jeudi 3 décembre 2015

ARTICLE les données de l'OMS pour guider les politiques de prévention du suicide: une enquête nationale française sur 3 decennies

Research report " The World Health Organization (WHO) dataset for guiding suicide prevention policies: A 3-decade French national survey
Auteurs  Guillaume Fonda, b, , ,  Xavier Zendjidjianc, d, Mohamed Boucekineg, Lore Brunela, b, Pierre-Michel Llorcab, e, Laurent Boyerb, f
a Université Paris Est-Créteil, Pôle de psychiatrie des hôpitaux universitaires H Mondor, INSERM U955, Eq Psychiatrie Translationnelle, DHU Pe-Psy, France
b Fondation FondaMental Fondation de coopération scientifique en santé mentale, France
c Department of Psychiatry, La Conception University Hospital, Marseille, France
d Aix-Marseille University, Public Health, Chronic Diseases and Quality of Life, Research Unit, Marseille, France
e CHU Clermont Ferrand, Clermont-Ferrand, France
f Service hospitalo-universitaire de psychiatrie, Hôpital Sainte-Marguerite, Marseille, France
g EA3279, Self-perceived Health Assessment Research Unit, School of Medicine, Université de la Méditerranée, 27 bd Jean Moulin, Marseille Cedex 05 F-13385, France
Received 15 June 2015, Revised 2 August 2015, Accepted 24 August 2015, Available online 8 September 2015

Journal of Affective Disorders Volume 188, 1 December 2015, Pages 232–238
http://www.jad-journal.com/article/S0165-0327%2815%2900428-0/abstract
Contexte
les Politiques de santé publique visent à prévenir le suicide dans la population générale. Évaluer leur efficacité est nécessaires pour guider les politiques de santé publique. Le présent article se concentre sur le paradoxe français. Le système de soins de santé français a été classé comme le meilleur dans le monde selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Toutefois, les taux de suicide en France restent élevés par rapport à d'autres pays européens. Le but du présent article est d'analyser (i) l'évolution du suicide normalisés selon l'âge de décès (suicide Age-Standardized Death (ASDRs) en France au cours des trois dernières décennies et les associations avec des paramètres socio-économiques et (ii) pour comprendre quelles populations peuvent spécifiquement bénéficier des politiques de prévention du suicide plus ciblées.
Méthodes
La base de données de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), disponible gratuitement, a été explorée en Avril 2015. Les ASDRs ont été calculés chaque année par le rapport entre le nombre de décès par suicide et la population totale (pour 100.000 habitants). Le nombre de décès selon le sexe et l'âge ont également été analysés.
Résultats

Globalement, ASDR suicide a diminué depuis 1987 en France (-32,8% entre 1987 et 2010). Cependant, la France a gardé le même rang (10/26) par rapport aux autres pays européens entre 1987 et 2010. Le poids relatif du suicide dans toutes les causes de mortalité est en augmentation au cours de la même période (+ 28,2%) tandis que le nombre total de décès par suicide n'a que légèrement augmenté (+ 3,9%). Plus précisément, le nombre de décès par suicide a augmenté sensiblement chez les hommes de [35-54] ans (+ 40%) et des + de 75 ans (+ 27%)  et chez les femmes agées de [35-54] (+ 41%). Entre 2000 et 2010, les taux de suicide ont diminué de façon significative lorsque le revenu moyen annuel a augmenté, et quand les lits de soins généraux et psychiatriques ont diminué.
Conclusion

Bien que le ASDR suicide a diminué en France depuis 1987, cette baisse est relativement modeste si l'on considère l'accès universel aux soins, les politiques publiques de la prévention de la dépression et du suicide. Les politiques publiques de prévention du suicide devraient se concentrer sur l'évaluation et l'amélioration de la prévention et du soins chez les [35-54] ans de la population, et chez les hommes âgés de 75 ans et plus. 
 
Mise à jour premiere publication sur blog infosuicide.org le 20 octobre 2015 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire