jeudi 29 octobre 2015

ETUDE RECHERCHE USA L'Analyse linguistique des Notes des cliniciens pour aider à identifier les patients plus à risque de suicide

L'Analyse linguistique des Notes des cliniciens pour aider à identifier les patients plus à risque de suicide

d'après article du 22/10/2015 "Linguistic Analysis of Clinicians’ Notes May Identify Patients at Greatest Risk of Suicide"
http://alert.psychnews.org/2015/10/linguistic-analysis-of-clinicians-notes.html?




Une analyse du langage que les cliniciens utilisent dans les notes pour décrire les rencontres avec leurs patients peut offrir des indices sur les personnes les plus susceptibles de mourir de suicide, selon une étude figurant dans le numéro d'Octobre de Psychiatric Services.
Le dernier usage du système de soins de santé par les personnes qui meurent par suicide a longtemps été reconnu comme une possibilité d'intervention. Cependant, dans le contexte des soins cliniques, le suicide peut être difficile à la fois pour prévoir et prévenir. Bien que l'analyse linguistique ait révélé des modèles linguistiques uniques dans les notes des individus qui plus tard sont morts par suicide, on en sait moins de savoir si les notes écrites par les cliniciens pour ces patients diffèrent des notes pour ceux qui ne meurent pas de suicide.
Des chercheurs de la White River Junction Veterans Affairs (VA) Medical Center dans le Vermont ont analysé les notes prises par les cliniciens de 63 vétérans militaires américains  qui sont morts par suicide en 2009, dont environ la moitié avaient reçu des services de santé mentale dans l'année précédant leur mort. Les chercheurs ont ensuite comparé ces notes cliniques avec ceux des 63 patients ambulatoires anciens combattants qui vivaient en 2009 choisi sur la base de l'âge, le sexe, groupe prioritaire VA, et si elles avaient reçu des services de santé mentale dans l'année précédente.
Les auteurs ont constaté que les notes cliniques pour les patients qui ont obtenu les services de santé mentale et décédés plus tard de suicide contenaient plus «de langage de distanciation", comme une plus grande utilisation des pronoms à la troisième personne, que les notes décrivant les autres utilisateurs de services de santé mentale. L'analyse a également révélé l'utilisation plus fréquente de ce langage dans le temps approché du suicide
"Ces résultats suggèrent que l'utilisation plus fréquente de la distanciation dans le langage par les cliniciens est un prédicteur du suicide chez les utilisateurs de services de santé mentale. Si répliquée dans des études supplémentaires, cette découverte pourrait avoir des implications importantes dans l'identification du risque de suicide, "rapportent les auteurs de l'étude. Alors que les chercheurs ont reconnu que "les tendances linguistiques sont susceptibles d’être invisibles à un clinicien pratiquant ... l'analyse linguistique de routine de notes cliniques a pu être montré aux cliniciens ... d'aider à guider la pratique de la psychothérapie."
Les auteurs suggèrent également que cette information pourrait être combinée avec d'autres données démographiques et de facteur de risque pour aider à créer un «profil plus complet des risques pour guider la prise de décision clinique et aider les cliniciens privé à adapter leur style interpersonnel aux besoins de leurs patients."


étude citée Evaluation of Veterans’ Suicide Risk With the Use of Linguistic Detection Method,

Psychiatric Services. Volume 66 Issue 10, October 01, 2015, pp. 1051-1056

Many people who die from suicide received recent medical care prior to their death. Suicide risk assessment tools for health care settings focus on a variety of clinical and demographic factors but generally do not examine the text of notes written by clinicians about patients who later die from suicide. This study examined whether clinicians’ notes indicated increased use of distancing language during the year preceding patients’ suicide.
The linguistic content of clinicians’ notes for outpatients of U.S. Department of Veterans Affairs (VA) medical centers was examined in the year preceding suicide of 63 veterans. Approximately half of the veterans had received mental health services. They were matched based on mental health service use with living VA outpatients. Linguistics software was used to construct quantitative theme-based categories related to distancing language and to examine temporal trends via keyword analysis.
Analysis of clinical notes for outpatients who died from suicide and those who did not revealed a significant difference in clinicians’ distancing language. Multiple keywords emerged that also were related to distancing language, and their relative frequency increased in the time approaching the suicide.
Linguistic analysis is a promising approach to identify use of distancing language by clinicians, which appears to be a marker of suicide risk. This pilot work indicates that additional analysis and validation with larger cohorts are warranted.
http://ps.psychiatryonline.org/doi/abs/10.1176/appi.ps.201400283

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire