lundi 30 novembre 2015

ETUDE CHERCHE USA : L'impact du handicap sur l'acceptabilité du suicide ?

Le suicide est il une option ? : L'impact du handicap sur l'acceptabilité du suicide dans le cadre de la dépression, de la suicidalité et des facteurs démographiques

Titre original Is suicide an option?: The impact of disability on suicide acceptability in the context of depression, suicidality, and demographic factors
Emily M. Lund a, Michael R. Nadorff b, E. Samuel Winer c, Kathleen Seader d
a Utah State University, USA
b Mississippi State University, Baylor College of Medicine, USA
c Mississippi State University, USA
d Utah State University, Utah State Office of Rehabilitation, USAReceived 20 May 2015, Revised 21 July 2015, Accepted 12 August 2015, Available online 8 September 2015
Correspondence to: Department of Special Education and Rehabilitation, Utah State University, 2860 Old Main Hill, Logan, UT 84322, USA.
emily.m.lund@gmail.com, emily.lund@aggiemail.usu.edu

Le suicide est un problème majeur de santé publique et clinique, en particulier chez les personnes handicapées. Néanmoins, la recherche sur l'acceptabilité du suicide chez les personnes handicapées n'a pas été directement comparé  avec l'acceptabilité relative du risque suicidaire chez les personnes avec et sans handicap.
Un échantillon en ligne de cinq cents adultes américains ont lu cinq paires de vignettes sur les personnes qui avaient des idées suicidaires après un facteur de stress de la vie. Chaque paire contenait une condition avec un handicap et sans handicap ; une sixième paire de vignettes discutait des idées suicidaires chez une personne âgée et contenait des conditions d'invalidité physiques et cognitives. Les participants ont rempli des questions concernant l'acceptabilité relative des tendances suicidaires pour chaque vignette ainsi que des items  démographiques et des mesures de tendances suicidaires, symptômes dépressifs, et d'attitude envers le handicap.Résultats

Dans les cinq paires de vignette, les tendances suicidaires a été considéré comme nettement plus acceptable dans l'état d'invalidité; Cela était vrai même lorsque les participants eux-mêmes avait un handicap ou des amis ou des membres de la famille ayant un handicap. La suicidalité, la symptomatologie dépressive, et plus les attitudes négatives envers les personnes handicapées ont prédit une plus grande acceptabilité dans les deux conditions; pas de facteurs prédit de plus grandes différences entre les deux conditions.ConclusionsLa plus grande acceptabilité sociale de tendances suicidaires chez les personnes handicapées peut être pris par des personnes handicapées qui sont suicidaires comme une autorisation implicite de mettre fin à sa vie. L'impact potentiel de ces influences sociales doit être évaluée et traitée par les cliniciens et les défenseurs de la prévention du suicide

http://www.jad-journal.com/article/S0165-0327%2815%2930266-4/abstract

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire