vendredi 18 décembre 2015

AUSTRALIE DEBAT CRITIQUE sur la question des objectifs dans les stratégies nationales de prévention du suicide

OPINION : L'établissement d'objectifs en prévention du suicide est super pour le progrès, mais est-il bon pour la prévention du suicide? 
D'après article d'Alan Woodward le Jeudi 17 Décembre  sur theguardian.com*
titre original :"Target-setting is great for progress, but is it right for suicide prevention?"
Quelle est le «bon» objectif de prévention du suicide? Est-ce qu'un objectif de 50% implique l'acceptation qu'en Australie 1300 personnes mourront par suicide tous les ans ?
("Peut-être qu'on pourrait se fixer des objectifs pour réduire la souffrance humaine aussi bien que de se fixer des objectifs pour sauver des vies? " )
Fixer des objectifs est devenu banal comme un moyen de mesurer les résultats et les progrès. Nous avons vu ceci récemment comment l’avenir écologie de notre planète et de la complexité de la politique internationale sur le changement climatique ont été réduits à des négociations autour d'une série d'objectifs.
C'est comme si les objectifs donnaient une signification à l'objectif de changement.
Donc, nous devrions sûrement fixer des objectifs pour la prévention du suicide, non?
Comment mieux concentrer les efforts pour fixer des objectifs afin de réduire la perte tragique de vies par suicide? Et sûrement fixer des objectifs est une manière de communiquer et d'engager la communauté élargie dans la prévention du suicide axé sur les résultats ?
Cela a déjà commencé. En 2013, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a promu un objectif de réduction de 10% des suicides en 2020 pour les pays membres, dont l'Australie. Puis, en 2014, l'OMS a publié son premier rapport sur le suicide documentant les éléments clés pour toute stratégie nationale de prévention du suicide, se basant sur des preuves de la recherche et de l'opinion d'experts.
Certains pays étaient en avance sur cela, comme l’écosse qui a fixé en 2002 un objectif de réduction de 20% des décès par suicide en 2013. En fait, l’Écosse a réalisé une réduction de 18% dans cette période de temps. Peut-être la mise en objectifs ambitieux assortis d'une stratégie de prévention du suicide national efficace fonctionne réellement.
Ici, la prévention du suicide d'Australie a recommandé un objectif de réduction de 50% des décès par suicide dans 10 ans, tel un énoncé ambitieux pour galvaniser le soutien et l'action.
Jusqu'à présent, les gouvernements d'Australie ont refusé d'accepter cette recommandation, et elle se trouve comme une question non résolue après plus de 12 mois de bilan national des programmes de santé mentale et de prévention du suicide.

Le contexte décevant de cette discussion est que, en Australie le nombre de décès par suicide chaque année n'a pas diminué pendant un certain temps - en fait, il a augmenté de 20% au cours des 10 dernières années. Notre taux de suicide national est resté obstinément autour du même niveau de 10 ou 11 décès pour 100 000 dans la population - à l'égal du taux annuel de suicide standardisé global par âge. Sûrement l'Australie peut faire mieux que cela.
Mais l'établissement d'objectifs n'est pas sans problèmes sur quelque chose d'aussi complexe et apparemment intransigeant comme un suicide. Il est facile de convenir que les objectifs devraient être fixés; moins facile à mettre d'accord sur ce que devraient être les objectifs et où la responsabilité pour la réalisation par rapport aux objectifs doit reposer.
Un point à considérer est le raisonnement pour tout objectif dans la réduction des décès par suicide. Si l'expertise internationale et les preuves de l'OMS suggère que 10% est réalisable, est-ce une folie pour l'Australie d'adopter une réduction de 50%?
Ou est ce que l'expérience écossaise suggérant de mettre des «objectifs étendus" assorti d'une stratégie efficace, produira des résultats? Étant donné  qu'une réduction de 50% en Australie n'est pas un calcul raisonné, il devient nébuleux en effet d'essayer de fixer un  objectif correct de prévention du suicide.
Et il y a cette question qui dérange- se fixer un objectif de 50% implique t'il l'acceptation de la communauté qu'en Australie 1300 personnes mourront encore par suicide par an ? Est ce que cela suggère une fatalité de certains décès par suicide qui sont au-delà de la capacité des stratégies nationales, services efficaces et action communautaire à empêcher? Est ce que  la prévention du suicide est vraiment si difficile pour justifier des objectifs «faciles» ou cela la laisse nos esprits collectifs, cœurs et âmes s'en tirer un peu trop facilement?
Les questions éthiques commencent également à émerger lorsque les objectifs de prévention du suicide sont élevés. Est-ce que mettre l'accent exclusivement sur la réduction des décès diminuent notre compréhension et l'empathie pour le profond désespoir et la douleur ressentie par les personnes suicidaires - si oui ou non ils tentent effectivement le suicide ou meurent ?
Peut-être pourrait-on fixer des objectifs pour réduire la souffrance humaine avec une égale attention à l'objectif plus reconnaissable et mesurable de sauver des vies ?
Quand il s'agit de réduction de la pauvreté, la tendance de l'aide internationale et de développement a été d'identifier des facteurs de la qualité de vie et de bien-être pour les populations vulnérables au lieu de calculer simplement la prévention des décès.
Les Indices sur la santé, le bien-être et l'opportunité ont été établis comme mesures de succès dans la réduction de la pauvreté. les Programmes cherchent à obtenir des résultats qui respectent la dignité, l'autodétermination et la culture des personnes exposées à la pauvreté, et pas seulement des indicateurs de résultat abrupts de durée de vie et taux de mortalité par maladie.
Cela ne veut pas dire que la préservation de la vie humaine ne doit pas être clairement associée à la prévention du suicide. Un décès par suicide est, avant tout, une perte évitable et tragique de la vie. En Australie, l'âge médian d'une personne décédée par suicide est de 44,5 ans. Selon les derniers résultats du Bureau des statistiques australien, dans l'année 2013 le suicide représente plus de 85.000 années de vie perdues, ce qui en fait la principale cause de décès prématurés en Australie.
Nous ne devrions jamais négliger la valeur de ces vies - de vraies personnes aujourd'hui tristement regrettés.
Cependant, le débat sur la définition des objectifs de prévention du suicide a du chemin à parcourir. Il y a d'autres questions. Des objectifs devraient ils être fixés pour réduire les tentatives de suicide - et récidives, comme des indicateurs de comportement suicidaire qui sont tout aussi digne d'attention que les comportements qui entraînent la mort? Ce point a une pertinence particulière selon le genre, davantage de femmes australiennes tentent de se suicider que ne meurent.
Peut-être le meilleur objectif d'ensemble est celui de la tolérance zéro - l'objectif devrait être «zéro» décès et tentatives de suicide.
Nous ne devrions pas admettre et tolérer toute perte de vie par suicide, nous ne devrions pas négliger de fournir le meilleur de la compassion, de soutien et de soins de rétablissement pour ceux qui arrivent à l'endroit sombre qui suggère que la mort vaut mieux que de vivre. Tous nos efforts, nos programmes, nos stratégies de prévention du suicide gouvernementales, notre action communautaire, devraient alors être mesurés pour la contribution vers cet objectif. Nos systèmes de mesures pourraient alors être associés à célébrer chaque étape vers le résultat final.
Une telle attitude serait de refléter le commentaire de Dr Margaret Chan, Directeur général de l'OMS, lors de l'introduction du rapport international sur le suicide: "Chaque vie singulière perdue par suicide est un de trop."

• Pour plus d'informations et de soutien en Australie, appelez le 13 11 Lifeline 14, Mensline au 1300 789 978 ou Beyond Blue au 1300 22 4636
 * http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/dec/17/target-setting-is-great-for-progress-but-is-it-right-for-suicide-prevention?CMP=soc_568

Statistiques Australie : http://www.abs.gov.au


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire