mardi 13 octobre 2015

POSTER Les processus psychologiques vulnérants chez les patients avec activité suicidaire : le check up psychologiq

PO-038 Les processus psychologiques vulnérants chez les patients avec activité suicidaire : le check up psychologique
Source : http://www.encephale.com/A-propos/2015/Posters/PO-038-Les-processus-psychologiques-vulnerants-chez-les-patients-avec-activite-suicidaire-le-check-up-psychologiqueAuteurs VANDEVOORDE J., BAUDOIN T., CHABERT B.
Hôpital René Dubos, PONTOISE, FRANCE
Résumé
La démarche d'évaluation clinique des patients avec activité suicidaire nécessite de considérer les facteurs de risque du suicide, la présence d'une pathologie psychiatrique et l'activité suicidaire en elle-même (idéation, planification, cognition sur la mort, etc...) [1]. Un quatrième axe d'évaluation consiste à estimer quelle activité psychologique dégrade le rapport qu'entretient l'individu avec le monde et lui provoque de la douleur [2]. la littérature scientifique montre que les sujets suicidants présentent en effet des caractéristiques particulières : ils sont davantage enclins aux expériences dissociatives, aux erreurs de raisonnement ou de prises de décision. Ils se mettent davantage dans des situations à risque et sont extrêmement sensibles aux stimuli sociaux. Divers travaux montrent que beaucoup d'entre eux présentent de surcroît des distorsions cognitives, des troubles de la modulation émotionnelle, une tendance à produire des scénarios pessimistes et des difficultés à mettre en oeuvre des actions pour résoudre leurs difficultés. Ces processus psychologiques sont vulnérants et alimentent l'activité suicidaire. Ils constituent des cibles thérapeutiques fondamentales dans la prise en charge de cette population. La synthèse des processus psychologiques vulnérants (SPPV) que les auteurs présentent ici a été fondée sur une la littérature empirique et constitue un guide d'évaluation dans le cadre de l'évaluation (le "check up psychologique") et du choix des axes thérapeutiques. Ces caractéristiques forment au total un modèle complexe et dynamique pour comprendre comment les difficultés à l'origine de la douleur morale suicidaire (difficultés sociales et relationelles, péjoration de soi, pessimisme...) naissent et persistent chez les patients suicidants.
[1] Vandevoorde J. Mise en évidence de trois états psychologiques pré-passage à l'acte chez 32 patients hospitalisés pour tentative de suicide. L'Encéphale 2013; 39:265-270.
[2] Vandevoorde J. L'évaluation du potentiel suicidaire chez les enfants de moins de 14 ans : modélisation intégrée. Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence (sous presse).



Téléchargement: Cliquez ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire