de réflexions prioritaires:
sur l’accès au travail et l’amélioration des conditions de travail, fortement associés aux états de souffrances psychologiques ;
sur la mise à disposition de prises en charge adaptées des troubles psychiques et du risque suicidaire ;
sur les moyens de lutter contre les violences subies et plus généralement contre la stigmatisation de ces populations sourdes et malentendantes.

Extraits "Pour autant, quelle que soit la situation du point de vue de l’audition, la perception de la santé, en particulier psychique, semble très dégradée parmi les personnes interrogées dans le Baromètre santé sourds et malentendants (BSSM) en comparaison de la population générale. Ainsi, le niveau de détresse psychologique est de 45,9% dans le BSSM versus 16,7 % dans le Baromètre santé 2010. Deux fois plus de personnes concernées par une surdité et/ou des troubles de l’audition jugent leur santé plutôt mauvaise (22,1%vs 9,8%). Le s pensées suicidaires dans les douze derniers mois sont cinq fois plus fréquentes (21,3% vs 3,9 %) et les tentatives de suicide au cours de la vie presque trois fois (13,9 % vs 5,5 %). La souffrance psychique est majorée en cas d’acouphènes ou d’hyperacousie.
Dans tous les cas, l’environnement social semble jouer un rôle dans le mal-être de ces populations : d’autres études mettent en évidence des attitudes de stigmatisation et des discriminations fortement vécues par les personnes concernées. La vie avec une surdité implique des formes de violences subies plus fréquentes, ce
que confirment les données du BSSM. Pour la majorité, on peut imaginer que les possibilités limitées de communiquer et des formes d’isolement subi sont en jeu. La santé psychique semble se dégrader avec certaines limitations qui y sont liées : quand la communication demande beaucoup d’efforts et entraîne une fatigue, quand les capacités à lire sont réduites, ou encore quand des incapacités physiques sont associées."
Des perspectives d’amélioration sont à chercher dans une meilleure information sur ces questions auditives et leurs conséquences auprès de la population générale, mais aussi des professionnels concernés. Le développement des prises en charge adaptées et les questions d’accès à l’information et à la communication impliquant les aides humaines et matérielles restent d’actualité.
La prévention du suicide et les perspectives de mieux-être passent par l’adaptation de programmes de prévention aux populations sourdes, malentendantes et/ou souffrant de troubles de l’audition et par la formation des professionnels.
...
" Que ce soit pour les pensées suicidaires au cours des douze derniers mois ou les tentatives de suicide au cours de la vie, les raisons professionnelles sont davantage invoquées qu’en population générale (43,6%
vs 35,9 % pour les pensées suicidaires, p<0,05 ; et 23,4 % vs 10,7 % pour les tentatives de suicide, p<0,001). Par ailleurs, les personnes interrogées dans le cadre de cette enquête sont nettement plus nombreuses à avoir déjà consommé des médicaments « pour les nerfs ou pour dormir » au cours de leur vie (51,2% vs 35 ,1 % en population générale) ou à avoir déjà suivi une psychothérapie (28,7 % vs 10,8 %) [14, 15] " 






AUTRES DONNEE LIRE LE RAPPORT


Pour en savoir plus
Vidéo de présentation des premiers résultats du BSSM en langue des signes française. Audrey Sitbon, à la Cité de la santé, 2014, 28 min.
Sitbon A., dir. Baromètre santé sourds et malentendants 2011/2012. Saint‑Denis : Inpes, coll. Baromètres santé, 2015 : 296 p.
Synthèse du Baromètre santé sourds et malentendants, 12 p.
Présentation de l'enquête et premiers résultats dans le numéro 29 de la collection « Évolutions » (décembre 2013).
Questionnaire du Baromètre santé sourds et malentendants (BSSM) 2011.
Rubrique Baromètre santé sourds et malentendants (BSSM) du site Internet de l’Inpes


source : http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/equilibre/numeros/120/bssm.asp

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire